« La douleur la plus terrible que j'ai eu à endurer » - Nouvelle Page Santé

« La douleur la plus terrible que j’ai eu à endurer »

Hier, en allant chercher mon plus jeune fils à l’école, j’ai rencontré la maman d’un de ses camarades de classe.

Cela faisait un moment que je ne l’avais plus vue. D’ordinaire très dynamique et joviale, je l’ai trouvée fatiguée, pâle, affaiblie. Je lui ai demandé si tout allait bien et elle m’a révélé la raison de son absence des derniers jours.

Elle avait eu des calculs rénaux et avait dû se faire opérer.

Bien pire qu’un caillou dans la chaussure

Ce sont des douleurs insupportables qui l’ont alertée.

« Laurent, c’est la douleur la plus terrible que j’ai eu à endurer », m’a-t-elle confié, encore marquée par cet événement.

Effectivement, avoir un calcul rénal (ou lithiase rénale) n’est pas une partie de plaisir.

Mieux vaut avoir à marcher une journée entière avec un gros caillou dans la chaussure plutôt que dans les reins, croyez-moi !

Parfois, avoir un petit calcul ne provoque aucun symptôme et ce dernier disparaîtra de lui-même sans même que vous vous en aperceviez.

En revanche, lorsque vos reins se manifestent voici ce que vous pouvez ressentir et qui doit vous mettre la puce à l’oreille :

  • Une douleur soudaine et intense dans le dos (d’un côté, sous les côtes), irradiant dans le bas du ventre et vers l’aine. La douleur n’est pas nécessairement continue, mais elle peut devenir d’une intensité insoutenable. Elle survient lorsque le calcul se retrouve coincé dans l’uretère, le canal qui relie les reins à la vessie ;
  • Du sang dans les urines ou une urine trouble ;
  • Des envies d’uriner fréquentes ;
  • Des nausées et des vomissements ;
  • Parfois de la fièvre (il y a alors sans doute une infection urinaire en plus…).

Un calcul n’est pas un accident

Les calculs rénaux n’apparaissent pas par accident.

Ils sont souvent le résultat d’une hygiène de vie défaillante, notamment concernant l’alimentation.

Cependant, certaines personnes peuvent être plus susceptibles que d’autres d’en souffrir1.

C’est le cas si :

  • Vous avez de l’hypertension ;
  • Vous avez du diabète ;
  • Vous souffrez d’obésité ;
  • Vous souffrez du syndrome métabolique (coexistence de plusieurs troubles de santé d’origine lipidique, glucidique ou vasculaire associés à un excès de poids) ;
  • Vous avez la maladie de Crohn ;
  • Vous avez la maladie cœliaque ;
  • Vous faites de l’hyperparathyroïdie.

Hormis ces cas précis, c’est du côté de l’alimentation qu’il faut chercher pour expliquer la présence de calculs.

La formation de calculs est due à une hyperacidité globale qui va entraîner la cristallisation de l’acide urique.

Ces déchets qui se présentent sous forme de cristaux vont alors s’accumuler dans les reins.

Les aliments qui favorisent ce phénomène sont essentiellement les protéines animales, le sucre, et le sel (pour faire court).

Si votre régime alimentaire est riche en viande et en produits sucrés en tous genres, ce n’est pas bon signe pour vous…

De même, méfiez-vous des eaux minérales trop chargées en minéraux qui vont venir demander beaucoup de travail aux reins et les épuiser à la longue.

Encrassement garanti !

Une fois que les calculs provoquent une crise, vous êtes en situation d’urgence et la médecine douce n’est pas adaptée dans ce cas.

Je vais donc plutôt vous donner quelques conseils pour ne pas en arriver là.

Beaucoup d’eau et peu de sel

Des petits plats équilibrés et de l’eau fraîche chaque jour, voilà le plus grand secret pour éviter les calculs !

C’est simple non ?

Concrètement, il faut veiller à bien vous hydrater au quotidien : 1,5 l à 2 l par jour.

Boire peu diminue le volume d’urine et concentre par conséquent les sels dans l’urine, augmentant ainsi le risque de cristallisation au niveau des reins. Plus les reins auront d’eau à filtrer et plus les déchets seront évacués au quotidien.

