Prostate : 8 solutions simples pour vous soulager - Nouvelle Page Santé

Prostate : 8 solutions simples pour vous soulager

Parler de sa prostate n’est pas toujours facile.

“Ce sont des problèmes de vieux !” m’a récemment asséné un ami proche qui a bien voulu se livrer à moi en désespoir de cause.

Il souffrait tout simplement d’un adénome.

Rien de grave en somme, mais il a passé de nombreux mois à vivre avec, sans oser consulter ou en parler.

Quel dommage lorsqu’on sait qu’il est assez aisé de résoudre les problèmes bénins de prostate….

La prostatite, une inflammation comme une autre

La prostatite est une des deux maladies bénignes de la prostate. Comme le suffixe “-ite” l’indique, il s’agit d’une inflammation.

Elle se présente sous deux formes :

1. La prostatite chronique

C’est la plus fréquente et la moins problématique.

Elle est généralement non bactérienne et peut être liée à un adénome ou à des infections urinaires à répétition.

Une mauvaise hygiène de vie entre aussi en ligne de compte : sédentarité, tabac et habitudes alimentaires néfastes qui peuvent irriter la prostate comme la caféine, l’alcool ou les épices.

2. La prostatite aiguë

Elle est due à une infection bactérienne (gonocoques ou chlamydia par exemple) et elle constitue une infection sexuellement transmissible.

Les symptômes permettent de l’identifier facilement : sensation importante de brûlure au moment de la miction (le fait d’uriner), douleurs abdominales, envies plus fréquentes d’uriner, douleurs lombaires, fatigue, parfois de la fièvre.

Dans ce cas, les antibiotiques sont un passage obligé, mais vous pouvez adopter les mêmes remèdes naturels que pour une prostatite chronique afin de calmer l’inflammation, car c’est bien cette dernière qui entraîne tous les symptômes désagréables.

3 remèdes naturels pour calmer une prostatite

Lorsque votre prostate est agressée par des bactéries ou fragilisée pour diverses raisons (station assise prolongée, pratique intense du vélo, mauvaise alimentation, accumulation de toxines…) il en découle une inflammation.

Bien entendu, il faut alors corriger la cause et s’attaquer à cette inflammation pour soulager les symptômes désagréables qui en découlent.

Pour cela je vous recommande la gemmothérapie qui est très efficace.

Vous pouvez par exemple avoir recours au macérât de bourgeons de cassis.

En complément vous pouvez associer au cassis des macérats qui vont aider à éliminer les toxines : celui de bourgeon de bouleau ou de genévrier.

Comptez chaque jour 20 gouttes de cassis et 10 gouttes de bouleau et/ou de genévrier, le tout sur une période d’un mois.

Par précaution, ne prenez pas de bourgeon de cassis en cas d’hypertension, de bouleau en cas d’allergie aux salicylés ou de traitement anticoagulant, et de genévrier en cas d’insuffisance rénale.

En application locale, certaines huiles essentielles pourront venir compléter l’action de la gemmothérapie.

Mélangez dans l’équivalent d’une cuillère à café d’huile végétale :

  • 10 gouttes d’HE de niaouli pour éliminer les bactéries
  • 20 gouttes d’HE de camomille romaine pour son effet anti-inflammatoire et calmant
  • 10 gouttes d’HE de lentisque pistachier pour ses vertus décongestionnantes et circulatoires

Appliquez le mélange deux fois par jour sur les reins et le bas-ventre, en massant jusqu’à pénétration.

Les infusions de racines d’ortie (urtica dioica) ou d’épilobe qui sont réputées pour leurs vertus anti-inflammatoires et diurétiques peuvent également être envisagées à raison de trois tasses par jour.

Si vous optez pour les gélules de racine d’ortie, il vous faudra en prendre 600 mg par jour en 3 prises pendant un mois.

Adénome : 5 façons de baisser le volume

L’adénome de la prostate (aussi appelé hypertrophie bénigne de la prostate) est une tumeur bénigne qui augmente le volume de la glande et qui entraîne des difficultés à uriner malgré des envies pressantes.
Située entre la vessie et l’urètre, la prostate est constituée de trois lobes. Quand ces lobes grossissent, ils gênent le passage des urines à la sortie de la vessie.

Ce problème est très fréquent passé la cinquantaine et se soigne très bien, l’objectif étant de permettre à la prostate de reprendre des dimensions raisonnables.

La phytothérapie est le moyen le plus efficace d’y parvenir avec 3 plantes plébiscitées.

1. Le palmier nain (Serenoa repens)

Il est utilisé dans certains médicaments (Permixon) prescrits en cas d’adénome.

Associé à l’ortie il donnerait des résultats encore plus concluants1.

D’une manière générale, on recommande une prise unique quotidienne de 320 mg de Serenoa repens (ou de 1 à 2 ml, 2 fois par jour en extrait fluide).

Je vous recommande aussi de l’utiliser en prévention à l’approche de la cinquantaine.

