7 causes probables de vos maux de tête et les solutions pour vous en débarrasser - Nouvelle Page Santé

7 causes probables de vos maux de tête et les solutions pour vous en débarrasser

Chers amis,

Quand la douleur des maux de tête est insupportable, le réflexe est de prendre des antidouleurs (comme le paracétamol) ou des anti-inflammatoires (comme l’ibuprofène).

Le problème c’est que ces mêmes médicaments peuvent déclencher… des maux de tête chroniques1.

Comment sortir de ce cercle vicieux ?

Il existe 7 causes probables à vos maux de tête et autant de manière de vous en débarrasser.

Et si c’était le stress ?

La plupart du temps, quand nous souffrons de maux de tête, nous sommes victimes de céphalées de tension.

La douleur est faible à modérée et elle n’a pas de localisation précise. On a l’impression d’avoir la tête dans un étau.

Les recherches admettent que les déclencheurs sont extrêmement variés mais le facteur principal serait le stress.

Une étude a montré que les patients qui ont des céphalées de tension régulièrement ont tendance à avoir des taux de cortisol bas2.

Le cortisol est une hormone synthétisée par les glandes surrénales en réponse à un stress. Ces glandes finissent par s’épuiser lorsqu’on est soumis à un stress régulier et prolongé dans le temps (lors d’une dépression ou d’un burn-out par exemple).

C’est ainsi que l’on se retrouve avec un taux trop bas de cortisol.

Dans ce cas, la douleur pourrait venir de l’atrophie d’une structure du cerveau, l’hippocampe.

En effet, cette région est très sensible au niveau de cortisol. Lorsqu’elle est exposée durablement à un cortisol élevé, elle diminue de volume3 (ce qui peut aussi se traduire par des troubles de la mémoire et de démence à long terme).

Rassurez-vous, la perte de volume de l’hippocampe n’est pas irréversible !

Le retour à une situation apaisée durable permet de retrouver un hippocampe en parfait état de fonctionnement.

Première piste donc, faites le maximum pour retrouver un état de relaxation suffisant.

Pour cela, vous pouvez opter pour des exercices de respiration, du yoga, de la méditation, de la sophrologie, et bien sûr, faire attention à votre sommeil.

Migraine : essayez la piste de l’alimentation

Un autre type fréquent de mal de tête est la migraine.

Sa douleur est beaucoup plus localisée : un pulsation modérée à sévère localisée à droite ou à gauche du crâne.

Mais surtout, avec les joies de la migraine viennent de nombreux autres désagréments : sensibilité à la lumière et au bruit voire, parfois, nausées et vomissements.

Les crises peuvent durer de quelques heures à plusieurs jours, et se répéter.

Les causes exactes de la migraine ne sont à ce jour pas tout à fait claires, mais le facteur génétique semble largement impliqué.

Sont aussi pris en compte un stress important ou les changements hormonaux (grossesse, ménopause, pilule inadaptée).

Mais une autre piste pourrait davantage nous intéresser, c’est celle de l’alimentation.

Les produits laitiers, le gluten, le café en excès, les régimes trop gras, l’alcool ou encore le chocolat pourrait être associé au déclenchement des migraines4.

Le résultat de 43 études autour de l’alimentation comme facteur déclenchant ou aggravant de la migraine ont montré une diminution de la fréquence des crises de migraine grâce à des mesures diététiques, telles que les régimes pauvres en graisses, axés sur la détox5 et/ou sans gluten6.

Seconde piste donc, essayez de tenir un petit carnet dans lequel vous noterez ce que vous avez mangé lorsque vous avez la migraine.

Cela vous permettra d’identifier les aliments déclencheurs (s’il y en a).

Une fois identifiés vous pourrez ensuite les éviter.

Les modifications du mode de vie (activité physique, alimentation saine, sommeil), l’évitement des déclencheurs et les thérapies de relaxation semblent être les meilleures des préventions.

Testez la thérapie par l’oxygène

Si vous souffrez d’algie vasculaire de la face, un type de douleur très intense et localisée autour de l’œil, les spécialistes penchent pour des causes héréditaires.

Si l’on veut éviter les médicaments, les symptômes peuvent être soulagés par l’oxygénothérapie.

Il s’agit d’appliquer un masque sur le visage et de respirer de l’oxygène pendant une quinzaine de minutes.

