Covid-19 : que se passe-t-il sur le front des traitements ? - Nouvelle Page Santé

Covid-19 : que se passe-t-il sur le front des traitements ?

Cela fait plus de 2 ans que nous entendons parler du Covid mais … on entend beaucoup moins parler des traitements possibles pour y faire face !

Alors que la septième vague de l’épidémie semble arriver, que le port du masque, sans être obligatoire, est de nouveau fortement conseillé, que la quatrième dose de vaccin pend au nez des plus fragiles et que la crainte du retour du pass vaccinal ressurgit, où en est-on avec les traitements ?

Quatre traitements, deux vraiment efficaces

Un seul est préventif, il s’agit de l’Evusheld du laboratoire AstraZeneca. Il est accessible par voie injectable à partir de l’âge de 12 ans1.

Il faut pour en bénéficier être immunodéprimé, ne pas répondre suffisamment à la vaccination et avoir un haut risque de contracter une forme sévère de Covid-19.

Ce traitement est basé sur la technologie des anticorps monoclonaux, une thérapie utilisée depuis longtemps pour soigner des maladies auto-inflammatoires chroniques ou certains cancers.

Sans entrer dans les détails fastidieux, le principe est d’empêcher la pénétration du virus dans les cellules pour lutter contre sa réplication.

Les trois autres traitements sont curatifs.

Il s’agit du Xevudy (GlaxoSmithKline, Vir Biotechnology), du Ronapreve (Roche), tous deux par voie injectable, ainsi que du Paxlovid (Pfizer) par voie orale.

Concernant le Xevudy nul besoin de s’attarder. Son usage a été restreint le 29 avril 2022 par les autorités sanitaires françaises en raison de son inefficacité face au sous variant BA.2 qui était alors la souche largement dominante.

Pour le Ronapreve, le scenario est sensiblement le même. Dès l’apparition d’Omicron (dont les variants actuels sont issus) son efficacité avait été mise à mal.

Reste donc le Paxlovid.

L’OMS le qualifie aujourd’hui de « meilleur choix thérapeutique pour les patients à haut risque à ce jour. »2

Ce traitement s’adresse aux patients atteints de formes bénignes et modérées de la Covid-19 et présentant un risque d’hospitalisation. Pour être efficace, il doit être pris dans les cinq jours qui suivent les premiers symptômes.

Le médicament cible l’enzyme nécessaire à la réplication virale, la protéase 3C-like : en inhibant son action, il bloque la réplication du SARS-CoV-2 dans l’organisme.

Cependant, il reste sous-utilisé en France, malgré une facilitation de sa prescription par les médecins généralistes (une simple ordonnance et un test antigénique ou PCR positif suffisent).

La généralisation de la vaccination est passée par là, le manque d’information du grand public aussi…

Il faut aussi prendre en considération le fait que ce traitement présente un risque important d’interactions médicamenteuses, ce qui prive un nombre élevé de personnes de son utilisation.

Le 25 avril dernier, la Haute autorité de santé (HAS) s’est prononcée en faveur de la prise en charge du Paxlovid par l’Assurance maladie3, j’ignore ce qu’il en est aujourd’hui.

Quand lama pas content…

Même si l’apparition d’un médicament miracle a tout d’une Arlésienne, la recherche se poursuit et elle ne manque pas d’imagination.

Des chercheurs s’intéressent à un animal qui crache lorsqu’il est en colère (les amateurs de Tintin me comprendront).

En effet, leurs anticorps seraient potentiellement efficaces contre le SRAS.CoV-24.

Les camélidés, famille à laquelle appartiennent les lamas, produisent un type unique d’anticorps : les nanocorps. Ils sont deux fois plus petits que les anticorps produits par l’homme et sont remarquablement stables et faciles à manipuler pour les scientifiques.

Leur petite taille leur permet de se lier aux protéines virales empêchant ces dernières de se connecter à nos cellules. Les anticorps plus gros n’ont pas cette faculté.

L’utilisation de ces nanocorps s’est avérée efficace contre le virus respiratoire syncytial (VRS) et deux coronavirus : le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS).

Une équipe de scientifiques dirigée par l’Université de Bonn en Allemagne a même, semble-t-il, trouvé des nanocorps capables d’empêcher le virus de la Covid de muter5.

A suivre… en espérant que les lamas soient coopératifs !

Le requin pourrait bien mordre sévèrement le coronavirus

Décidément la nature n’a de cesse de nous étonner.

Outre le lama, le salut pourrait venir du fond des océans et d’un animal souvent redouté : le requin !

