Fibromyalgie : la piste des fascias - Nouvelle Page Santé

Fibromyalgie : la piste des fascias

Fibromyalgie la piste des fascias

Souffrir, souffrir tous les jours, mais sans savoir pourquoi, ou sans avoir de réponse claire.

À cette souffrance physique s’en ajoute une autre, encore plus terrible : comme cette souffrance n’est pas reconnue “officiellement”, qu’elle n’a ni cause identifiée ni traitement, il faut faire avec la suspicion. Il faut aussi parfois subir  les moqueries des autres, qui disent, ou laissent entendre, que “c’est dans la tête”.

C’est ce que racontent beaucoup de personnes frappées par la fibromyalgie.

“J’ai longtemps eu le sentiment de n’être pas prise au sérieux par le corps médical et de ce fait j’ai armé ma tête pour résister aux douleurs et fait silence de cette souffrance qui paraissait incomprise de tous”

Sylvie[1]

En septembre 2017, Lady Gaga a expliqué qu’elle annulait une tournée de concerts à cause de sa fibromyalgie. Dans son message posté sur Twitter dans lequel elle révélait souffrir de cette maladie, un message liké 100 000 fois, elle soulignait aussi le poids de l’incompréhension et du dénigrement :

J’ai été déçue de voir les gens sur les réseaux sociaux suggérer que je dramatise les choses, que je m’invente une excuse ou que je joue à la victime pour arrêter une tournée[2]. (…) Si j’utilise le mot souffrir, c’est non seulement parce que les douleurs chroniques et le traumatisme ont changé ma vie, mais parce qu’ils m’empêchent de vivre une vie normale.

La fibromyalgie : un syndrome encore mystérieux

Le syndrome de fibromyalgie (SFM) est désormais reconnu par l’OMS comme une forme particulière, et encore mystérieuse, de rhumatisme.

Le patient ressent des douleurs dans différentes parties du corps, parfois avec la sensation de souffrir PARTOUT, même si le dos est particulièrement touché. Des examens poussés, par exemple des IRM de la colonne vertébrale, ne révèlent pourtant aucun dysfonctionnement mécanique ou inflammatoire.

Pour les malades, avec le temps s’ajoutent souvent aux douleurs chroniques une sensation d’épuisement, des troubles du sommeil, de la mémoire, voire une dépression[3].

Cette affection toucherait entre 1 et 2 % de la population, selon l’OMS, essentiellement des femmes après 40 ans.

Dans bien des cas, les patients font état d’un lien entre le stress émotionnel, le déclenchement de leur maladie et les épisodes de crise. D’où l’image humiliante d’une soi-disant maladie de bonnes femmes excitées qui s’inventent des douleurs somatiques parce qu’elles n’arrivent pas à gérer leur stress.

Des équipes scientifiques proposent aujourd’hui une explication qui fait le lien entre le stress émotionnel et un mécanisme d’activation physique de la douleur dans les zones concernées, notamment au niveau des lombaires.

La douleur ne serait donc pas le reflet de l’imagination des personnes, comme elles se tuent à le répéter.

Fascias : la structure invisible et méconnue de notre corps

Imaginer votre corps. Retirez :

  • le squelette ;
  • les muscles ;
  • les organes ;
  • les nerfs et les vaisseaux sanguins.

Pour faire simple, tout le reste constitue les fascias, c’est-à-dire l’ensemble des tissus conjonctifs qui enveloppent et relient tous ces éléments.

Ils sont composés essentiellement d’eau et de collagène, la même substance que les cartilages.

C’est le docteur Ginevra Liptan, une des rares spécialistes de la fibromyalgie, qui a la première, en 2010, théorisé le lien entre fascias et douleurs chroniques[4].

Constatant que, dans les cas de fibromyalgie, ni les articulations ni les muscles ne présentent de lésions expliquant les douleurs, elle a cherché à expliquer comment les tissus fasciaux pourraient être, non pas forcément la cause, mais en tout cas l’endroit de déclenchement de la douleur.

Démonstration ? Un puzzle avec encore quelques trous

La théorie est la suivante :

  1. Les fascias, contrairement à ce qu’on pensait, ne sont pas des tissus passifs et insensibles. Au contraire : ils seraient richement innervés, et peuvent donc être le siège de douleurs.
  2. Ils présentent la particularité d’être sensibles au stress émotionnel : le stress psychologique peut s’y manifester sous forme de réelles douleurs.
  3. Un fascia “stressé” perd de sa mobilité. Or, comme les fascias sont en communication les uns avec les autres, un fascia qui perd de sa mobilité gêne la mobilité des autres fascias, non seulement connexes, mais potentiellement même à l’autre bout du corps. Cela expliquerait la généralisation des douleurs.

Cette chaîne de causes et d’effets apporterait une explication scientifique à la présence et à la diffusion dans différentes parties du corps de douleurs chroniques liées au stress, caractéristique de la fibromyalgie. Tout n’est pas encore démontrée rigoureusement, mais de nombreux éléments sont déjà établis.