Les personnes sous anticoagulants ou utilisant des plantes ayant ce type d’effet (ail, ginseng, éleuthérocoque, ginkgo, kava, fève tonka, etc.) devraient s’abstenir de prendre des produits à base de palmier nain car des accidents hémorragiques ont été observés.

2. Le prunier d’Afrique (Pygeum africanum)

Cette plante permet de réduire la fréquence des mictions, notamment durant la nuit2.

La posologie recommandée est de 160 mg matin et soir.

3. L’extrait de pépins de courge

Une étude montre, après 12 semaines de supplémentation, une réduction significative des symptômes d’une moyenne de 30,1%3.

Vous pouvez faire une décoction vous-même :

  • Laissez infuser pendant vingt minutes 100 g de graines de courge dans 75 cl d’eau frémissante ;
  • Buvez 3 tasses par jour de cette préparation ;
  • Sous forme de gélules, la posologie est, selon les fabricants, de 4 à 6 gélules par jour (10 grammes en tout), à prendre entre les repas.

4. Les bains dérivatifs

Cet autre traitement naturel peut soulager les problèmes de miction urinaire, décongestionner et tonifier le petit bassin.

  • Au-dessus d’un bidet ou dans votre baignoire, passez-vous un gant de toilette ou un jet d’eau froide sur la région du périnée, des organes génitaux et de l’aine. Le reste de votre corps (pieds et haut du corps) est au chaud.
  • Faites-le pendant une dizaine de minutes tous les jours.
  • Une fois votre séance terminée, mettez-vous au chaud sous une couette ou un plaid et détendez-vous.

5. L’activité physique

L’activité physique est primordiale en matière de santé de la prostate aussi bien en prévention qu’en traitement de fond.

30 minutes d’exercice trois fois par semaine (minimum) sont recommandées.

Évitez le vélo qui comprime la région prostatique mais toutes les autres activités sont possibles.

Certains exercices spécifiques sont particulièrement recommandés : l’exercice de Kegel consiste à serrer les muscles de la vessie et maintenir la contraction quelques secondes, puis relâcher.

Vous trouverez beaucoup d’informations à ce sujet sur ce site.

Enfin, n’oubliez pas qu’une alimentation riche en fruits et légumes ainsi qu’en oméga-3 ne peut qu’améliorer vos symptômes.

Votre prostate vous a-t-elle posé des problèmes ?

Avez-vous trouvé des solutions naturelles efficaces ?

Répondez-moi en commentaires ci-dessous.

À bientôt,

Laurent des éditions Nouvelle Page

5 1 vote
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notification pour
guest

7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Philippe RICHARDET
Philippe RICHARDET
1 mois il y a

J’ai totalement réglé mon problème de prostate avec « l’Irésine Célosia »
Mon urologue n’en revenait pas !

Filopon
1 mois il y a

Bonjour, C’est très instructif les divers méthodes pour configurer sa prostate. J’ai 56 ans, je pratique la course à pied, la marche et le vélo(trajet/travail). Je pratique l’onanisme depuis mon enfance et même quand j’étais marié, c’était naturel. Aujourd’hui, malgré mon âge, je pratique l’onanisme, car un article de l’année 2000 m’a permit sans ambiguïté, qu’il n’y avait pas de tabou, pour continuer de réguler ses fonctions cognitives, mentale et psychologique. Un article dans un magazine féminin m’a confirmé que si je pratique l’onanisme pendant 24 jours par mois, je prends soin de ma prostate (cancer et autres). Je me… Lire la suite »

POUCET
POUCET
1 mois il y a

Excellent article: précis et détaillé. Très bons conseils à suivre

Djelloul
Djelloul
1 mois il y a

J’ai eu une HBP, on m’a pratiqué une adénoméctomie. Ma question est : est-ce-qu’il peut y avoir une récidive? Et dois-je prendre ces compléments pour atténuer ce problème. Merci.

isidore watu
isidore watu
1 mois il y a

Tout simplement, Merci beaucoup de vous préoccuper de cette maladie et surtout de nous prodiguer des conseils a tant que des hommes!
La meilleur solution, peut être d’abord la précaution à prendre! La Médecine préventive! Cher frères et amis ne soyez pas négligents, distraits, légers, superficiels! Félicitations à l’Edition » nouvelle page Santé ».

Timar
Timar
1 mois il y a

Je prends quotidiennement Permixion et Alvuzione en fin de soirée et je ne mévite pas les incontinences urinaires!(uriner beaucoup mais en deux fois,rètention difficile ,réveils la nuit plusieurs fois,obligè de porter dans la journée,des culottes grosses couches allais discret underwear…Que faire?Mon médecin propose l’opération mais j’hésite !!(j’ai 85 ans)

RUAULT Claude
RUAULT Claude
28 jours il y a

Désolé mais en ce qui me concerne aucun remède naturel, phyto, etc n’a eu d’effet sur l’adénome de la prostate. Seul un traitement de l’adénome par Laser m’a permis de retrouver un confort de vie, notamment la nuit et je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt.

Suivez-nous sur Facebook

7
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close