De petites protéines connues sous le nom de VNARs (pour Variable New Antigen Receptors), dérivées du système immunitaire des requins-nourrices (une famille de requins tropicaux), pourraient empêcher le SARS-CoV-2 et ses variants d’infecter les cellules humaines6.

D’ailleurs, tous les coronavirus pourraient être combattus grâce à ces protéines.

Ceci est de bon augure car un certain nombre de coronavirus pourraient surgir à l’avenir.

Les thérapies futures devraient pouvoir faire appel à un cocktail de plusieurs VNARs de requins pour maximiser leur efficacité contre des virus divers.

L’arthrite a du bon finalement

Parmi les recherches qui sont menées, le repositionnement des médicaments est souvent une piste intéressante.

Il s’agit de voir si des molécules utilisées pour certaines pathologies pourraient s’avérer profitables pour d’autres maladies, la Covid dans le cas qui nous intéresse.

Ainsi, un médicament (le tofacitinib) contre l’arthrite a montré des résultats positifs dans un essai clinique sur des patients hospitalisés suite à une infection à la Covid-197.

La molécule a été testée chez 289 patients hospitalisés. Une réduction de 63 % du risque de développer une insuffisance respiratoire par rapport au groupe placebo a été constatée.

Le tofacitinib, lorsqu’il est ajouté au traitement standard, pourrait réduire le risque de décès ou d’insuffisance respiratoire sévère.

Tout cela demande à être approfondi mais suscite de nombreux espoirs.

Alors, restons optimistes !

Et vous, avez-vous reçu des traitements médicamenteux comme le Paxlovid contre la Covid ? Connaissez-vous des personnes qui en auraient pris ? Votre médecin vous en a-t-il parlé ? Racontez-moi votre expérience en commentaire.

A bientôt,

Laurent des éditions Nouvelle Page

2.7 3 votes
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notification pour
guest
16 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Llavata Abreu
26 jours il y a

Bonjour
Pourriez-vous mettre un lien de partage sur vos messages, car certains le méritent et moi j’aime partager ce qui me semble bien. Dumoins pendant les tristes périodes

Capetdepe
Capetdepe
26 jours il y a

Pourquoi ne vous penchez vous toujours pas sur l’hivermectine qui réduit très rapidement les symptômes de souffrance respiratoire ? C’est aussi un médicament ancien qui a fait ses preuves. Arrêtez de citer ces médicaments qui n’en sont pas et qui vont aller grossir encore le bénéfice des grands laboratoires que je citerai pas. Ah oui c’est vrai ! Ce serai tellement compliqué de reconnaître qu’on avait la solution dès le début de la pandémie et que l’on ne l’a pas saisie! Et que par conséquent bien des morts aurait pu être évitées. Remballez votre étalage de pseudo medecine qui ne… Lire la suite »

Frédéric Martinet
Frédéric Martinet
26 jours il y a

Bonjour. Toutes ces considérations sont certes intéressantes, mais pourquoi ne pas parler des soins naturels qui marchent si bien.
J’ai rodé un processus qui fonctionne parfaitement: accroître l’immunité avec Oleopolis (propolis) de Dietaroma et echinacée. Et en cas d’agression Covid, IMMEDIATEMENT (dans la minute) spray nez et gorge propolis (Dietaroma); et si pris trop tard, frictions poitrine et dos huiles essentielles. 85 ans comme mon épouse: 5 ou 6 contaminations, et… jamais malade!

Isabelle Goussi
Isabelle Goussi
25 jours il y a

Bonjour,
Merci pour ces informations de synthèse. Cependant, vous ne citez pas un autre traitement, l’ivermectine qui a également montré son efficacité, malgré la censure dont elle a fait l’objet. Qu’en est-il aujourd’hui ?
Idem pour l’hydroxichloroquine…
Bien cordialement

Jack Lynn
Jack Lynn
25 jours il y a
Répondre à  Isabelle Goussi

Bonjour,
Entièrement d’accord avec vous. Le vrai traitement est l’ivermectine avec le zinc , un ancien antibiotique azithromycine 250 sans oublier les vitamines C et D. Comme dirait une généticienne : « l’ivermectine karchérise le virus »!!! Ce n’est pas l’affaire des laboratoires!
Cordialement

Laurent Tessier
Éditeur
Laurent Tessier
25 jours il y a
Répondre à  Isabelle Goussi

Bonjour Isabelle, le Dr Demonceaux et moi même avons déjà évoqué à plusieurs reprises l’ivermectine et l’hydroxichloroquine, ainsi que bon nombre de solutions naturelles. Nous évitons de nous répéter et essayons de présenter le sujet sous différents angles afin d’être le plus complet possible. Merci de me suivre. Bien à vous. Laurent.