Des tissus très émotifs et plus sensibles à la douleur que les muscles

Les travaux du Dr Siegfried Mense montrent que les terminaisons nerveuses sont très nombreuses au niveau du fascia thoraco-lombaire[5] qui court de la nuque jusqu’aux fessiers. Il a aussi identifié la présence de la substance P (P comme Pain, douleur, en anglais) dans les tissus fasciaux situés à l’extrémité des terminaisons nerveuses en cas de stress.

La substance P est un neurotransmetteur qui sert de médiateur pour l’information de la douleur. Elle est notamment associée à une douleur chronique, persistante et intense.

Par ailleurs, les fascias renferment beaucoup plus de capteurs de mouvement et de récepteurs de la douleur que les muscles et les articulations, ce qui fait du tissu conjonctif le plus grand organe sensoriel du corps humain[6].

Les terminaisons nerveuses présentes dans les fascias ont également la particularité d’être intéroceptives, c’est-à-dire qu’elles servent à la transmission d’éléments sensoriels internes, et non à des sensations extérieures[7]. Les fascias seraient donc les collecteurs de l’information sur l’état de notre métabolisme physique et psychique[8].

Des tissus qui communiquent et interagissent entre eux

En 2011, une étude réalisée à l’Institut de médecine de Boston a comparé la mobilité du fascia thoraco-lombaire chez 50 personnes ne souffrant pas de douleurs chroniques lombaires et chez 71 personnes qui en souffraient[9].

Elle a démontré que chez les personnes souffrant de douleurs chroniques du dos, cette mobilité était réduite de près de 20 %.

Or, cette mobilité est en quelque sorte la raison d’être des fascias, qu’il faut considérer comme l’enveloppe souple et dynamique qui maintient les organes et le squelette en équilibre, la peau n’étant qu’un film protecteur.

Pourquoi cette perte de mobilité ? Parce que les fascias, sous l’effet du stress, produiraient trop de collagène, et deviendraient donc trop rigides.

Or, l’interconnection des fascias, et leur capacité à modifier le comportement d’un fascia qui n’est pas directement sollicité, est maintenant clairement établie[10]. Les fascias se comportent à certains égards comme un tissu unique[11]. Une douleur dans un seul fascia pourrait donc se généraliser dans l’ensemble du corps.

Et les trous dans le puzzle ?

Pourquoi les fascias seraient le lieu où une souffrance psychologique se transformerait en souffrance physique ? Pour l’instant, les seules explications tendent à une description holistique de l’organisme, qui se rapproche de la vision orientale du corps et de l’esprit ne faisant qu’un.

On peut être d’accord ou pas, mais cela ne constitue pas une démonstration scientifique selon les critères traditionnels que notre médecine utilise, avec une cause identifiée et un mécanisme de fonctionnement sur lequel on peut agir.

Il existe déjà des approches thérapeutiques

Cela n’empêche pas de nombreuses personnes souffrant de fibromyalgie, ou de douleurs chroniques du dos, de faire déjà appel à la fasciathérapie, un bouquet de techniques encore assez flou mais qui se développe à vitesse grand V.

Les manipulations fasciales consistent à mobiliser les fascias par des techniques de massages diverses : méthode Cyriax, Rolfing, MTP (Massage transversal profond), relâchement myofascial. Chaque thérapeuthe ou presque a sa propre technique voire sa propre terminologie.

Certaines approches associent des exercices physiques à une discussion avec le patient : MDB (Méthode Danis Bois), pulsologie.

L’acupuncture a également un effet démontré sur les fascias, ce qui pourrait expliquer son efficacité contre la douleur.

 

P.S. : La question simple que vous pourriez vous poser aujourd’hui ?

Êtes-vous parvenus à localiser l’endroit de votre corps qui réagit le plus sensiblement à vos émotions ? Il mérite une attention toute particulière.

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

14
Poster un Commentaire

avatar
10 Fils de commentaires
4 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
14 Auteurs du commentaire
PascaleMartinHalouaLadantDelabroy Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Nicole Faria DA Cruz
Invité

Je vous remercie de nous faire partager vos recherches. Je suis fibromyalgieque depuis très longtemps. C’est un rhumatologue qui a mis le nom sur mes douleurs et ça m à fait du bien de savoir que je n étais pas folle… J essaie d être moins stressée, et de me décontracter le plus possible. Je fais de la méditation et du qi cong, ce qui m aide beaucoup.

