Soja : bon pour la santé, mauvais pour l’environnement ?

Soja : bon pour la santé, mauvais pour l’environnement ?

Pourquoi le monde est-il si compliqué ?

À peine a-t-on trouvé une plante, le soja, qui serait susceptible de régler le problème du réchauffement climatique en permettant de diminuer notre consommation de viande, qu’on découvre qu’elle en serait aussi la cause, en favorisant la déforestation en Amazonie.

Oui, le soja est le meilleur substitut à la viande. Il contient 40 grammes de protéines aux 100 grammes. Bravo ! Vive la planète ! Viva Soya !

Oui également, selon WWF, entre 1990 et 2010, plus de 700 000 kilomètres carrés (soit une surface plus grande que celle de la France) ont été utilisés pour planter du soja en Amérique du Sud[1] dont la plus grande partie en détruisant la forêt amazonienne. Bouh ! Tofu t’es foutu !

Dois-je dès lors reposer honteusement ma barquette de tofu ou mon litre de lait de soja dans le rayon de mon supermarché ?

La plante qui a explosé tous les records depuis 50 ans 

La culture du soja a connu une croissance prodigieuse depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Entre 1960 et 2016, la production mondiale a été multipliée par 10.

L’huile de soja est devenue avec l’huile de palme, de très loin, l’huile la plus utilisée dans le monde (57 millions de tonnes en 2018 contre moins de 20 pour l’huile de tournesol et moins de 3 pour l’huile d’olive[2]).

Pourquoi un tel développement ? Un cocktail explosif de facteurs économiques, agronomiques et industriels. Sans oublier, quand même, les vertus nutritionnelles du soja.

En termes de productivité, le soja est une star : l’huile de soja est facile à produire et peut servir pour de nombreux usages (principalement huiles industrielles, savons, biocarburants) tandis que les déchets peuvent être presque entièrement recyclés. Les tourteaux de soja, hyperénergétiques avec leurs 38 % de protéines brutes, sont parfaits pour l’engraissage d’animaux en élevage industriel.

Au début des années 60, les États-Unis obtiennent, par les accords du GATT[3], un accès illimité et dédouané au marché européen pour le soja. Le soja américain devient le principal aliment pour le développement du cheptel européen en plein boom.

À partir des années 90, Monsanto commercialise le soja OGM qui, associé au glyphosate, permet une agriculture intensive sur des surfaces immenses. En 2014, plus de 80 % des surfaces plantées en soja dans le monde l’étaient avec des OGM.

Le soja se développe alors considérablement au Brésil et en Argentine. L’augmentation de la consommation de viande en Asie, et notamment en Chine, offre dans le même temps un nouveau débouché massif.

Ce n’est pas ma faute si l’Amazonie disparaît, alors ?

En effet, votre assiette de tofu ne pèse pas lourd sur le marché du soja, car plus de 80 % du soja produit dans le monde sert à nourrir du bétail.

L’Union européenne autorise l’importation de soja OGM pour l’alimentation animale, mais pas pour l’alimentation humaine. Il y a donc en fait deux marchés du soja : un pour les animaux, quasiment entièrement OGM et largement dominé par les États-Unis, le Brésil et l’Argentine (plus des trois quarts de la production), et un autre pour l’alimentation humaine, en principe sans OGM.

Vous l’aurez compris, le premier marché détruit l’Amazonie, le second non. Le calcul qui consiste à remplacer la viande par du soja pour préserver la planète n’est donc pas idiot.

Les substituts à base de soja (à la viande, au lait, etc.) représentent une émission de 0,79 g de CO2 par gramme[4].

C’est grosso modo 3 fois moins que les œufs, 10 fois moins que la charcuterie, la volaille ou le poisson, et 30 fois moins que la viande de bœuf  !

Mais attention ! L’impact de votre consommation de soja sur la planète dépend aussi de votre façon de le manger.

Un steak de soja, fabriqué avec des protéines de soja réhydratées, est beaucoup moins émetteur de carbone que le tofu par exemple.

Le tofu, préparation fermentée à base de soja, nécessite des transformations industrielles. Son empreinte carbone est 4 à 5 fois supérieure au soja brut.

Cela reste très inférieur aux viandes, mais c’est plus que pour les œufs , autre source de protéines, surtout s’ils sont de production locale.

