Vous mangez des aliments morts ! - Nouvelle Page Santé

Vous mangez des aliments morts !

Cuisson de legumes dans un wok

Chers amis,

Les vitamines et les minéraux sont indispensables pour notre santé mais pour autant nous ne devrions pas avoir à nous supplémenter.

Notre alimentation DOIT être notre source principale et suffisante en matière de nutriments.

Pourtant, les phénomènes de carence ou de déséquilibres sont monnaie courante.

Pourquoi ?

Eh bien, tout simplement parce que nous nous nourrissons bien souvent avec des aliments vidés de toute substance nutritive.

Manger pour vivre ou vivre pour manger ?

Il ne faut pas perdre de vue ce pour quoi nous mangeons.

Cela peut sembler une évidence, mais avoir conscience de l’acte que nous faisons en cuisinant et lui donner du sens change tout.

C’est pourquoi je me bats contre le grignotage qui consiste avant tout à calmer une pulsion, à remplir un petit creux, un vide, pour certains.

Voilà une question que chacun doit se poser.

Il y a un véritable travail de réflexion personnelle à faire pour remettre l’église au milieu du village, ou la cocotte au milieu de la table si vous préférez.

Une étude de l’institut MediQual Research pour SEB1 auprès des médecins généralistes fait ce constat :

Les trois quarts des médecins interrogés font état de déséquilibres alimentaires chez plus de 25 % de l’ensemble de leurs patients.

Les effets sur la santé sont, toujours selon les médecins : la prise de poids pouvant mener à l’obésité, le diabète, le cholestérol, et l’hypertension.

Notre alimentation est notre premier médicament.

Il s’agit de respecter les besoins physiologiques avant de calmer la faim ou un besoin émotionnel.

Tout en se faisant plaisir bien sûr !

Des chiffres inquiétants

Je dois dire que je ne suis pas surpris par les chiffres que je vais vous donner.

Quatre grandes enquêtes alimentaires et études épidémiologiques se sont penchées sur les apports nutritionnels des Français en vitamines et minéraux et sur les conséquences des déséquilibres alimentaires.

Ces études étaient les suivantes : l’étude Esvitaf2, l’étude de Bourgogne3, l’enquête du Val-de-Marne4 et l’étude Su.Vi.Max5.

Ce qu’on en retient, c’est qu’une grande partie de la population se trouve en deçà des recommandations6, particulièrement pour les vitamines B1, B2, B6, C, D, E, mais aussi pour le magnésium, le fer et le zinc…

Selon les études (les chiffres varient un peu mais je vous donne une moyenne) les déficits avérés concernent :

  • la vitamine B1 (un peu moins de 20 % des hommes et plus de 20 % des femmes) (près de la moitié des femmes entre 18 et 29 ans !) ;
  • la vitamine B2 (4 à 31 % des femmes et 8 à 22 % des hommes) ;
  • la vitamine B6 (15 % des hommes, 20 % des femmes, 16 % de la population a des signes de carence) ;
  • la vitamine D (74 % des hommes et 78 % des femmes présentent des signes de déficit ou d’insuffisance, surtout l’hiver) ;
  • la vitamine E (13 à 22 % des hommes entre 30 et 49 ans et 10 à 22 % des femmes de 18 à 49 ans ont des signes de déficit modéré) ;
  • le fer (le déficit en fer touche 29 % des enfants de moins de 2 ans, 14 % des 2-6 ans, 15 % des adolescents et 10 % des femmes en âge de procréer. Pour l’étude Su.Vi.Max 23 % des femmes ont des réserves en fer insuffisantes) ;
  • le zinc (entre 5 % et 8 % des volontaires présentent des signes de déficit) ;

C’est (trop) chaud pour les vitamines et les minéraux

La chaleur est l’ennemi à combattre si vous voulez avoir une alimentation qui comble vos besoins.

La cuisson des aliments, et particulièrement celle des légumes, demande de la douceur.

Chouchouter vos carottes et vos courgettes et elles vous le rendront bien !

Une fois sur le feu, les aliments perdent leur eau mais aussi leurs vitamines et leurs minéraux. Plus la cuisson est longue et la température élevée, plus les aliments se « dévitalisent ».

En forçant un peu le trait on finit par ne plus consommer que des fibres, des aliments « morts ».

  • À partir de 40 °C : les enzymes présentes dans les aliments sont en partie détruites
  • À partir de 60 °C : la vitamine C se fait la malle
  • À partir de 90 °C : une partie des vitamines B et E sont détruites
  • À partir de 100 °C : les sels minéraux se dégradent et deviennent moins assimilables par l’organisme
  • À partir de 110 °C : dites bye, bye aux vitamines A et D
  • À partir de 120 °C : c’est la disparition des vitamines B et E les plus résistantes (vous entendez leurs petits cris de détresse ?)

