Avis aux amoureux : mariez-vous ! - Nouvelle Page Santé

Avis aux amoureux : mariez-vous !

fete de mariage

Chers amis,

Mes beaux-parents viennent de fêter leurs quarante ans de mariage.

Respect. Avec ma femme on s’efforce tant bien que mal d’arriver (ensemble) jusqu’à 10.

Chacun y est allé de sa blague sur le thème « Comment tu as fait pour résister? », « Tu n’as toujours pas réussi à t’en débarrasser ? », « Qui de vous deux enterrera l’autre ? », etc.

Pourtant, d’après la science, et sans faire le moindre lien avec la religion, la morale, ou que sais-je encore, le mariage est plutôt bon pour la santé, très bon même.

Ma femme me rend fou ! Apparemment, non…

Des chercheurs de l’Université du Michigan[1] ont étudié les données de plus de 15 000 adultes, âgés de 50 ans et plus, qui ont participé à une enquête pendant une période de 14 ans. Leur objectif : déterminer les facteurs qui sont favorables à l’apparition de démence, qu’il s’agisse de démence sénile ou de maladies type Alzheimer.

Le résultat est sans équivoque : tous les groupes non mariés, qu’il s’agisse des personnes divorcées, séparées, veuves, ou n’ayant jamais été mariées, ont un risque de développer une démence significativement supérieure aux personnes mariées.

Le groupe pour lequel le risque de démence est le plus élevé est celui des hommes divorcés : 260 % de risque en plus par rapport aux hommes mariés. Chez les femmes, l’écart est moins grand : 30 % de plus entre femmes divorcées et femmes mariées. Si on retire le facteur des ressources financières, l’écart diminue, mais reste significatif.

Avis à tous les hommes qui pensent que leur femme les rendra fous : c’est le contraire qui est vrai !

Ma femme me file des palpitations ! Pas du tout…

Cette étude publiée l’été dernier ne fait que prendre la suite de beaucoup d’autres, qui concluent toujours à un lien positif entre le fait d’être marié et la bonne santé.

D’après une étude japonaise, les hommes qui n’ont jamais été mariés ont trois fois plus de risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire que les hommes mariés[2].

Une étude publiée en 2007 dans Psychosomatic Medecine[3] confirme et complète ces résultats : non seulement les hommes mariés ont un risque diminué de moitié de mourir d’une maladie cardiovasculaire, même en éliminant tous les autres facteurs de risque tel que le tabac, la pression artérielle, le diabète, etc. mais cette amélioration n’est pas liée au fait que le mariage soit heureux.

Les 3 682 participants à cette étude, sur une durée de 10 ans, pouvaient renseigner leur degré de satisfaction ou de bonheur quant à leur propre mariage. Étonnamment, ce paramètre n’avait pas d’impact sur le risque sanitaire !

En revanche, concernant les femmes, celles qui choisissaient de se taire en cas de conflit avec leur époux avaient un risque multiplié par 4 par rapport à celles qui ne se taisaient pas.

Mesdames, râlez, gueulez, c’est bon pour votre santé ! Quant à vous messieurs, continuez à la laisser hurler sans répondre, ça lui fait du bien et vous savez que ça finira par passer.

Elle finira par me donner le cancer ! Que nenni…

Ne me dites pas que cela marche aussi pour le cancer ?

Pas tout à fait mais un peu quand même. Les études n’indiquent pas que les gens mariés sont moins touchés par le cancer. Mais le fait d’être marié semble avoir un impact bénéfique sur la gravité des cancers diagnostiqués et leur évolution !

Une étude américaine portant sur près de 30 000 cas de cancers[4] a observé que les personnes non mariées étaient diagnostiqués à un stade plus avancé que les personnes mariées.

Et, quelle que soit l’avancée des tumeurs au moment du diagnostic, les patients mariés avaient un meilleur taux de survie.

S’agissant du cas particulier du cancer de la prostate, les chercheurs de l’Université de Miami ont observé l’évolution de près de 150 000 patients atteints d’un cancer de la prostate[5]. Là encore, les hommes mariés ont une meilleure espérance de vie (69 mois), une fois diagnostiqués, par rapport aux célibataires (49 mois), aux divorcés ou aux veufs (38 mois).

Les chercheurs avancent même des explications, dans le langage qui est le leur  :

« Plusieurs modèles hypothétiques peuvent expliquer l’association entre le statut marital et la mortalité chez les hommes souffrant de cancer de la prostate. Le modèle le plus attractif se base sur l’effet salutaire putatif d’être marié sur l’humeur ou le soutien social. »

Comme ces scientifiques connaissent bien la vie ! Ma femme entretient ma bonne humeur, première découverte !

Madame sauve monsieur, mais l’inverse est moins vrai

Dans la plupart de ces études, l’impact bénéfique sur la santé semble être plus fort pour les hommes que pour les femmes. Je ne sais pas pourquoi, mais je suppute que ma femme, qui se précipite sur moi avec ses flacons d’huiles essentielles dès que j’ai mal quelque part, ne serait pas surprise.

