Ne vous intoxiquez plus avec vos déodorants ! - Nouvelle Page Santé

Ne vous intoxiquez plus avec vos déodorants !

Ne vous intoxiquez plus avec vos déodorants !

Utiliser un déodorant est devenu un geste aussi automatique que le brossage des dents quotidien.

Est-ce pour autant un geste d’hygiène ?

La réponse est non.

Se parfumer les aisselles est au mieux une coquetterie et au pire la preuve que la publicité transforme profondément les mœurs.

Alors attention à ne pas vous laisser aveugler !

Quel coup de pub !

C’est aux États-Unis (les fausses bonnes idées viennent souvent de là-bas) que les premiers déodorants modernes voient le jour à la fin du XIXe siècle.

Ils sont à base de sulfate de potassium et d’aluminium qui ont la propriété de stopper la transpiration de par leur action astringente qui resserre les pores de la peau.

C’est à coup de nombreuses campagnes de pub agressives et souvent dégradantes pour les femmes que les déodorants finissent par s’imposer dans la majorité des foyers.

Mais en France, ce n’est que dans les années 70 que l’usage du déodorant commence à faire une percée.

C’est à une publicité que l’on doit cet engouement soudain.

Un bellâtre s’approche d’une jolie femme puis s’en détourne en grimaçant avec le slogan : « à vue de nez, il est 5 heures »

Charmant…

Aujourd’hui, chaque jour en France, environ 452 000 déodorants sont vendus pour un chiffre d’affaire de 515 millions d’euros annuels1.

Un beau succès commercial !

Quand on y pense, nos grands-parents ne faisaient qu’une toilette quotidienne sans mettre de déodorant ni de parfum et ils ne sentaient pas mauvais pour autant.

Alors qu’aujourd’hui on a la manie de tout parfumer, des moindres recoins de notre corps aux vêtements en passant par le frigidaire !

Pourtant, (se) parfumer n’a rien d’un geste d’hygiène et ce n’est pas une pratique recommandée pour la santé, notamment concernant les déodorants anti-transpirants.

Les 5 ingrédients à bannir dans vos déodorants

Pour lutter contre les odeurs de transpiration, on trouve deux catégories de produits dans le commerce : les déodorants (souvent à base de bactéricides et de parfum) et les anti-transpirants (souvent à base de sels d’aluminium).

Même si sur le marché des déodorants les produits sans sels d’aluminium gagnent du terrain, les anti-transpirants sont encore majoritaires sur les produits féminins avec 43 % des ventes.

Leur application peut provoquer des irritations et des rougeurs cutanées.

Un risque potentiel par rapport au cancer du sein et certains troubles neurologiques comme la maladie d’Alzheimer est souvent évoqué.

Mais il n’y a pas que l’aluminium qui pose problème dans les déodorants.

Je pense en particulier :

  • à la pierre d’alun qui n’est pas exempte d’aluminium. Par précaution, on privilégie la pierre d’alun naturelle, moins nocive que la pierre d’alun synthétique. L’étiquette de la pierre d’alun naturelle mentionne « potassium d’alun », tandis que l’étiquette de la pierre d’alun synthétique mentionne « ammonium d’alun ».
  • aux substances suspectées d’être des perturbateurs endocriniens comme les parabens (propylparabène, methylparaben etc.), le cyclopentasiloxane (un dérivé du silicone),  le benzyl salicylate, le triclosan,  les conservateurs BHA et le BHT (butylhydroxytoluène ou butylhydroxyanisole), etc.
  • aux allergènes comme le phénoxyéthanol (un conservateur), l’alcool ;
  • aux gaz propulseurs (butane, isobutane, propane) utilisés dans les déodorants en spray et qui diffusent des composés organiques volatils (COV). Ces substances sont non seulement polluantes pour l’environnement mais aussi peu recommandables pour la santé2.

La liste des ingrédients à éviter n’est pas exhaustive, elle serait bien trop longue et sans grand intérêt.

Ce qui importe vraiment c’est la façon dont on peut chouchouter nos aisselles sans risque.

Suivez le guide !

Comment choisir votre déodorant ?

Les ingrédients naturels que vous devez privilégier :

  • Les huiles, les cires et les beurres végétaux comme le beurre de karité, l’huile de coco, la cire de carnauba, la gomme tara, etc.
  • Les poudres comme le bicarbonate de soude ou de sodium, l’amidon de maïs, l’argile blanche, etc.
  • Les hydrolats : rose, hamamelis, sauge, etc.
  • Les huiles essentielles : palmarosa, géranium, petit grain bigarade, etc.

Les marques du commerce :

En général les déodorants naturels du commerce sont bio, vegan, et contiennent tout au plus une dizaine d’ingrédients. Méfiez-vous des listes d’ingrédients à rallonge.

A titre d’exemple je vous donne trois marques qui font des déodorants à la fois efficaces et sans risques pour la santé : Les enfants sauvages3, Caliquo4, et Clémence et Vivien5.

Je précise que je n’ai aucun lien commercial avec ces marques. Si je vous les cite c’est que j’ai testé leurs produits et que j’en suis satisfait.

Vous pourrez vous les procurer soit directement sur leur site internet soit en magasin bio (on trouve notamment la marque Clémence et Vivien facilement).

Les déodorants à base d’argent colloïdal sont également efficaces puisque l’argent est un puissant anti-bactérien. Or ce sont les bactéries sur notre peau qui produisent les mauvaises odeurs.

Quant à la forme à privilégier, c’est une question de goût.

