Le mal de dos, et si c’était dans la tête ? - Nouvelle Page Santé

Le mal de dos, et si c’était dans la tête ?

Homme souffrant de maux de dos dans son jardin

Chers amis,

Je ne vous apprends rien en vous disant que le mal de dos est le mal du siècle.

Pourtant, dans la plupart des cas, que vous prescrivent les médecins ?

Du doliprane et le maintien d’une activité physique.

C’est assez sommaire non ?

Surtout si la douleur vous gâche la vie. Ce qui est le cas pour un nombre de plus en plus élevé de personnes : les lombalgies chroniques sont la première cause d’inaptitude médicale chez les salariés de moins de 45 ans1.

Mais je ne jette pas la pierre aux médecins, tant il est vrai que les causes possibles du mal de dos sont nombreuses !

Son origine peut être musculaire, articulaire, posturale, dentaire, alimentaire, et j’en passe.

A moins de faire toute une batterie d’examens qui, sauf exception, ne révéleront rien de particulier, il est très difficile de se prononcer et de trouver le traitement de fond adéquat.

Le plus simple est d’attendre que ça passe.

Le problème c’est que ce mal est souvent chronique, c’est-à-dire qu’il se rappelle à notre bon souvenir régulièrement.

Trop régulièrement, me corrigeront ceux qui vivent ce calvaire.

Rien de plus normal, en traitant les effets (la douleur) et non la cause on ne règle pas le problème.

La solution est donc peut-être dans votre tête.

La plus grande zone de somatisation de votre corps

Nous accumulons tout au long de notre vie des traumatismes plus ou moins importants.

Ils peuvent avoir pour origine le travail, la famille, les amis, l’argent…

On peut se sentir frustré, déçu, en situation d’échec, frôler le burn-out, ou se rendre compte qu’on fait fausse route sur le chemin de la vie.

Cela nous arrive à tous.

Lorsque le mal de dos n’a pas de cause mécanique (faux mouvement, geste inadapté, travail répétitif et traumatisant), ou s’il n’est pas dû à une maladie (arthrose, problèmes rénaux, disques lombaires abîmés…), se tourner vers le facteur émotionnel peut être la clef.

Car le dos a une symbolique très forte : c’est la structure qui porte tout, y compris nos états d’âme.

La carte des émotions de votre dos

Mes recherches m’ont conduit à dresser une carte symbolique des douleurs dorsales.

Je me suis appuyé sur ce que dit la médecine chinoise, sur l’expérience empirique d’ostéopathes, de praticiens en shiatsu, mais aussi sur le travail de chercheurs qui se consacrent aux douleurs chroniques liées à la somatisation2.

Selon le professeur de l’université de médecine de New York John Sarno, les douleurs chroniques du dos expriment la détresse psychique.

Si vous souffrez du dos voici de quoi mieux cerner votre mal :

  • Les douleurs du cou signifieraient une difficulté à faire face au quotidien.
  • Une douleur aux omoplates ferait écho à une colère rentrée.
  • Une lombalgie serait liée à des difficultés affectives, à une insécurité matérielle.
  • Un sacrum douloureux révélerait des difficultés d’ordre sexuel.
  • La hernie discale serait l’expression d’un sentiment de dévalorisation.

De façon générale, le haut du dos correspond aux émotions négatives refoulées, aux difficultés à exprimer nos troubles, comme la colère, la peur, les regrets.

Le bas du dos est la région qui se rapporte à l’insécurité matérielle, à la difficulté à faire face aux changements et à la nouveauté. Cela renvoie souvent à une forme de rigidité et d’inertie.

Convaincu, à force d’observation, que chaque vertèbre représente un schéma émotionnel, l’ostéopathe Roger Fiammetti3 a réalisé un bilan des émotions liées à chacune des vertèbres de la colonne vertébrale.

Voici les plus fréquentes :

Cervicale 1. Les idées qui tournent dans la tête

Elle est le siège du bavardage mental et de l’état de rumination.

Cervicale 2. Le déni de soi

Elle concerne les personnes qui sont programmées pour le sacrifice, pour l’oubli d’elles-mêmes et de leurs aspirations propres.

Cervicale 5. Difficultés de dire, de s’exprimer

Personnes qui ont une « boule dans la gorge », qui ont des troubles de la mâchoire inférieure.