Cuisinez vitalité !

Pour ne pas trop perdre les nutriments lors de la cuisson de vos aliments vous pouvez opter pour :

  • Une cuisson à la vapeur douce

La cuisson à la vapeur douce n’excède pas les 90-95 °C (Dans un autocuiseur classique, la température s’élève en moyenne jusqu’à 140°!)

Je vous conseille le vitaliseur de Marion Kaplan pour réaliser tous vos petits plats facilement sans agresser les aliments. Je le trouve fonctionnel et vous pouvez trouver tout un panel de recettes adaptées sur son site.

La cuisson à l’étouffée, dans un plat à tajine par exemple, est également une bonne solution.

  • Cuisson au wok

Faire sauter ses légumes au wok (ou à la poêle) est une bonne alternative. La cuisson doit être très rapide à feu vif (une minute maximum). Les légumes doivent rester croquants.

  • Cuisson en papillote

Utilisez toujours du papier sulfurisé pour ce type de cuisson afin d’éviter le passage de particules d’aluminium toxiques dans les aliments. Ne mettez pas votre four à fond les ballons ! Là aussi il vaut mieux miser sur une température raisonnable (thermostat 4 – 100, 110 °C, voire encore moins) quitte à ce que la cuisson soit plus longue. Le fait que les aliments cuisent dans leur jus limite la déperdition des vitamines et minéraux.

  • Cuisson à l’eau

Ce n’est pas l’idéal car les vitamines et sels minéraux migrent dans l’eau de cuisson. Je vous recommande donc de garder précieusement cette eau pour un bouillon, un fond de sauce, une soupe.

Évitez autant que possible les cuissons à four très chaud, les fritures, le barbecue, et… le micro-ondes (il est difficile de maîtriser la chaleur avec précision, la structure des aliments est modifiée, les ondes en général ne sont pas nos amies).

5 habitudes à retenir

  1. Choisissez toujours des aliments bios. En effet, il est préférable de garder la peau des légumes pour bénéficier d’un maximum d’éléments nutritifs.
  1. Consommez vos fruits et légumes frais. Ne les laissez pas plusieurs jours au frigidaire ou à l’air libre. L’idéal étant de les cuisiner le jour même ou de les congeler.

J’insiste sur ce point car la première source de dégradation des vitamines est l’oxydation. Plus les aliments restent au contact de l’air, plus ils perdent leurs vitamines. Évitez de les couper en trop petits morceaux et arrosez-les de jus de citron pour limiter les dégâts.

  1. Variez le plus possible votre alimentation. C’est dans la variété que vous trouverez toutes les vitamines et minéraux dont vous avez besoin et que vous éviterez la lassitude.
  1. N’hésitez pas à manger des aliments crus de temps en temps. Fruits et légumes sont parfaits pour ça.

Attention cependant aux intestins fragiles. Les fibres crues sont bien plus irritantes ce qui peut provoquer des maux de ventre.

Une solution consiste à consommer des jus faits maison.

  1. Si vous optez pour de la viande ou du poisson cru, assurez-vous qu’ils sont ultra-frais. Le risque est de se contaminer avec le ver solitaire (ténia) ou des bactéries potentiellement dangereuses comme les salmonelles, l’escherichia coli, ou l’anisakis (un parasite que l’on trouve dans le poisson cru).

Alors ? Êtes-vous prêts à modifier vos habitudes pour faire le plein de vitamines ?

Cela demande un peu d’efforts et de temps, je le sais, mais le bénéfice pour la santé est tellement important.

À vos fourneaux, mes amis ! J’attends avec impatience vos recettes vitalité, partagez-les avec moi dans les commentaires !

À bientôt,

Laurent des éditions Nouvelle Page

0 0 votes
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
KUHN Jean-Paul
KUHN Jean-Paul
16 jours il y a

Comme la destruction des aliments commence à 40° , comme Jésus l’a signalé dans l’évangile de la paix , parce qu’une chaleur plus forte que 40 ° ne peut être supportée par notre corps vivant , ainsi que par les aliments aussi vivants en dessous de 40° . Je mange beaucoup d’aliments crus depuis 12 ans , et je peux affirmer aujourd’hui , après tout ce temps pour me réadapter à l’alimentation crue , tout ce qui n’est pas cru manque d’éléments nutritifs et est de moindre qualité . La chaleur douce des autocuiseurs de Marion n’est qu’un mensonge commercial… Lire la suite »

Last edited 16 jours il y a by KUHN Jean-Paul

Partagez-nous

Testez la taille de votre prostate

Hypertrophie de la prostate : informez-vous !

Close