Soignez vos animaux avec des plantes

Soignez vos animaux avec des plantes

Ma voisine Sylvie est plutôt sportive, je la vois partir faire son jogging chaque samedi matin. 

De là à l’imaginer pétrir de ses blanches mains les cuissots d’un taureau d’une tonne et demie ! 

C’est pourtant ce qu’elle fait régulièrement, lorsqu’un paysan du coin l’appelle pour remettre d’aplomb un animal qui a un souci à une articulation, une foulure ou une luxation.

Sylvie est ostéopathe pour animaux. Elle manipule des chiens, des chats, des chevaux et des ruminants, exactement comme elle le ferait avec des humains.

C’est grâce à elle que j’ai découvert que, si les animaux ont parfois besoin de médicaments chimiques, comme nous, on peut aussi les soigner autrement.

Jusque-là, quand mon chien était malade, le choix était simple : attendre ou patienter. Vu le coût d’une visite chez le vétérinaire, je priais pour que ce ne soit rien de grave et qu’il guérisse tout seul. Lorsque je finissais par y aller, bien souvent, j’en repartais avec un médicament.

Il y a pourtant mille autres manières de soigner nos animaux de compagnie.

Les chimpanzés ont leur armoire à pharmacie en forêt 

Les animaux ont appris à se soigner eux-mêmes, grâce aux plantes, depuis au moins aussi longtemps que nous, humains. Ce comportement a un nom : la zoopharmacognosie.

Comme l’explique Wikipédia, c’est un “comportement d’auto-médication propre à certains animaux, capables de rechercher, trouver, sélectionner des molécules naturelles médicamenteuses[1].

Les exemples les plus étonnants nous viennent des grands singes. 

Pour lutter contre les infections, ils mangent certains fruits, sans valeur nutritive particulière, mais qui ont une forte activité anti-microbienne, comme l’Aframomum angustifolium[2], un arbuste tropical aux baies allongées rouge vif.


Dans les forêts du parc national de Gombe, en Tanzanie, Jane Goodall, la célèbre éthologue, a consacré la plus grande partie de sa vie à l’observation des grands singes. 


Elle a remarqué que les chimpanzés malades ou affaiblis, et seulement ceux-là, mastiquent soigneusement les feuilles de l’arbuste 
Vernonia Amygdalina, dont les propriétés contre trois parasites (schistosomaplasmodium, leishmania) sont reconnues[3]

Une fois qu’ils vont mieux, ils délaissent cette plante au goût très amer.

Nos animaux domestiques aussi savent se soigner

Plus proches de nous, vous avez certainement déjà vu des chats ou des chiens manger des herbes, soit lors de leurs promenades, soit en défigurant les magnifiques plantes vertes auxquelles vous apportez tant de soins.

Pourquoi font-ils cela ?

  • Ils luttent contre certaines carences. Étant carnivores, leur régime alimentaire est par nature déséquilibré. En particulier, ils ne consomment aucune fibre… sauf quand ils mangent des herbes ! Le jus qu’elles contiennent leur apporte aussi de l’acide folique (ou vitamine B9), essentiel pour la fabrication de l’hémoglobine. Les fabricants d’aliments pour chats et chiens proposent des tas d’additifs alimentaires pour compenser ces carences alors que la nature a déjà prévu une solution.
  • Ils recherchent un effet vomitif. Comme ils sont carnivores, leur estomac ne contient pas certaines enzymes digestives, du coup un apport trop important de fibres les fait vomir. Pour le plaisir ? Pas vraiment, c’est en fait vital pour eux. Car comme ils ingurgitent beaucoup de poils en faisant leur toilette, ou de petits os qu’ils ne pourraient pas digérer (notamment les chats), vomir leur permet de réduire les risques d’occlusion intestinale. Un chien ou un chat qui mange de l’herbe puis vomit une heure après, ça ne fait pas plaisir mais c’est un animal en bonne santé !
  • Ils recherchent un effet laxatif, pour lutter contre des problèmes de digestion ou éliminer des parasites ou des vers, comme le font les singes. Comme pour nous, les fibres vont accélérer et stimuler leur travail digestif.

Bien sûr, certaines plantes peuvent être dangereuses pour les animaux domestiques. 
Le lys en particulier représente un danger mortel pour le chat. Une seule feuille ingérée peut provoquer une insuffisance rénale aigüe chez tout matou. Et c’est un accident moins rare qu’on ne pourrait penser (ne laissez jamais des bouquets de lys à portée des chats).

Quelques exemples sans risques pour commencer

Vous pourriez être tenté de  soigner vos animaux vous-même plutôt que d’avoir recours à des médicaments qui ont des effets secondaires, comme pour vous. C’est possible, mais il faut agir avec prudence. Il existe quelques plantes toxiques pour les animaux (ou certains animaux) alors qu’elles sont recommandées pour l’Homme.

Voici quelques exemples sans danger pour commencer. 

L’huile essentielle de lavande détendra votre compagnon poilu comme elle le fait pour vous. Elle réduira l’anxiété, par exemple lors des visites chez le vétérinaire ou les trajets en voiture.

L’huile essentielle de camomille a des vertus similaires pour les animaux et les humains : ses propriétés anti-inflammatoires soulagent les irritations de la peau, les blessures superficielles ou les brûlures.

Les huiles essentielles s’utilisent de préférence par voie orale pour les animaux. Attention avec les chats, ils peuvent être très sensibles. 

