Ma routine compléments alimentaires – Nouvelle Page Santé

Ma routine compléments alimentaires

Chers amis,

Ici le docteur Demonceaux.

Aujourd’hui, 25 % des femmes et 15 % des hommes prennent régulièrement des compléments alimentaires.1

Du stress à l’amincissement, en passant par l’exposition au soleil ou la prostate, ces petites gélules couvrent tous les champs de la santé et du bien-être.

Mais parmi l’avalanche de produits existants, lesquels choisir ? Et pour quelle utilisation ?

Voici ce que je prends personnellement et que je vous recommande.

Le curcuma longa, un complément de la longévité

Cette épice répandue en Inde et très utilisée dans les currys a des propriétés extraordinaires.

Son composant majoritaire, la curcumine, est réputé avoir des effets antioxydants et inhibiteurs sur des cellules cancéreuses.

Le curcuma préviendrait l’apparition de certaines tumeurs, et notamment le cancer de la prostate2, du côlon, du foie, du poumon, de l’estomac et du pancréas3.

Grâce à l’action anti-inflammatoire de la curcumine contenue dans la plante, il aide à lutter contre les douleurs, le stress et à booster les défenses immunitaires4.

Plusieurs études ont montré une meilleure efficacité de la plante entière, curcuma longa. Elle est donc à préférer à la curcumine prise seule.

Vous pouvez réaliser vous-même deux sortes de mélanges à boire très facilement.

1/ Faites infuser 1 à 2 g de poudre de curcuma avec 3 ou 4 grains de poivre noir dans 150 ml d’eau bouillante durant 10 à 15 minutes. Vous pouvez boire 2 tasses de ce mélange par jour.

2/ Faites bouillir une racine de curcuma pendant 3 min dans la même quantité d’eau, puis laisser infuser la décoction 10 min. Vous pouvez boire 2 ou 3 tasses par jour de ce second mélange.

En complément, le curcuma peut être pris à hauteur de 1 000 mg par jour.

Le zinc, bouclier anti-infectieux

Considéré dans de nombreuses études comme un stimulant de l’immunité, le zinc est un oligo-élément essentiel de l’hiver.

Il agit sur les défenses immunitaires en activant les lymphocytes B et T5. De plus, il a une action antivirale et réduit les symptômes inflammatoires générés par la sécrétion des cytokines.

Curieusement, la carence en zinc produit une perte du goût et de l’odorat, signes fréquents du début de l’infection par la Covid6.

Il est possible que la trop forte sollicitation immunitaire par le virus entraîne une augmentation de la carence en zinc aggravant davantage l’inflammation.

En prévention, je prends 15 mg de zinc tous les jours pendant 3 semaines avec une pause d’une semaine. 

En cas de crise virale aiguë, je prends 30 mg de zinc par jour pendant quelques jours.

Le magnésium, le fer et la vitamine C contre la fatigue

Ces trois nutriments se complètent pour une bonne assimilation, il est donc logique de les prendre ensemble, par cure, pour prévenir ou diminuer la fatigue.

Ils sont également importants pour lutter contre le stress, renforcer les défenses immunitaires et améliorer la capacité de l’organisme à supporter les multiples agressions de l’hiver.

Pendant la période hivernale, je fais une cure d’une semaine chaque mois.

La vitamine D, indispensable en hiver

Longtemps considérée comme la vitamine de l’os, la vitamine D a plus d’un tour dans son sac.

Plébiscitée par l’Académie de médecine pendant la phase aiguë de la pandémie à coronavirus, la vitamine D joue un rôle primordial sur nos défenses antivirales.

De nombreuses études8 ont montré que la vitamine D stimule l’immunité innée, celle qui permet à l’organisme de se défendre contre l’invasion virale.

Elle agit sur les lymphocytes T et B et les macrophages qui sont notre première barrière de défense.

Elle aurait également un effet préventif sur les cancers de la prostate9 et du côlon.

La vitamine D joue également un rôle important dans l’équilibre du diabète10 et des maladies cardio-vasculaires11.

De fin octobre à fin mars, je prends 3 000 UI par jour de vitamine D.

Le complexe “cuivre-or-argent” pour le tonus

Ces trois oligo-éléments sont un carburant extraordinaire en cas de fatigue12.

Dès les premiers symptômes de fatigue, je fais des cures de 8 jours à raison d’une mesure par jour.

Ces compléments alimentaires me permettent d’avoir une excellente santé quelle que soit la saison et de traverser la période hivernale tranquillement.

Prenez soin de vous,

Antoine Demonceaux

P.S. : faites quand même attention en vous supplémentant.

Les compléments alimentaires ne sont pas neutres. Ils contiennent des substances actives qui ont un effet sur la physiologie de notre organisme.

La papaïne, utilisée en cas de digestion difficile et de brûlure d’estomac, peut avoir un effet sur les contractions de l’utérus et favoriser des accouchements précoces. Elle est à éviter absolument pendant la grossesse.

Les phytostérols et les phytostanols (que l’on trouve dans certains compléments alimentaires destinés à traiter l’excès de cholestérol), diminuent l’absorption de la vitamine A et doivent être évités pendant la grossesse.

À l’inverse, les excès de vitamine A ou de bêta-carotène peuvent provoquer des malformations du fœtus et sont donc à modérer chez la femme enceinte.

Les compléments alimentaires « antioxydants » comme le curcuma peuvent avoir un effet inhibant sur certaines chimiothérapies dont le but est justement d’oxyder les cellules cancéreuses.

Le curcuma est également déconseillé lors de traitements antihormonaux de cancer du sein13.

Il est nécessaire de valider toute prise de compléments alimentaires avec votre oncologue.

3 2 votes
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Partagez-nous