ROGIER
ROGIER
25 jours il y a

Je suis ingenieur 84 ans ,j’ai fait un vaccin efficace et sans risque. 4 granules de PETROLEUM 7CH,apres dissolution sous la langue,prendre 1 gelule de vitamine D3 9 jours (VHD3). Je l’ai signalé à E Macron,von der Leyen,OMS sans réponse,dés 2020 ….Trop d’intérets en jeu . J’ai fait un collier qui aide l’épiphyse par la thyroide pour qu’elle soit receptive a une onde qui permettrait d’éviter les maladies.Seul moi et ,mon entourage l’utilise,car il n’est pas connu.Dr Janine Fontaine avait trouvé que l’énergie nous arrivait par les chakras.En fait cette onde arrive sur l’épiphyse.Luc Montagnier travailait aussi sur ces ondes,mais… Lire la suite »

Didier LAIGLE
Didier LAIGLE
25 jours il y a

Concernant le Paxlovid, il faut interroger Anthony Fauci ! Visiblement c’est loin d’être efficace; peut-être même que les phénomènes de « rebond » constatés ici ou là montrent que c’est plus mauvais que bénéfique. Une sorte d’écran de fumée en quelque sorte. Et si Pfizer, jamais à cours d’idées pour faire du fric, nous démontrait là son incompétence? Si son « vaccin » fonctionne, alors pourquoi sortir de tels médicaments? Leurs injections ne sont pas censées empêcher les « formes graves », à tout le moins? Pour le reste surtout avec Omicron, il a été démontré partout qu’un simple cocktail antiviral+antibio+vit D+Zinc suffisait. Et en plus… Lire la suite »

Gaëlle
Gaëlle
25 jours il y a
Répondre à  Didier LAIGLE

En effet Fauci a subi des effets plus importants de la Covid après un premier traitement Paxlovid. Rebond. Il aurait eu un deuxième traitement.
Vacciné 4 fois fois même!
Je crois qu’en Ontario ( Canada) un autre médicament est aussi approuvé: fluvoxamide. À la base ce serait un traitement pour le TOC.
Au Québec il y avait eu, au tout début, des recherches prometteuses sur la quercetine. Naturel et en vente libre. Je l’utilise au moindre soupçon de covid.

Guylaine
Guylaine
25 jours il y a

Aucune mention dans votre article des traitements pour renforcer l’immunité (zinc, vitamines C et D…) Aucune mention de l’ivermectine et de l’azitromicine pour traiter ?
Curieux…

Laurent Tessier
Éditeur
Laurent Tessier
25 jours il y a
Répondre à  Guylaine

Bonjour Guylaine, merci pour votre message. J’ai déjà à plusieurs reprises évoqué ces traitements dans différentes lettres. Il s’agissait ici de présenter ce qu’on nous propose de façon « officielle » et de ne pas me répéter concernant les traitements naturels. Belle fin de journée à vous. Laurent.

Agnes
Agnes
25 jours il y a

Et qu’en est-il du vaccin Valneva? Plus personne n’en parle ….

Dr Jacquet-Andrieu
Dr Jacquet-Andrieu
25 jours il y a

Cher Monsieur, Merci de votre intéressant message que j’ai lu attentivement.
Mon commentaire pourrait être le suivant : J’ai eu la COVID-19 (omicron)… j’ai été fort bien soignée avec de l’homéopathie et des huiles essentielles, ce qui m’a même évité de prendre un antibiotique.
Concernant le médicament que l’OMS prône, rien d’étonnant, il vient s’adjoindre au scandale PFIZER, raison suffisante, à mon sens, pour éviter de le prescrire et de passer à d’autres Thérapeutiques, plus efficaces, plus naturelles et, surtout, moins chargées de conflits d’intérêts.
Bien respectueusement à vous,
Dr Armelle Jacquet-Andrieu.

Hugues DELORME
Hugues DELORME
25 jours il y a

je pense que l homme essaye de guérir l homme et les animaux ? dès fois très chiants de lire les commentaires , on n’est pas content qd on propose un vaccin mais on demande tjrs un traitement ? il faut savoir ce que l’on veut ?

Danièle Brahm
Danièle Brahm
25 jours il y a

Moi je me suis soignée avec de l’Ivermectine et ma fièvre a tout de suite cessé

Jean
Jean
25 jours il y a

Très intéressant de connaître les évolutions, ainsi que les commentaires merci.
En même temps bis repetita, quid de l’ivermectine ? Efficace ou non démontré ?
Pour ma part, huiles essentielles diluées bien sûr + friction des surrénales et c’est tout, idem pour mon épouse et stoppé. Bien en amont vitamine D3.

Partagez-nous

16
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close