Le soin que toute la famille peut adopter - Nouvelle Page Santé

Le soin que toute la famille peut adopter

alambic et herbes avec hydrolats

Chers amis,

Ceux qui me suivent depuis longtemps savent que les huiles essentielles font partie des indispensables qui accompagnent ma santé.

Je les ai souvent évoquées au fil de mes lettres, et tout récemment dans « La petite fiole que vous devez impérativement emporter en vacances ».

Cependant, j’ai bien conscience qu’elles ne conviennent pas à tout le monde.

J’ai souhaite donc aujourd’hui vous parler de leurs charmantes petites sœurs : les hydrolats.

Leurs principes actifs, aussi subtils qu’efficaces, raviront toute la famille, sans exception.

Vous êtes plutôt huiles essentielles ou hydrolats ?

Les hydrolats, que l’on nomme aussi hydrosols ou eaux florales, sont le résultat, comme les huiles essentielles, de la distillation de fleurs ou de plantes.

Ils contiennent les mêmes molécules que les huiles essentielles mais à des concentrations bien moins élevées.

Cependant, ne vous méprenez pas, une moindre concentration ne signifie pas une moindre efficacité.

Alors faut-il plutôt s’orienter vers une huile essentielle ou un hydrolat ?

Leurs propriétés ne sont pas tout à fait identiques.

Les huiles essentielles sont très puissantes et présentent beaucoup de contre-indications limitantes pour les femmes enceintes et allaitantes, les jeunes enfants, les personnes allergiques ou souffrant de pathologies graves notamment.

Une mauvaise utilisation peut s’avérer réellement dangereuse.

Les hydrolats, eux, ne présentent aucun danger.

Ils ne contiennent aucune substance irritante, aucune contre-indication, ne présentent aucun effet d’accoutumance ou d’interaction médicamenteuse.

Il s’agit donc d’un produit particulièrement adapté aux enfants, aux personnes fragiles, aux femmes enceintes, et aux personnes âgées. 

Seule restriction à ma connaissance : les hydrolats issus de la distillation de plantes à phénols produisant une huile essentielle dermocaustique, comme la cannelle ou la sarriette, sont à diluer en cas d’application sur la peau ou les muqueuses. 

Même si leurs propriétés sont souvent proches, hydrolats et huiles essentielles ont chacune leurs propres indications.

Par exemple, la carotte sauvage accompagnera un traitement conventionnel pour la régulation de la tension artérielle dans sa version hydrolat alors que son huile essentielle n’est pas adaptée à cet usage.

Il y a de l’eau dedans, mais pas que…

L’hydrolathérapie est une branche de l’aromathérapie, qui est elle-même une branche de la phytothérapie.

Son champ d’action est dit holistique car l’utilisation des hydrolats permet d’agir à la fois sur le corps et l’esprit.

En réalité, ces eaux aux propriétés étonnantes agissent sur le terrain d’une personne, comme disent les naturopathes.

Comment est-ce possible avec des concentrations en principes actifs si faibles ?

D’abord, les hydrolats contiennent une faible proportion d’huile essentielle (entre 0,05 % et 1 %). Lors de la distillation, la vapeur d’eau extrait et entraîne des molécules aromatiques, mais aussi les minéraux et les oligo-éléments de la plante.

Côté principes actifs, ce sont les plus volatils et ceux qui sont solubles dans l’eau qui se retrouvent principalement dans l’hydrolat.

On retrouve entre autres des alcools (linalol, geraniol, alpha terpineol…), des phénols (eugénol, thymol, carvacrol), des oxydes, (1,8 cinéole) ou des aldéhydes aromatiques.

On pourrait dire, pour simplifier, que les hydrolats sont à mi-chemin entre l’infusion et l’homéopathie.

Bien entendu, il ne faut pas oublier le rôle de l’eau dans les hydrolats.

De nombreux chercheurs ont essayé de mettre en évidence la propriété messagère de l’eau. C’est le cas de Jacques Benveniste1, de Masaru Emoto2 ou de Luc Montagnier3.

Leur théorie se base sur le principe que l’eau, une fois en contact avec une substance, conserverait les propriétés de cette substance même si celle-ci ne s’y trouve plus.

Les expériences spectaculaires de Masaru Emoto semblent attester que l’eau perçoit non seulement les sons, mais que sa structure même serait affectée par la musique et les mots, et qu’elle serait sensible à nos pensées négatives ou positives.

Ainsi, selon ces théories, lors de la distillation, c’est « l’âme » de la plante qui serait en quelque sorte transmise à l’hydrolat.

Mes hydrolats coups de cœur

J’aimerais ouvrir pour vous la mallette de secours qui m’accompagne lors de mes voyages.

Vous y trouverez des plantes séchées soigneusement étiquetées, quelques accessoires indispensables comme le pot néti dont je vous ai déjà parlé, des huiles essentielles bien sûr, et surtout pas mal d’hydrolats !

Tout simplement parce que leurs effets bénéfiques s’appliquent à toutes sortes de maux, qu’il s’agisse de combattre les infections, stimuler les défenses immunitaires, améliorer l’état digestif, apaiser les problèmes de peau, cicatriser les blessures, calmer les états colériques ou nerveux.

