Le mammouth de notre système de santé - Nouvelle Page Santé

Le mammouth de notre système de santé

En plein cœur de la crise sanitaire du Covid-19, un « petit » fait d’actualité typique de l’administration française a attiré mon attention.

Il est pour moi révélateur d’un grand dysfonctionnement de notre système hospitalier.

Il est temps que cela cesse !

Crise sanitaire : il propose de licencier des soignants

Début avril, alors que les hôpitaux de l’Est de la France peinaient à absorber le flot des malades, le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) du Nord-Est était brutalement débarqué.

La raison ? Il avait affirmé, quelques jours avant, vouloir maintenir son plan de restructuration de l’hôpital de Nancy qui prévoyait la suppression de nombreux postes.

Dans le même temps, un convoi sanitaire partant de Reims pour évacuer des patients atteints du Covid-19 vers d’autres lieux de prise en charge était forcé de faire demi-tour… pour un tampon manquant !

Voici de beaux exemples de la déconnection des administrateurs hospitaliers avec la réalité du terrain.

L’administration : le vrai frein à l’efficacité de nos hôpitaux ?

En France, selon les études, l’administration hospitalière représenterait 30 % à 43 %, soit près de la moitié, du personnel hospitalier.

C’est énorme !

D’autant que cette administration passe pour être « tatillonne » et embourbée dans des normes de fonctionnement sans fin.

A l’ARS du Nord-Est de la France, dont je vous parlais plus haut, on compte plus de 800 salariés : c’est une lourde machine.

Ces agences, conçues pour organiser les soins sur les régions, sont prises entre les décisions de l’État, les multiples directeurs soucieux de leur carrière, et les contraintes financières peu en adéquation avec les besoins de la population.

Tout cela forme un joli bazar !

L’urgence sanitaire a prouvé que l’on savait faire mieux

Pourtant, pendant la crise sanitaire, l’hôpital a été obligé de fonctionner autrement.

L’urgence de la prise en charge des nombreux malades atteints du coronavirus a forcé les services hospitaliers à avancer plus vite.

De nombreux chefs de service se sont mis à travailler en fonction de leurs besoins et de ce que leur dictait leur conscience, sans passer par les nombreuses demandent d’autorisation habituellement nécessaires.

Et ils ont souvent pu constater une bien meilleure efficacité de leur fonctionnement.

Les lits de réanimations ont été installés, les services se sont réorganisés, les personnels ont travaillé sans relâche…

Et surtout, ils ont avancé sans besoin d’un tampon administratif de la direction ou d’une Agence régionale de santé. Le CHU de Reims est ainsi passé de 26 lits au début de l’épidémie à 150 au plus fort de la crise sanitaire.

C’était une première, et ce fut un succès.

J’ai pu constater, lors de mes gardes hospitalières au CHU à cette période, la grande capacité d’organisation dont font naturellement preuve les soignants.

Contraintes administratives : les médecins craquent

Lors d’une étude que j’ai mise en place avec un psychologue du travail, nous avons constaté que les contraintes administratives arrivaient en troisième position dans les risques de burn-out des médecins.

La Caisse primaire d’assurance maladie a mis en place un site dédié aux médecins dont l’intention était de « leur faciliter la vie ».

Mais je constate qu’il est très fréquemment inutilisable. L’excuse produite est ahurissante : j’utilise un ordinateur Mac (obligatoire pour mon logiciel médical), et ça n’est pas compatible avec la Sécu !

Double peine pour les médecins, c’est en partie de l’utilisation de ce site (qui ne marche pas) que dépend la compensation financière qu’ils perçoivent de la part de la Sécu…

De qui se moque-t-on ?

Des pistes pour repenser notre système de santé

Pendant la crise du Covid-19, les acteurs de santé de terrain ont montré leur capacité à s’organiser sans que l’on ait besoin de leur expliquer leur métier.

Tirons-en les bonnes leçons.

On parle beaucoup de maladie en France, mais peut-être est-il temps de parler de santé.