Le soulagement intervient dans 75 % des cas8.

Cette solution est efficace et remboursée, mais elle ne peut être prescrite que par un neurologue, un ORL ou dans un centre d’algologie (branche de la médecine consacrée au traitement de la douleur).

Faites le plein de magnésium

C’est une autre manière d’agir sur votre stress car il réduit la nervosité et agit sur les maux de tête9.

Vous trouverez du magnésium dans les légumes verts et secs, les oléagineux, les céréales complètes (si vous les tolérez), le sarrasin…

Pour les compléments alimentaires, la posologie est de l’ordre de 600 mg par jour sous forme de citrate ou du glycérophosphate de magnésium afin d’éviter les maux de ventre.

Trois mois de cure sont parfois nécessaires pour avoir une amélioration si vous souffrez de maux de tête chroniques.

Le complément qui pourrait faire la différence

Connaissez-vous la riboflavine (vitamine B2) ?

Une étude contrôlée a abouti à une amélioration de l’ordre de 68 % avec 400 mg de riboflavine en dose orale pendant au moins 3 mois10.

D’autres études le confirment : la supplémentation en vitamine B2 joue un rôle positif dans la réduction de la fréquence et de la durée des crises de maux de tête sans effets secondaires notable.

Les sources alimentaires que je vous conseille sont : les abats, les oléagineux, les poissons gras comme le maquereau.

Pensez aussi à la levure de bière qui en contient de 3 à 5 mg/100 g.

Méfiez-vous des ondes !

L’effet sur les maux de tête des téléphones portables, du Wi-fi, et des ordinateurs commence à être bien documenté.

Une étude menée en Turquie a montré que le temps d’utilisation des portables et des ordinateurs était corrélé à des céphalées, des vertiges, de la fatigue, des pertes de mémoire, des troubles du sommeil, de l’anxiété, des douleurs articulaires et osseuses, et des acouphènes12.

Je vous recommande donc de limiter l’utilisation de ces appareils le soir et de les couper pendant la nuit. Le mieux étant de débrancher la prise des ordinateurs, de la télévision et des box internet.

4 plantes à votre secours

L’arsenal thérapeutique de la phytothérapie est vaste et particulièrement efficace contre les maux de tête.

Vous avez à votre disposition des plantes contenant des dérivés salicylés (semblables à l’aspirine) comme le saule blanc, la reine des près.

L’huile essentielle de menthe poivrée est également recommandée pour son effet antalgique immédiat (une goutte sur chaque tempe en cas de crise).

N’oubliez pas non plus l’apport des plantes sédatives, en particulier la valériane qui vous sera utile dans le sevrage des antalgiques médicamenteux et vous aidera à mieux dormir.

Prenez 2 gélules de poudre d’extrait sec de valériane au coucher avec une tisane de tilleul.

Attention : le saule blanc et la reine des près sont contre-indiquées pendant la grossesse, l’allaitement, en cas d’allergie à l’aspirine et de traitement sous anticoagulants. 

Et vous, souffrez-vous de maux de tête ? Comment arrivez-vous à la soulager ?

A bientôt.

Laurent des éditions Nouvelle Page

3.8 6 votes
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Gaboriaud Elisabeth
Gaboriaud Elisabeth
7 mois il y a

J’aime beaucoup votre article. Maintenant je ne souffre plus car j’ai changé mon mode de vie. Mais quand je sens la tension montée je fais des exercices respiratoire, comme mon médecin me l’a conseillé.

Claire Petit
Claire Petit
7 mois il y a

Bonjour
J’ai régulièrement des maux de tête (céphalées), signe précurseur de migraine.
En général, quand je suis fatiguée ou stréssée.
Je vais dormir, si je le peux, sinon aïe…aïe…aïe…
Ma migraine est souvent soulagée par des huiles essentielles de menthe poivréeet en tout dernier recours j’utilise un AINS, prescrit par un neurologue (très très rarement depuis que j’ai identifié la cause de mes migraines).

Martin
Martin
7 mois il y a

Bonjour,
depuis que je prends des tranches fines de gingembre frais dès que le mal de tête arrive, je n’ai plus besoin d’aspirine (le paracetamol ne me fait rien). Idem chez mon mari et mes 3 fils qui prenaient du Paracétamol.

Partagez-nous

3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close