La liste est non exhaustive mais voici ceux que j’affectionne particulièrement :

  • Pour les problèmes respiratoires : pin sylvestre, cyprès, thym, achillée ;
  • Pour les problèmes digestifs : basilic doux, menthe poivrée, marjolaine, romarin, à raison d’une cuillère à café toutes les heures diluée à parts égales dans un peu d’eau tiède ;
  • Pour les problèmes vasculaires : lavande vraie, fleurs d’oranger (hypertension), bois de santal, cyprès (varices), achillée, nard (hémorroïdes) ;
  • Pour la peau : nard (psoriasis), achillée (eczéma), bois de santal (eczéma et psoriasis), camomille bleue (allergie cutanée), lavande vraie (acné), cyprès (peau grasse), bois de santal (peau sèche) ;
  • Pour désinfecter plaies, coupures et égratignures : ciste ladanifère, tea trea, en pulvérisation ;
  • Pour les soucis ostéo-articulaires : genévrier (arthrite, arthrose), laurier noble, bois de santal ;
  • Pour bébé : camomille romaine. Elle agit sur les coliques du nourrisson. En massage sur le ventre ou le plexus solaire, ou une cuillère à café dans le biberon si c’est possible ;
  • Pour apaiser la sphère émotionnelle : l’eau de rose en cas de choc émotionnel, de tristesse et de deuil. Celle de fleurs d’oranger pour le stress et le trac. La verveine citronnée en cas de dépression nerveuse, de peurs et d’angoisse, de manque de joie. La nervosité et l’agitation mentale sont calmées par l’hydrolat de lavande officinale.

Pour bénéficier de leurs propriétés, rien de plus simple !

  • Par voie interne : C’est la voie orale qui sera la plus efficace d’un point de vue thérapeutique. En général, il suffit de boire deux ou trois verres d’eau par jour auxquels on aura ajouté une cuillère à café d’hydrolat. Autre possibilité : préparez-vous une bouteille d’un litre d’eau (de source et non gazeuse) dans laquelle vous verserez une cuillère à soupe d’hydrolat. Le mieux est de prévoir une cure de 20 jours.

Pour les désordres d’ordre émotionnels la cure idéale s’étalera plutôt sur 40 jours.

Les autres modes d’utilisation par voie interne sont les gargarismes, les rinçages de la bouche, du nez, des oreilles et des yeux, les petits lavements rectaux. Les hydrolats peuvent également s’avérer de précieux alliés en cas d’infections gynécologiques, en irrigations vaginales.

  • Par voie externe : les hydrolats font d’excellents produits cosmétiques naturels très utiles pour apaiser les problèmes de peau (acné, eczéma, psoriasis…). Il suffit de les appliquer purs à l’aide d’une compresse ou de les vaporiser directement sur la peau. Pour les plus créatifs il est possible de confectionner des crèmes ou des masques à partir d’une base neutre. N’hésitez pas à expérimenter et à vous faire plaisir !

Les erreurs à ne pas faire 

Il est important de bien différencier les hydrolats cosmétiques des hydrolats thérapeutiques !

Qui dit cosmétique, dit ajout de conservateurs…

Les conservateurs vont modifier l’équilibre des principes actifs et risquent même de rendre l’hydrolat inefficace.

Précisez au vendeur l’usage que vous voulez en faire avant d’acheter.

L’hydrolat thérapeutique se conserve très peu de temps, entre six mois et deux ans grand maximum.

Quelques règles à respecter :

  • Favorisez les bouteilles en verre qui évitent les toxiques transmis par le plastique ;
  • Sélectionnez des flacons teintés pour préserver l’hydrolat de la lumière (elle altère ses propriétés) ;
  • Si vous le pouvez n’hésitez pas à les sentir, la senteur doit être puissante ;
  • Conservez-les toujours au réfrigérateur pour une durée de vie maximum.

Petit plus, les hydrolats peuvent aussi s’utiliser en cuisine, pour parfumer votre intérieur, votre linge, que sais-je encore…

Si vous les utilisez déjà, n’hésitez pas à partager vos idées et recettes avec nous en commentaire ici !

À bientôt,

Laurent des éditions Nouvelle Page

5 1 voter
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
AMEL COULAIS
AMEL COULAIS
4 jours il y a

Contre les poux , j’utilise l’hydrolat de lavande en spray pour les tous petits , quelques pressions au niveau de la nuque et sur les cheveux permettent d’éloigner les poux. Efficacité relative

Michelle
Michelle
4 jours il y a

Félicitations pour cet article bien documenté. Et surtout, vous avez bien fait d’insister sur la distinction entre les hydrolats cosmétiques et ceux qui peuvent permettre un usage interne. Les cosmétiques ont souvent comme conservateurs des huiles essentielles allergisantes (limonene, etc…) et sont ceux que l’on trouve le plus souvent en pharmacie, voire en magasin bio (Bioccop, Naturalia, par exemple). Pas toujours facile de se procurer les non-cosmétiques. Je les achète par Internet.

Partagez-nous

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close