Les formes solides ou crémeuses sont plus économiques et ont des emballages plus écologiques, mais tout le monde n’apprécie pas leur texture.

Les déodorants en spray se doivent d’être dépourvus de gaz propulseur et d’être en matière recyclable.

Deux recettes maison pour réaliser votre propre déodorant

Le déodorant solide

  • 2 cuillères à soupe d’argile blanche ou de fécule de maïs ;
  • 1 cuillerée à soupe de bicarbonate alimentaire ;
  • 5 gouttes d’huiles essentielles. Je vous recommande celle de palmarosa qui est douce pour la peau, antibactérienne et non photosensibilisante. Comme toute huile essentielle, il est préférable de faire un test d’allergie en disposant une goutte dans le creux du coude avant toute utilisation prolongée. A éviter également chez la femme enceinte et allaitante, ainsi que chez les enfants de moins de six ans ;
  • 4 cuillères à soupe d’huile de coco pour sa texture et pour sa richesse en acides caprylique, laurique et caprique, aux effets antimicrobiens.

La recette est simple :

1. Faites fondre l’huile de coco au bain-marie, puis hors du feu ajoutez l’argile ou la fécule de maïs, ainsi que le bicarbonate de soude et mélangez pour obtenir une pâte.

2. Ajoutez enfin votre huile essentielle et mélangez de nouveau.

3. Il ne vous reste plus qu’à mettre votre déodorant dans un petit pot avec couvercle.

Ce produit peut se conserver au maximum trois mois au frais.

Le déodorant liquide

  • 1/4 de verre d’hydrolat d’hamamélis (en magasin bio) ;
  • 1/4 de verre de jus d’aloe vera ;
  • 20 gouttes d’huile essentielle de palmarosa ;
  • Une toute petite pincée de bicarbonate alimentaire ;
  • 1 flacon pulvérisateur.

Mélangez tous ces ingrédients dans votre pulvérisateur, c’est prêt. Vous pouvez conserver ce déodorant maison deux mois.

Et vous, faites-vous déjà vos déodorants maison ? Quelles sont vos meilleures recettes ? Dites-moi en commentaire ce que vous pensez des recettes que je vous propose si l’envie vous dit de les tester.

A bientôt,

Laurent des éditions Nouvelle Page

5 1 vote
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notification pour
guest
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Joce
Joce
1 mois il y a

Je fais un déodorant solide avec une recette similaire à la vôtre. Je l’utilise depuis plusieurs années déjà. Efficacité top . Si on transpire peu , une application un jour sur deux suffit .

Swidzernaiv
Swidzernaiv
1 mois il y a

La meilleure recette : pas de déodorant. Ça fait 2 ans que je n’en mets plus, et franchement, ça ne sent pas mauvais. Les odeurs se régulent naturellement. Juste un lavage au savon de Marseille le matin sous la douche. Pourtant, habitant en PACA, il y a de quoi transpirer (surtout en ce moment). Mais il suffit de garder les aisselles aérées.

Véronique
Véronique
1 mois il y a

Cela fait longtemps que j ai banni les déodorants classiques.. je mets un peu de gel alors vera sur mon doigt que je trempe dans du bicarbonate de soude que j étalé sous chaquebras.. aucune odeur durant toute la journée !

Marc
Marc
1 mois il y a

Merci Laurent pour les deux recettes de déo

Anne
Anne
1 mois il y a

Humidifier l’aiselle et les doigts et répartir un peu de poudre de bicarbonatede soude. C’est tout. Et ça marche 24h sans problème.
Du vécu depuis plusieurs années.

arsouze
arsouze
1 mois il y a

Bonjour je fais depuis plusieures années la recette du deodorant avec huile de coco, tea tree, fecule et bicarbonate.La recette est économique , le pot dure longtemps c’est le seul déodorant qui ne me trahit pas tout au long de la journée.Je n envisage plus d’utiliser autre chose

Hamidi
Hamidi
1 mois il y a

J’utilise le bicarbonates de sodium tout seul depuis 4 ans pas de mauvaises odeurs
J’utiliserai vos recette pour changer

BARTOLO
BARTOLO
1 mois il y a

Bonjour,

Ma solution simple et rapide, je mets du bicarbonate en poudre directement sous les aisselles et je termine par un peu d’eau de toilette pour une bonne odeur..

CATHERINE
CATHERINE
1 mois il y a

Bonjour,

Cela fait des années que je fabrique mon déodorant. Il ne contient que 3 ingrédients : du bicarbonate de sodium ainsi que des huiles essentielles de géranium et d’ylang-ylang.
Il sent merveilleusement bon et est efficace 48 heures. De plus, nul besoin de le conserver au frigo. J’utilise un flacon d’épices à trous genre Ducros. J’en verse sur un gant humide et me frotte les aisselles.
C’est très simple, très économique et très sain.
Merci pour vos recettes.

Catherine

Snow
Snow
1 mois il y a

personnellement, je n utilise plus de déodorant depuis 4 ans, je met quelques sprays d argent colloïdal et le tour est joué. Il arrive exceptionnellement qu il me lâche mais c’est très rare

Claude L
Claude L
1 mois il y a

Il y a plusieurs années probablement une quinzaine , j’ai essayé de ne pas mettre de déodorant , moi qui transpirais pour voir ce que cela ferait ; à ma grande surprise je n’ai pas transpiré et ne transpire plus depuis . Merci quand-même pour votre intention de vouloir nous aider .
Claude

Partagez-nous

11
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close