Cervicale 6. Porter La Croix de l’autre

Ceux qui se sacrifient par peur de dire non… de crainte de ne pas être aimés.

Cervicale 7. Peur de ne pas s’en sortir, doute

Cette peur peut se manifester au moment de la mise au monde d’un enfant par exemple ou d’un changement de vie (la dorsale 8 est également concernée).

Dorsale 1. Peur de manquer, peur de perdre

Matériellement elle peut être fondée ou non. Elle peut aussi être liée à la crainte de perdre un être cher.

Dorsale 7. Conflits familiaux

Dorsale 9. Peur de l’abandon

Dorsale 12. Peur de ne pas être parfait

La volonté d’être parfait rend l’individu anxieux à l’idée de ne pas arriver à ses fins.

Lombaires 4-5. Poids sur les épaules. 

Les contraintes exagérées souvent auto-imposées par des personnes qui abusent de leurs forces sans mesure.

De la théorie à la pratique

Le corps humain est doté d’une mémoire émotionnelle étonnante, il n’oublie rien de ce qu’il a vécu.

Un choc émotionnel, qu’il provienne de la prime enfance ou d’une époque plus tardive, affecte le corps.

Peut-être avez-vous déjà trouvé, dans la liste ci-dessus de quoi vous éclairer ou vous guider dans la compréhension de votre mal de dos.

Pour aller plus loin dans le dégagement émotionnel de votre dos, vous pouvez en plus faire appel à quelques techniques éprouvées.

En voici quatre :

  • Le shiatsu : inspiré de la médecine traditionnelle chinoise, le shiatsu cherche à rétablir la circulation de l’énergie vitale, le Qi, dans les zones du corps là où elle est déficiente ou en excès. Il se pratique en exerçant une pression plus ou moins forte avec les pouces et les doigts, mais aussi avec les paumes, les poings, les coudes, les genoux et même les pieds, sur des points précis (les tsubos), situés le long des méridiens.
  • Le biofeedback : cette technique consiste essentiellement à entraîner le cerveau à travailler en notre faveur, à prendre conscience des processus néfastes dont nous n’avons pas conscience. C’est une branche de la psychophysiologie, une discipline qui étudie les liens entre l’activité du cerveau et les fonctions physiologiques.
  • Les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) : elles permettent de mieux gérer nos émotions et de mettre en place des comportements plus appropriés et plus bénéfiques pour nous-même. Les TCC traitent l’anxiété en général, mais aussi les troubles panique, les phobies, les TOC (Trouble Obsessionnel Compulsif) entre autres.
  • Le reiki : la traduction littérale du reiki est : « énergie de l’esprit ». C’est un mélange de méditation et de relaxation par le toucher. L’objectif est d’équilibrer corps, énergie et esprit.

Sans doute ma technique favorite pour libérer le corps en travaillant sur les énergies qui polluent l’esprit.

  • Le breathwork : c’est une technique de respiration en hyperventilation qui permet de cultiver le lâcher-prise et le non-jugement, de développer une meilleure conscience de son corps, de réduire le stress, de libérer les tensions physiques et mentales, de développer un meilleur contrôle de nos émotions, d’accompagner une psychothérapie.

Le mal de dos chronique n’est pas qu’une affaire de douleur. C’est aussi une occasion de faire un point sur notre vie, de prendre le temps de nous écouter.

Souvenez-vous : traiter les symptômes n’apporte qu’un soulagement éphémère.

Selon moi, mieux vaut s’attaquer rapidement aux causes profondes si l’on veut un résultat durable.

J’espère que ces quelques clés vous aideront.

N’hésitez pas à me faire part de votre expérience en matière de mal de dos.

À bientôt,

Laurent des éditions Nouvelle Page

0 0 votes
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Hortensia perez cayuelas
Hortensia perez cayuelas
1 mois il y a

Bon soir,un tres bon article,mais je pense a le mal de les anches,que veux dir?je vous encourage dans votre travail ci bien informé.
Merci et a bientôt!!!!

RANDRIANARIVO
RANDRIANARIVO
1 mois il y a

Merci énormément pour cet article, cela m’a éclairé sur beaucoup de points. Encore merci !

Duvivier
Duvivier
1 mois il y a

Merci pour ce travail très intéressant, mais que puis je faire quand une
arthrodèse a été ratée et que l’on a enlever tout le matériel. Il y a plus de 10
ans et je souffre tous les jours

Partagez-nous

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close