Pour résumer : remplacer de la viande par du lait de soja, c’est top, mais si c’est par du tofu, ce n’est pas mieux que d’autres options, comme les œufs .

Et pour ma santé, ça fait aussi du sens ?

Oui, à condition d’acheter du soja bio, idéalement produit en France (et donc garanti sans OGM). Et à condition de ne pas consommer uniquement des protéines à base de soja. Car la consommation de soja comporte aussi un risque particulier.

Parlons d’abord des avantages.

Dans le soja, il n’y a pas que des protéines.

Le soja contient des vitamines B, du fer (comme la viande), du zinc, et des antioxydants. Il contient également des fibres et 8 acides aminés essentiels.

Source de protéines, mais sans les graisses saturées contenues dans la viande, le soja a des bénéfices avérés pour le cholestérol[5].

Le lien entre la consommation de soja dans certains pays asiatiques et un moindre taux de maladies cardiovasculaires a été observé dans plusieurs études..[6]

Il existe un débat, et l’AFFSA a refusé par deux fois de confirmer l’allégation validée aux États-Unis selon laquelle « la consommation journalière de 25 g de protéines de soja peut contribuer[7], dans le cadre d’un régime pauvre en lipides et en lipides saturés, à la diminution du cholestérol sanguin ».

Le fait est qu’on ne comprend pas par quels mécanismes le soja agit sur le cholestérol.

De même, de nombreuses études in vitro indiquent des effets positifs concernant le cancer de la prostate, du pancréas, du sein et du poumon, mais sans que l’on puisse expliquer par quels mécanismes, et avec parfois des effets contraires selon le type de soja ou la quantité consommée.

Enfin, le corpus d’études est de plus en plus fourni concernant des effets positifs du soja sur le diabète de type 2 et semble confirmer que des aliments au soja non sucrés réduisent son déclenchement[8].

Mais pourquoi est-ce si compliqué d’établir les bienfaits du soja, et quels sont les risques liés à sa consommation ? 

Phytoœstrogènes : des hormones végétales qui imitent certaines hormones sexuelles

Le soja contient des flavonoïdes, des molécules  naturellement présentes dans les fruits et légumes, ainsi que dans de nombreux autres aliments (vin rouge, bière, thé et chocolat noir). Ils ont en général bonne réputation, en raison de leurs propriétés antioxydantes.

Mais deux flavonoïdes du soja, la génistéine et la daidzéine, ont des propriétés chimiques remarquablement proches de l’œstradiol, une hormone sexuelle femelle.

Elles sont soupçonnées d’agir comme des perturbateurs endocriniens. 

Certes, les flavonoïdes  du soja auraient une action 1 000 à 10 000 fois moindre que les œstrogènes naturels… Cependant, elles sont tellement concentrées dans certains aliments au soja que leur activité œstrogénique serait supérieure à celle d’un contraceptif oral[9] !

Les effets des flavonoïdes sont variables d’une personne à l’autre.

Ils pourraient bloquer ou favoriser la sécrétion d’œstrogènes selon les individus, ce qui explique des résultats très variables selon les études.

Cela pourrait être lié au microbiote intestinal.

En Occident, seuls 20 % des adultes possèdent, dans leur flore intestinale, les bactéries qui digèrent les flavonoïdes, contre 75 % des adultes vivant dans les pays asiatiques.

Le mode de production du soja serait également en cause. Les méthodes ancestrales de fermentation utilisées en Asie rendent digestes les graines de soja. Mais les produits au soja dans nos rayons ne sont pas fermentés naturellement.

Dans le doute, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé recommande aux femmes enceintes d’éviter la consommation de produits dérivés du soja. Elle déconseille l’usage de préparations à base de soja avant trois ans.

La modération est la mère de toutes les vertus

Non, vous n’allez pas changer de sexe en mangeant du soja.

Si vous souhaitez réduire la part de viande dans votre alimentation, que ce soit pour votre santé ou pour la planète, le soja est le meilleur des substituts. Mais il en existe d’autres, et vous devriez panacher entre ces différentes sources : 

  • les œufs ,
  • le quinoa,
  • les légumineuses
  • les produits laitiers,
  • les amandes, les noix, les olives… 

Le problème est avant tout une question d’accumulation des isoflavones, donc évitez simplement de remplacer toutes les protéines animales par du soja ! 