En revanche, il est capital de bien choisir votre eau.

Le premier élément à prendre en compte dans le choix d’une bouteille d’eau est la quantité de résidus à sec qu’elle contient. Il s’agit de la quantité de minéraux que l’on trouve une fois que l’eau est évaporée.

Le résidu à sec doit être idéalement inférieur à 100 mg/l.

Les eaux de source contiennent nettement moins de minéraux, elles sont à privilégier pour une utilisation quotidienne.

Une façon moins connue de réduire le risque d’avoir des calculs est de boire un verre de limonade maison chaque jour2 (sans y mettre trop de sucre !).

Le citron augmente la quantité de citrate (une substance qui contribue à prévenir la formation de calculs) dans l’urine.

Il faudra ensuite porter toute votre attention sur votre assiette.

Votre objectif ? Réduire votre consommation de viande (en particulier la charcuterie et les viandes rouges, à consommer une fois par semaine maximum), de plats préparés (généralement très sucrés et/ou salés), et de sucreries (gâteaux, boissons sucrées, viennoiseries, bonbons etc…)

Et enfin, pensez à avoir la main légère sur la salière.

Une carence à surveiller

En matière de prévention, il est une carence qui s’avère jouer un rôle important dans la formation des calculs rénaux : celle en magnésium.

Il a été démontré que les personnes ayant un déficit en magnésium avait une tendance à faire des calculs plus importante3.

Vous pouvez le trouver dans l’alimentation avec une consommation régulière de fruits secs (noix du Brésil, amandes, noix de cajou…), de germe de blé, de son d’avoine, de riz complet, de légumes secs (lentilles, haricots blancs et rouges…), d’herbes aromatiques séchées (basilic, menthe, origan, sauge…).

Pour une bonne supplémentation je vous conseille de faire une cure deux à trois fois par an de  malate de magnésium. L’acide malique a la particularité d’être basifiant et de protéger les reins.

Il est hautement biodisponible et parfaitement assimilable par l’organisme. Il présente peu d’effets indésirables sur le système digestif.

La posologie est de 500 à 1500 mg par jour dans le cadre d’une cure d’un mois.

Deux étapes pour ne plus vous soucier de vos calculs rénaux

Tout le monde ou presque a des calculs rénaux.

Ils passent la plupart du temps inaperçus et, comme je vous le disais en début de lettre, ils deviennent douloureux lorsqu’ils bouchent l’uretère ou sont trop volumineux.

Pour éviter qu’ils grossissent et ne migrent vers ce canal étroit et ne viennent l’obstruer, une bonne stratégie consiste à dissoudre les calculs situés dans les reins.

Dans un second temps, il faudra stimuler les reins avec l’aide de plantes diurétiques pour favoriser l’élimination de ce qu’il reste des calculs.

  • Étape 1 : la cure de jus de citron

Elle s’étend sur cinq semaines.

L’acide citrique contenu en quantité dans le citron va participer à leur dissolution. C’est le remède naturel le plus répandu.

Il vous faudra boire le jus de trois citrons, 1 fois par jour dans un demi verre d’eau pendant une semaine.

Vous passerez la deuxième semaine à 6 citrons par jour, la troisième à 9 citrons, puis, la quatrième vous réduirez à 6 et à la cinquième vous reviendrez à 3.

Vous pouvez remplacer le citron par une cuillère à soupe de vinaigre de cidre dilué dans de l’eau (une cuillère la première semaine, puis deux, puis trois et on revient à deux en quatrième semaine et on finit une cuillère en cinquième semaine)

Bien que le citron devienne alcalin une fois ingéré, cette cure ne conviendra pas à tout le monde.

Elle peut provoquer chez certains des douleurs gastriques. Si c’est le cas, restez à trois citrons par jour et prolongez la cure d’un mois supplémentaire.

Vous pouvez, pour protéger votre estomac, prendre une demi heure avant votre citronnade une cuillère à soupe de gelée d’aloe vera.

  • Étape 2 : stimuler le travail d’élimination des reins.

C’est là que les plantes diurétiques interviennent.

Vous pouvez selon votre préférence opter pour la reine des prés, les queues de cerise, la busserole…

Pour ma part j’ai une préférence pour l’aubier de tilleul qui a la faculté de drainer à la fois les reins et le foie.