Ceci est confirmé par une étude qui a mesuré le temps de survie des veufs et des veuves. Perdre son épouse est beaucoup plus grave, en termes d’espérance de vie, que perdre son époux.

Une étude[6] portant sur 12 522 personnes mariées, pendant une durée de 23 ans, a calculé que 30 % des 1 453 hommes devenus veufs sont morts avant la fin de l’étude, pour seulement 15 % des 3 294 femmes devenues veuves. Oui, les veufs ont un une mortalité deux fois supérieure suite à leur veuvage !

Pourquoi ? selon les chercheurs

Je vais d’abord vous présenter les raisons avancées en général dans les études, avant de vous dire mon avis. J’espère aussi que vous me donnerez le vôtre.

Les chercheurs avancent deux types d’explications.

Premièrement, l’hygiène de vie en général, et la qualité de l’alimentation en particulier, seraient moins bonnes chez les hommes non mariés ou divorcés ou veufs. Ils feraient aussi moins d’exercice physique boiraient plus et fumeraient davantage. Les hommes mariés seraient quant à eux plus prompts à requérir des soins médicaux.

Deuxièmement, la solitude, la dépression, l’isolement social, qui sont statistiquement liés à une diminution de l’espérance de vie ou aux risques cardiovasculaires, seraient augmentés chez les personnes veuves, divorcées, ou célibataires, notamment chez les personnes âgées.

Pourquoi ? Selon moi…

Personnellement, j’avancerais une autre explication, beaucoup plus concrète.

La première cause d’accident domestique est la chute dans les escaliers. Y pensez-vous en les montant et en les descendant ? Moi pas.

Il ne me serait donc jamais venu à l’esprit d’ajouter, comme ma femme l’a fait, des semelles antidérapantes à mes pantoufles préférées.

Depuis, je glisse beaucoup moins, et mon risque de chute dans nos escaliers en est grandement diminué.

Pourquoi ? Selon vous…

Je vous en prie, que vous soyez marié(e) ou non, faites-moi part de vos explications, réelles ou inventées.

Pensez à tous ces amoureux sur le point de franchir le pas en ce jour de la Saint-Valentin, votre expérience leur est terriblement précieuse ! Ils pourraient être sur le point de faire la plus grave erreur de leur vie, ou au contraire d’améliorer sensiblement leur santé jusqu’à la fin de leurs jours (en plus de tout le reste).

 

P.S. : Le geste simple que vous pourriez faire aujourd’hui ?

Ne vous contentez pas de lui offrir une fleur, demandez-la/le en mariage !

Cette lettre est en partie inspirée de l’article paru sur Harvard Health Publishing

https://www.health.harvard.edu/mens-health/marriage-and-mens-health

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

13
Poster un Commentaire

avatar
10 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
13 Auteurs du commentaire
MarineVioletteJehanne BiquetAgnès CimolinoLalanne Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
valérie DA COSTA
Invité
valérie DA COSTA

Bonjour, moi je pense tout simplement que la femme veille sur son homme et surveille la moindre chose anormale alors que l’homme a d’autres préoccupations. Elle va modifier la nourriture en fonction de cela ou va chercher des solutions pour remédier au problème. De plus, comme l’homme aime bien être chouchouté il va se confier sur ce qui ne va pas alors que s’il est seul il n’aura personne à qui le dire. Et puis, pour finir, les hommes vont moins facilement chez le médecin.
Voilà, bonne lecture !

Chaut
Invité
Chaut

Il me semble évident que le régime alimentaire d’un(e) veuf(ve) doit être très différent de celui d’un couple, quand on connais l’importance de l’alimentation dans la santé c’est très clair. Voyez le comportement de gens mariés lorsque leur conjoint est absent pour quelques jours, soit il ouvre des boites de conserve soit il consomme de la nouriture toute prête, avec tous les risques que cela comporte…

Krystel
Invité
Krystel

Complètement d accord sur ce point.
La vie n est pas un long fleuve tranquille mais on vit mieux quand on peut veiller mutuellement sur l’autre.
Car lorsque la personne se retrouve seule la motivation n est plus toujours la pour continuer d avancer et prendre soin de soi…
bonne journée

Isabelle
Invité

Quand vous parlez des « gens mariés » vous voulez dire les hommes; parce que dans mon expérience (j’ai 72 ans) les femmes seules se nourrissent beaucoup mieux quelque soit leur statut.
Autre point : dans votre article vous parlez des gens mariés et ne faites pas la différence avec les gens qui vivent maritalement sans être mariés. Il serait intéressant de vérifier cete donnée.