P.S. Le geste simple que vous pourriez faire aujourd’hui ?

Vous trouvez que le tofu manque de goût ? Mais c’est normal ! Il s’agit d’un ingrédient de base, il n’est jamais servi tel quel. Alors découvrez la manière de le cuisiner qui vous plaît (grillé, en salade, en gâteau, etc.)

0 0 vote
Article Rating

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
16 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Daniel-M
Daniel-M
6 mois il y a

Comme vous le dites, y a pas que le soja dans la vie ! Le petit pois bien de chez nous est une plante bien plus intéressante, mais elle n’a pas eu hélas l’aval de l’industrie agroalimentaire.

BODET
BODET
6 mois il y a

bonjour, Oui attention à cette substance qui n’est pas que bienfaitrice…. une nutricienne que j’ai pu rencontrer en formation sur l’alimentation du jeune enfant (je suis auxiliaire parentale) nous avait mis en garde de ne pas remplacer les yaourts au lait de vache (ce qu’elle décriait aussi) par ceux au soja car des études avaient démontrées que se nourrir de soja occasionnait des mamelons grossissant chez les enfants, de même chez les hommes adultes qui en mangeaient peut être beaucoup, car je suis d’accord avec vous c’est la dose abusive qui fait de chaque bonne chose un poison, mais tout… Lire la suite »

veronique m
veronique m
6 mois il y a

Frederic Forge, je vous remercie pour tous vos articles. Vous avez une approche très rare de nos jours et vos conseils et avis sont emplis de bon sens et d’une volonté d’aider, dans un monde où le business est roi, et notamment dans celui de la santé « bio » cela est rarissime. Alors merci d’être vous et surtout ne changez pas.
Cordialement à vous.
vm

Anne
Anne
6 mois il y a

Bonjour,
Il faut arrêter de dire que le soja est bon pour la santé. Quand on a des problèmes de thyroïde, ça les aggrave. Or il y en a de plus en plus et parfois les gens en souffrent pendant longtemps sans le savoir…
Cordialement,
Anne.

Hubert
Hubert
6 mois il y a
Reply to  Anne

Bonjour Anne,
Je connais des personnes qui ont vu le fonctionnement de leur thyroïde s’améliorer. Mais dans une formule synergique de nutriments où le soja est prédominant.
Pour ce qui est du soja de l’alimentation je pense qu’il faut privilégier le soja fermenté non pasteurisé.

Catherine
Catherine
6 mois il y a

Bonjour, Pourquoi vanter ainsi le soja et oublier de dire que pour certaines personnes (et elles sont nombreuses) que cette plante n’est pas bonne et qu’elle ne devrait pas être consommée par les femmes ayant des problèmes – ou ayant eu des problèmes de boules graisseuses dans les seins (on m’en a retiré plusieurs et même une par une opération). On m’a fortement déconseillé de prendre des substituts à base de soja pour lutter contre les effets de la ménopause. Et je connais aussi 2 personnes qui ont développé un cancer à cause de cette plante.

Barat
Barat
6 mois il y a

Bonjour, J’ai lu votre article en entier ce qui est rare chez moi sur ce sujet car je suis allergique au soja ainsi qu’au lait de vache et donc au lactose. Ces deux ingrédients figurent, par contre, dans beaucoup de produits alimentaires dont on ne se doute pas si on ne regarde pas de très près les ingrédients. Je sais par exemple que l’on utilise de la lécithine de soja dans la charcuterie comme épaississant. Donc pour moi interdit tout ce qui est charcuterie mais aussi gâteaux, biscuits, petits plats tout fait et j’en passe. Je suis obligée d’acheter des… Lire la suite »

Maflor
Maflor
6 mois il y a

Bravo pour la qualité de vos articles, très pédagogiques, concrets, précis, utiles, très pertinents…et j’en passe!