Richard
Invité

Bonjour, Fibromyalgique de manière extrême depuis 4 ans, et plus modérée depuis plus de 25 ans, je ne suis pas tout à fait d’accord avec la piste des fascias que vous évoquez. J’ai passé des années à étudier toutes les publications scientifiques (surtout celles de PubMed, et de nombreuses autres) et j’ai conduit de nombreuses expériences sur moi-même. J’en ai tiré mes propres conclusions : cela ne se passe ni dans les muscles, ni dans les fascias, ni même dans le système nerveux périphérique… Dans mon cas, (mais c’est le cas de la plupart des fibromyalmgiques que je connaisse).. cela… Lire la suite »

Martin
Invité

Bonjour Richard
Tout ce que vous dites sur la fibro est absolument mon ressenti..c est la premiere fois que je rejoins cette explication..
Déclarée Fibro depuis 6 ans.. bcp d interrogations au début. . J ai tjrs été persuadée d un dysfonctionnement du système neuro vegetatif..lié avec le dysfonctionnement intestinal..
Depuis peu j ai éliminé le gluten et reduit fortement les produirs laitiers..un bien etre evident … je continue d observer et de relativiser..
Merci pour vos écrits
Cordialement
Martine

Jean-Michel HAAS
Invité

Frédéric vous dites à la fin de vos lettres que vous souhaitez passer des messages positifs, agréables à lire, simple à comprendre… Votre objectif est pleinement atteint. Je me régale à chacune de vos lettres tant c’est intéressant, clair… Je n’ai pas pour habitude de laisser des commentaires ; cela ne m’arrive que rarement… Mais j’ai trouvé votre article sur la fibromyalgie et les fascias si passionnant et si clairement expliqué que je voulais vous dire un grand merci pour vos partages et votre pédagogie.
Jean-Michel

Pierre Saine
Invité
Pierre Saine

Monsieur Frédéric Forge, Détrompez-vous. Le concept des fascias tel que vous l’énoncez n’existe pas. Étudiez les travaux du Dr Jean-Claude Guimberteau de Bordeaux. Ses vidéos disponibles sur Internet sont explicites. Le corps est constitué de fibres de collagène continus et ininterrompus dans lesquels s’inscrivent les cellules osseuses, musculaires, etc. Pas des enveloppes. Mais un tissu constitutif. Par ailleurs, excusez ma simplification, les os, les muscles, la peau…. « n’ont pas de sensation ». Seul le système nerveux est sensible… oui dans la peau, les os, les muscles… Ce dont il est question c’est du sytème nerveux. Allez voir du côté de immunologie,… Lire la suite »

Galibert
Invité

Bonjour je suis Magnétiseuse , je n’ai jamais eu de cas de Fibromyalgie , mais le magnétisme enlève l’inflammation ,le stress et beaucoup d’autre maux, ces personnes devrais peu être essayer de consulter un magnétiseur !!!

Ladant
Invité

Bonjour étant fibromyalgique sévère j ai consulté une magnétiseuse pendant plusieurs mois malheureusement aucun effet sur moi.

Van Bodengraven Roland
Invité

J’adore lire les polémiques , elle me conforte dans ma conviction que la médecine classique doit s’écrire avec un petit m. J’ai été diagnostiqué Fibro… entre autre dégâts ,…. un temps certain après un accident de la voie publique en 1992 pour être précis le 11 mai, victime d’un conducteur négligent… J’ai mis du temps pour me soulager car la médecine classique était totalement inopérante…sauf médications pour troubles mentaux et antidouleurs classiques et parfois expérimentaux…… j’exagère volontairement. MAIS je me suis soigné et continue depuis, avec l’hydrothérapie hyperthermique…Succès assuré pour ce qui me concerne, avec de temps à autre relecture… Lire la suite »

Marchal
Invité
Marchal

Bonjour, j’ai lu attentivement votre article sur les fascias et la fibromyalgie. Ce dernier complète le documentaire que j’ai visionné sur arte dont voici le lien : https://www.arte.tv/fr/videos/070788-000-A/les-allies-caches-de-notre-organisme-les-fascias/ Stressée depuis l’adolescence, très sensible à la douleur et diagnostiquée, enfin, fybromyalgique, cela se traduit chez moi par des uvéites à répétition lors des poussées de stress. C’est à dire des inflammations de l’uvée, une composante de l’œil qui doit être traitée rapidement par corticoïdes en collyre voire par injections de corticoïdes dans l’œil. Les autres douleurs sont celles décrites par tous ceux qui connaissent cette maladie mais surtout au niveau des… Lire la suite »

AffiliateLabz
Invité

Great content! Super high-quality! Keep it up! 🙂

Delabroy
Invité
Delabroy

Dos et visage jambes Et respiration

Haloua
Invité
Haloua

J’ai une très bonne expérience dans le traitement de la fibromyalgia par Reïki. Sans prétendre de pouvoir guérir, j’ai constaté qu’une séance de Reïki calme les douleurs et apaise le malade. Je pense que cela pourrait faire partie d’un ensemble des traitements de ces malades qui souffrent atrocement et réellement. Dans le déclenchement de certaines crises il y a sans doute un élément d’ordre psychologique, mais les douleurs sont, hélas, très vraies et très fortes. Mais les problèmes psychologiques ne sont pas forcément à l’origine de crises. J’ai assisté au déclenchement d’une crise de plusieurs jours d’une personne qui c’est… Lire la suite »

Pascale
Invité
Pascale

Je découvre ce blog et trouve vos expériences intéressantes et enrichissantes. Merci pour ces partages.

Partagez-nous