Agnès Cimolino
Invité
Agnès Cimolino

Les hommes restent de grands enfants face à la douleur. La femme, comme avec ces enfants, le dorlote, le soigne. Lorsque j’ai accouché de mon 1er fils, ma mère m’a dit que mon époux était perdu à la maison, sans moi ! Pourtant, il avait vécu seul, plusieurs années.
Il y a des hauts et des bas dans la vie d’un couple et vieillir, ou plutôt voir vieillir l’autre, n’aide pas (reflet de soi). Mais, si chacun a sa place, ça fonctionne assez bien.
28 ans de mariage, déjà !! Et mes parents, 60 ans !!
Bien à vous

Agnès

Dominique Tanvet
Invité

Bonjour, Oui effectivement les statistiques sur des cohortes tout à fait crédibles confirment sans appel ce constat que vous développez dans votre lettre . Pour autant la situation des divorcés ou veufs n ‘est pas forcément aussi désespérée ( je vis les deux statuts ). La recherche d’une nouvelle ( ou nouveau ) partenaire n ‘est pas si simple et il convient d’y prêter une attention soutenue au risque de se retrouver dans une situation bancale, conflictuelle, peu stimulante , ou pire dramatique . Pour ma part , j ‘observe beaucoup trop de couples enfermés dans une indifférence à l… Lire la suite »

Van Ko
Invité

Bonjour, Mon mari était fumeur et buvait beaucoup. Il a fait un cancer du rein et un du poumon. Je sais que si il a résisté pendant 10 ans c’est parce que je l’ai traîné (et croyez moi c’est le mot) chez les spécialistes en tous genres d’abord pour ses addictions et ensuite pour sa santé déficiente. S’il avait vécu seul il n’aurait rien fait et au contraire ses addicitions auraient été pires. J’ai fait cela par et avec amour et cela l’a maintenu en vie bien pls longtemps que s’il avait vécu seul

Roeschen Rot
Invité

Personnellement, je suis surprise que les femmes s’en sortent mieux, malgré le surcroît de travail qu’entraîne pour elles le mariage -les hommes rechignent encore trop à partager équitablement les tâches domestiques- ; je ne vois donc pas beaucoup d’avantages à cette institution, quand on est doté d’une vie intérieure rendant la solitude heureuse.

Serge
Invité
Serge

Bonjour Monsieur Forge, Un grand merci pour cette lettre ensoleillée! Comme toujours, vous lire est un plaisir, et un plaisir enrichissant. C’est très volontiers que je réponds à votre souhait en vous proposant ce que je conçois des bienfaits de la vie en couple. Selon moi, se marrier, peut-être. Vivre en couple, si possible long terme, mille fois oui! En effet, la stimulation réciproque permanente que génère le partage de deux vies est clairement une manière efficace et naturelle de maintenir corps et esprits en ordre de marche. Les plaisirs, les joies, les peines, mais aussi les disputes, les colères,… Lire la suite »

Lalanne
Invité
Lalanne

Hum… « selon les chercheurs » ou « selon moi », écrivez-vous ? En fait vous dites la même chose, à savoir que les femmes sont plus dans la prévention que les hommes. Que ce soit par l’alimentation, pour surveiller sa santé et prévenir des maladies, pour remarquer des risques possibles dans sa maison, son jardin, en conduisant… Quant à la solitude affective et/ou sociale, elle est communément source de dévalorisation et donc de dépression si elle perdure. Tous les médecins le disent et recommandent à leurs patients vivant seul(e)s, de voir du monde, de créer au moins du lien social. Ce n’est pas… Lire la suite »

Jehanne Biquet
Invité
Jehanne Biquet

bonjour Frédéric et merci
je pense que la Femme est plus résistante, plus endurante (moralement, physiquement et émotionnellement) que l’Homme. Elle a aussi cet instinct maternel (tant vis-à-vis de ses enfants que de son compagnon ou d’autres personnes). Elle a plus d’imagination et plus d’intuition, ce qui lui permet de mieux appréhender les événements de la vie. C’est qu’en général son côté féminin est plus développé. Ceci n’est que théorie … l’équilibre masculin/féminin est différent chez chaque être humain et de plus en plus je constate le côté féminin se développer chez beaucoup d’hommes et inversément. Ce que j’apprécie.

Violette
Invité
Violette

Bonjour Monsieur Forge Merci d’abord de cet article intéressant à l’occasion de St Valentin. Je pense, d’abord, que la vie en communauté allonge la vie, même lorsque la présence de l’autre n’est pas toujours un long fleuve tranquille. L’isolement reste dans tous les cas terrible, peut-être un peu moins pour ceux qui savent bien combler la solitude avec des activités satisfaisantes et une certaine philosophie de la vie. Ensuite, le fait que l’homme résiste moins que la femme dans les études comparatives, c’est parce qu’il n’a pas, dans la majorité des cas, été habitué à faire face au quotidien autant… Lire la suite »

Marine
Invité
Marine

Me marier fut la plus grande erreur de ma vie qui a failli me la coûter, violemment à plusieurs reprises et sur la durée, notamment du divorce (19 ans en tout pour 21 ans de mariage) A 20 ans on ne sait pas qu’on épouse un pervers narcissique qui fait peu à peu de votre vie un enfer et ne vous lâche pas quand enfin vous comprenez que votre vie dépend du divorce. Et encore. Comme il en est encore plus furieux il tente de vous tuer par tous moyens y compris l’épuisement physique moral mental psychologique nerveux et financier,… Lire la suite »

Partagez-nous