La cure va durer deux mois avec une pause d’une semaine tous les quinze jours.

Vous trouverez de l’aubier de tilleul en magasin bio sous forme d’écorce à préparer en décoction
à raison de 30 g par litre (faire bouillir 15 minutes, puis laissez infuser 15 minutes).

Vous devrez boire votre litre de décoction dans la journée.

Je vous recommande également de pratiquer le sauna une fois par semaine durant cette période de cure.

Une fois votre cure terminée vous pourrez passer à une phase d’entretien en utilisant de la teinture mère de pissenlit, 30 gouttes 2 fois par jour, pendant une semaine tous les mois.

Profitez-en pour vous remettre au sport car l’activité physique permet d’éliminer les acides et les déchets cristalloïdaux qui se forment et participent à la création de calculs.

Et vous, avez-vous déjà souffert de calculs ? Comment en êtes-vous venus à bout ? Racontez-moi cela en commentaire de ce message.

4.6 7 votes
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notification pour
guest

16 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Gabrielle Hanon
Gabrielle Hanon
1 mois il y a

Depuis petite j ai toujours été fragile des reins .A l âge de 14 ans on m a mise régime sans sel. A 22 ans j ai eut des pierres aux reins un médecin m avait conseillé de me faire des décoction de queue de cerise et cela a fonctionné. Depuis que j ai eut une leucémie stade terminale oncologue m a dit , vous n êtes plus la même vous devez manger du sel . Mais j ai choisit du sel riche en potassium et pauvre en sodium. Je suis toujours fragile des reins . Je fait attention je… Lire la suite »

Raoul VINCENT
Raoul VINCENT
1 mois il y a

Merci pour ce numéro consacré aux calculs rénaux; ayant souffert de cette situation, je confirme la douleur insupportable quand une crise se déclenche .
Toutefois vous ne parlez que des calculs formés par des oxalates, or il existe un autre type de calculs , les calculs calciques .
je suppose que les préconisations pour éviter leur retour sont fortement différentes .

Slama
Slama
1 mois il y a

Bonjour, j’ai une amie qui a eu cette semaine grise de douleur côté gauche atroce . Elle a un calcul de 6ml vous croyez qu’il sera évacué naturellement merci de votre aide.

JORGE
1 mois il y a

IL SE TROUVE QUE J’AI EU DES COLIQUES NÉPHRÉTIQUES, C’EST TRES DOULOUREUX. IL Y A UN MEDICAMENT HOMEOPATHIQUE : RUBIA DES LABORATOIRES LENHING, EN HUIT JOURS.

Carmant
Carmant
30 jours il y a

Bonjour, Je connais un ami trés cher qui a des calculs mais ce sont les purines qui les lui causent, il n’a donc pas droit aux pissenlits, ni aux orties, ni aux abats, ni aux mollusques, ni au gibier, ni à un nombre assez important de mets.

Georges R.
Georges R.
30 jours il y a

Bonjour.
J’ai déjà fait des crises de calculs reinaux, la derniére il y a environ 10 ans. L’urologue les a pulvérisés au laser. (J’avais dit à cette époque que je préférai mourir plutôt que de faire une nouvelle crise tellement c’est douloureux).
Aujourd’hui j’ai de nouveau 2 gros calculs que l’urologue va me pulvériser le 03 février.
Bonne journée à vous.

Fred
Fred
30 jours il y a

Très intéressant

André
André
30 jours il y a

Bonjour, j’ai vécu cette douleur insoutenable de calculs rénaux bloqués entre les reins et la vessie. On dut me poser une sonde GG, que j’ai gardée 3 semaines, pour pouvoir les évacuer. Après l’opération, uriner fut un supplice; j’avais l’impression d’avoir un pamplemousse à la place du rein gauche. La sonde me fut retirée sans anesthésie, juste un gel local qui ne servit à rien. J’avais l’impression qu’on m’arrachait le bas ventre ; l’urologue me conseillant de me détendre pendant ces 10 à 15 minutes de supplice. Je dus récupérer les cristaux dans l’urine avec une petite passoire. L’analyse diagnostiqua… Lire la suite »

MOUTARDE
30 jours il y a

J’ai souffert de calcul d’oxalate de calcium ,j’ai rencontré un nefrologue qui m’a conseillé de supprimé le sel et boire 1.5 à 2 litres d’eau par jour, ce que je fais .Depuis j’en ai moins souvent et ils sont plus petits et donc ils arrivent à sortir avec plus ou moins de douleurs.