Loukatmi31
Loukatmi31
6 mois il y a

Bonjour, À Bodet pour info le soja qu’on achète pour se nourrir est cultivé en France et sans ogm, comme le dit M. Forge dans son article, moi je l’achète lactofermenté et il est produit à Revel, à 50 km de Toulouse. En ce qui concerne le lait de soja, comme tous les autres laits végétaux, ils contient en moyenne et selon les marques seulement 7% de graines de soja, une foutaise et selon moi une arnaque, un verre de 15 cl contient donc 10 gr de soja, soit 4 gr de protéines « végétales » ( sur les 60 gr qu’un… Lire la suite »

René Paulus
René Paulus
6 mois il y a

Monsieur, J’ai lu votre article d’aujourd’hui sur le soja. Généralement, j’accepte ce que vous dites supposant que vous avez vérifié tout ce que vous dites. Pourtant, je me pose des questions sur deux sujets : 1. Vous dites que le soja contribue à diminuer le cholestérol « Source de protéines, mais sans les graisses saturées contenues dans la viande, le soja a des bénéfices avérés pour le cholestérol [5]. Le lien entre la consommation de soja dans certains pays asiatiques et un moindre taux de maladies cardiovasculaires a été observé dans plusieurs études… [6] » Je veux bien admettre, mais… Lire la suite »

Francis
Francis
6 mois il y a

Les inconvénients du tourteau de soja ne concernent que très peu la viande de bœuf. En élevage bovin viande, il est très peu utilisé à cause de son coût prohibitif. En production laitière, il n’est qu’une source de protéines parmi d’autres. Ce sont les porcs et les volailles en élevage intensif qui consomment le plus de soja, et de plus, contrairement aux bovins, ils ne possèdent pas de fermentations ruminales capables de détruire d’éventuels reliquats de glyphosate ainsi que les perturbateurs endocriniens naturels véhiculés par le tourteau. Concernant la santé humaine, l’huile de soja a un mauvais rapport omégas 3… Lire la suite »

Michel
Michel
6 mois il y a

Je n’ai pas eu le courage de lire l’article, je le ferai.
Il y a quelque-chose dont on parle peu, cette super plante a été vue et revue par quelques grainetiers américains dont le nom se trouve facilement sur le net transformant celle-ci en OGM, ce qui n’est pas assez dit ! Je n’ai pas regardé si les graines étant, comme c’est la mode chez ces financiers, rendues stériles, histoire d’en racheter de nouvelles à chaque campagne de culture…
Consommer c’est cautionner
Michel

Hélène
Hélène
6 mois il y a

Et manger de la viande d’animaux nourris au soja OGM….n’est-ce pas consommer par le fait même des OGM ? selon moi, ça vaut la peine de manger moins de viande et de payer un peu plus cher pour avoir du bio ou du moins, une certification sans OGM.

Domi
Domi
6 mois il y a

Bonjour, privilégier le soja fermenté ( tamari, miso,…) surtout pour profiter des probiotiques essentiels pour nos intestins, notre deuxième cerveau, comme pour les laitages , uniquement au lait cru, fermentés, à condition de ne pas souffrir de pathologies auto-immunes; personnellement je pratique le régime paléo-végétarien, paléo dans le sens que je consomme cru tous les fruits et légumes non pelés , sauf les oeufs (dur) le tout bio bien sûr, complété par des « nuts » ( amandes, noisettes, noix du Brésil,…) non grillées,thé vert « matcha » le matin, compléments alimentaires : vitamine D3 (2500UI/jour) et huile de Krill (omégas 3), avec jeûne… Lire la suite »

Kat
Kat
6 mois il y a

Bonjour A juste titre vous dites que le soja contient des phytoœstrogènes et précisez que se sont des hormones végétales. Je trouve que vous n’insistez pas assez du côté hormone- like mauvais pour quasiment tout le monde ! Nous ne sommes pas asiatiques et notre corps n’y est pas habitué. Lorsque je me suis faite opérer d’un cancer des ovaires, la chirurgienne avait bien insisté en me disant de ne PAS prendre d’hormone et pour cause ! Je pense qu’il ne faut pas s’étonner du nombre croissant des cancers du sein puisque l’on consomme des animaux nourris au soja !… Lire la suite »

De Wolffs
De Wolffs
6 mois il y a

Bonjour,
Le soja qui pousse en Amazonie est, en partie, cultivé pour la nourriture des vaches américaines qui termineront leur vie, comme hamburger chez Mac Do ! CQFD

Partagez-nous