L’administration gère des budgets, la santé publique, comme son nom l’indique, devrait gérer la santé.

La santé est l’affaire de tous. L’administration, dont le rôle doit être de faciliter l’accès aux soins devra revoir sa copie pour plus d’efficacité.

Pour améliorer le fonctionnement de l’hôpital, il me semble impératif de :

favoriser une plus grande autonomie des soignants ;
améliorer la relation entre l’administration et les systèmes de soin ;
prendre davantage en compte les difficultés rencontrées par les équipes au service des malades.

Espérons que nos gouvernants sauront réorienter l’hôpital dans ce sens.

0 0 vote
Article Rating

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
GIRAUD
15 jours il y a

Bravo pour votre article sur le frein administratif : le problème de La France depuis des décennies et qui s’empire d’années en années est bien « ce frein administratif » mais pas que dans les hôpitaux.C’est absolument partout je peux en témoigner ayant eu dans ma vie beaucoup d’activités professionnelles. Architecte l’obtention des permis est devenu le parcours du combattant avec des règles qui changent d’une commune à l’autre et des instructeurs qui ont peur de décider et donc d’accorder un permis. Pareil dans le nautisme avec des CCI d’une lourdeur incroyable, l’aviation et ses millions de règles, la restauration etc…. Il… Lire la suite »

Dany
Dany
15 jours il y a

Je ne vais commenter votre message
Mais je pense que si comme dans beaucoup de pays les médicaments étaient distribués à l’unité comme dans beaucoup de pays cela ferait une énorme économie et ne pas prendre en compte les médicaments dit de confort remboursé par la sécu sociale qui est un luxe que chacun devrait les payer eux mêmes !??
Le déficit de la sécurité sociale serait beaucoup important ????

René
René
11 jours il y a
Reply to  Dany

Si votre analyse est sensée, elle ne semble pas, loin s’en faut, aller dans le sens que souhaitent notre soit disant élite qui semble vouloir mettre à terre notre système de protection sociale auquel on fait payer le prix fort pour des médicaments moins onéreux dans d’autres pays. L’action des 2 précédentes ministres de la santé est révélatrice, quant à la volonté de saper les bases de ce qui, au départ, était un formidable exemple de solidarité (l’un paye en fonction de ses possibilités, l’autre dépense en fonction de ses besoins). Même l’innommable président de la république pipe les dés… Lire la suite »

Philippe Boni
Philippe Boni
15 jours il y a

Les ARS ont été crées vers 2010. Il y en a 19 et à chacune d’elles sont rattachées les délégations départementales de la Région. Cette Organisation a connu une croissance phénoménale, sans doute non contrôlée, et compte à l’heure actuelle au moins 15 000 fonctionnaires, dont le rôle est assez flou, qui ne sont sans aucun doute, pas parmi les moins payés (les directeurs de ces agences sont assez souvent des énarques : Oh surprise !), et le moins que l’on puisse en dire, c’est qu’ils n’ont pas briller de leur présence sur le terrain pendant la dernière crise.. J’ajoute… Lire la suite »

Dany
Dany
15 jours il y a

C’est un grand classique et en France en particulier. L’administration ce sont des gens qui pensent et qui pensent tellement qu’ils sont persuadés de détenir la vérité. Mais voilà, ils ne font rien d’autre que de penser qu’ils pensent. Pendant ce temps, d’autres gens font le boulot sur le terrain. Je ne fais pas parti du personnel de santé, mais c’est pareil dans chaque domaine de « compétences » !

Anne Marie ANDRY RENARD
14 jours il y a

Cher Dr DEMONCEAUX, Je vous félicite des commentaires que vous nous adressez dans cette lettre très interessante, qui reprend totalement tous les points négatifs des systèmes de Santé en France, et qui ne perçoit pas la nécessité d’une véritable modification des fonctionnements entre l’Administration et les personnels soignants aux contacts des malades…
Bravo pour votre honnêteté et votre courage envers ceux qui prennent les décisions sans les assumer…

marie reine guais
11 jours il y a

Oui en effet c est un mammouth

Partagez-nous