J.Bardou
J.Bardou
30 jours il y a

Bonjour, j’ai eu des calculs rénaux à l’âge de 24 ans.
En 1986, le chirurgie est allé à la pêche. Le laser n’était pas encore utilisé. Les suites, extraction difficile, j’ai eu un
hématome interne à la vessie.
J’ai gardé des drains durant 3 semaines. Les calculs étaient d’ordre calcique, des oursins bloquaient l’urètre.
Aujourd’hui encore, lorsque je ne bois pas suffisamment, la douleur réapparaît. Notamment l’été ou malgré la chaleur, je dois me forcer à boire.
Depuis, je consomme moins de laitage et j’essaie de boire davantage.

Bien à vous.

Thérèse Côté
Thérèse Côté
30 jours il y a

Article beaucoup trop long, on se perd dans les descriptions de toutes sortes, et en plus où est la méthode gratuite ??? J’espérais enfin quelque chose de simple ! Je n’ai pas trouvé …! C’est bien dommage j’avais pourtant confiance !

Jean-Claude KARSTEN
30 jours il y a

J’ai eu, il y a 48 ans pour les 3 premiers, des calculs de type oxalique (sphérique, env. 6mm de diam. et plein d’aspérités). Le premier a nécessité une opération chirurgicale. Pour les autres, le chirurgien (merci pour son honnêteté et son désintéressement) m’a donné un bon truc pour les évacuer naturellement. La méthode : boire beaucoup d’eau, ne pas uriner tant qu’on arrive à se retenir malgré l’envie pressante pour charger et dilater l’uretère, et alors courir, et de préférence dans un escalier, monter, descendre, encore et encore. Il y a de fortes chances que le calcul se mette… Lire la suite »

Christina Holmgren
Christina Holmgren
30 jours il y a

Bonjour, Quid d’une cuillerée à soupe d’huile d’olive le matin à jeun? J’ai eu des calculs biliaires, heureusement pas encore trop gros, et je les ai éliminés avec cette méthode. Je continue à titre préventif.

No-Name
No-Name
30 jours il y a

Bonsoir , l’aubier de tilleul m’a permis d’éviter l’intervention chirurgicale, non seulement il nettoie le foie , les reins mais tout le système digestif ! Par contre étant porteuse d’une anémie héréditaire , mon organisme fabrique les lithiases « naturellement » hélas ! Je dois ajouter que , comme l’aubier de tilleul a aussi la propriété d’évacuer les toxines du corps , il déclenche la soif qu’il faut étancher !
Bien à vous .

Pozzi
Pozzi
30 jours il y a

Je ne suis pas du tout d accord avec ce que vous dite les calculs je connais bien car j en n ai ue très souvent des dans ma vie au moins 5 ou 6 fois la première fois à 18 ans la derniere fois c etait il y à 3 ans environ ont risque pas d oublier tan la douleur est extreme pourtemp j ai toujours été végétarienne depuis l age de 9 ans je ne mange pas particulièrement sucre je n ai jamais été obèse ni cardiaque ni diabétique jusqu a mintenent j ai 60 ans à ce… Lire la suite »

Paule
27 jours il y a

Bonjour. Le célèbre herboriste Maurice Mességué conseillait le bédegar d’églantier pour aider l’évacuation des calculs rénaux. Le bédegar d’églantier est une gale des bourgeons de l’églantier en forme de chevelu provoqué par la piqûre d’un petit hyménoptère, le cynips du rosier (Diplolepis rosae). A employer en tisane. J’ai eu l’occasion d’expérimenter ce remède sur un ami qui souffrait le martyre à cause d’un caillou en transit. Après avoir pris la tisane, il s’est endormi et au réveil j’ai complété avec une infusion de sauge. La douleur avait disparu et n’a pas réapparu dans les jours suivants. Ceci n’est qu’un cas… Lire la suite »

Suivez-nous sur Facebook

16
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close