Vous utilisez peut-être déjà le pissenlit, non seulement pour préparer des délicieuses salades, mais aussi pour ses vertus curatives. Il aide le foie et les reins à éliminer les toxines. Il aide en cas de constipation ou de digestion difficile, ou même en cas de manque d’appétit. Cela fonctionnera aussi avec votre animal.

Envie d’aller plus loin ?

Le calendula désinfecte les plaies et favorise la cicatrisation. Le millepertuis est un antidouleur, antiseptique, antiviral et anti-inflammatoire puissant, utile notamment pour les plaies infectées qui ne cicatrisent pas. L’aubépine ralentit le rythme cardiaque, elle soulage les animaux inquiets, ou effrayés par des orages.

La liste est grande. Si vous voulez aller plus loin, je vous conseille de vous renseigner auprès d’un professionnel.

N’allez pas plus loin tout seul sans une aide professionnelle 

Ce n’est pas parce que c’est pour votre animal que vous pouvez vous improviser guérisseur.

Parlez-en avec votre vétérinaire. Qui sait vous aurez peut-être une bonne surprise.

Comme les médecins généralistes, de plus en plus de vétérinaires ont désormais recours à des méthodes alternatives, pour éviter de recourir toujours plus aux médicaments.

Sinon vous pouvez également lire les ouvrages de Florence Heitz[4] ou Celine Gastinel-Moussour[5] qui vous permettront de réaliser vos propres préparations.

Sachez aussi que de nombreux fabricants de produits pour chiens et chats proposent des gammes de compléments à base de plantes. Soyez attentifs aux dosages et aux ingrédients, vérifiez que les produits sont élaborés par des vétérinaires.

 

P.S. Le geste simple que vous pourriez faire aujourd’hui ?

Enduisez de vaseline (ou d’huile vierge de coco si vous en avez) les coussinets de votre chien ou de votre chat. Ce sont leurs chaussures de marche ! Ils sont souvent blessés ou desséchés sans que l’on s’en rende compte.  Si vous n’avez pas de chien ou de chat, même chose, prenez soin de votre voûte plantaire, une partie de notre anatomie si utile et pourtant délaissée.

0 0 voter
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
10 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Legrand
Legrand
1 année il y a

Ma chihuahua est tombee du lit petite, le veto nous préconisait de l’opérer. Nous avons opté pour la solution de l’ostéopathe, tous les 3 mois elle a sa séance et elle adore et ne souffre pas du tout entre les séances
Nous faisons 240 km pour y aller mais vraiment très bien 1h30 la séance.

DELEUZE DORDRON Monique
11 mois il y a
Reply to  Legrand

J’ai deux petites chates qui sont tombees du lit aussi…. elles marchaient en biais des pattes arrieres…En une seance, l’osteopathe a regle le probleme….

Dominique De Buys
1 année il y a

Article très intéressant sur les animaux domestiques! Etant moi-même adepte des remèdes les plus naturels possibles j’essaie de faire de même avec notre chien. Par contre, bémol, je n’ai toujours pas reçu le livre gratuit sur les 178 remèdes alors que je me suis réinscrite récemment avec promesse de le recevoir. Merci de vérifier cela.

Laura Kwan
Éditeur
1 année il y a

Bonjour Dominique, la version électronique du livre se trouve dans l’email de confirmation que nous vous avons envoyé à la suite de votre abonnement. La version papier quant à elle, vous est envoyée sous 5 semaines. Vous la recevrez donc courant janvier. Merci pour votre confiance, et très cordialement,
L’équipe de Nouvelle Page Santé

Alba
Alba
1 année il y a

j’ai beaucoup apprécié cet article – félicitations

Caroline Gabant
1 année il y a

Je suis propriétaire d’un très vieux cheval (29 ans, bientôt 30) et quand j’ai demandé au véto qui venait le vacciner quelles huiles essentielles pouvaient lui être utiles (notamment pour éviter qu’il ne soit attaqué chaque hiver sous sa couverture par les poux broyeurs) l’homme de l’Art m’a répondu : je ne m’intéresse qu’aux médicaments qui soignent.
Avec ça, je suis rhabillée pour l’hiver !
Idem lorsque je pose ce genre de question au véto qui soigne mes chats … Non, les véto ne sont pas dans leur ensemble intéressés par les voies alternatives.

Yolande
Yolande
1 année il y a

Mon chien un petit York de 2,400 kg toussait énormément le veto m a dit qu il faudrait très certainement le piquer car de le voir tousser sans arrêt je ne le supporterai pas J ai pris la décision de le soigner aux granules homéopathiques Droséra composé et je les diluais dans son eau de boisson et le chien ne toussait plus Il est mort a seize ans et demi alors qu a l époque il n avait que treize ans (les chiens je les nourris avec de la bonne nourriture que je fais moi même et ils n ont… Lire la suite »

Françoise Greisberger
Françoise Greisberger
1 année il y a

Bonjour,
Je m’étonne que vous conseillez l’utilisation des huiles essentielles : leur usage est très délicat pour les non-initiés. Dire que les chats peuvent être très sensibles, est un euphémisme. Les huiles essentielles sont éminemment toxiques pour les chats. Vous pouvez par exemple consulter cette page intéressante : https://www.veterinairesaucanada.net/documents/les-chats-et-les-huiles-essentielles

Mu _
Mu _
1 année il y a

Bonjour, si l’intention est belle, je crains que des formules trop générales ne soient plutôt dangereuses. Notamment : « Les huiles essentielles s’utilisent de préférence par voie orale pour les animaux. Attention avec les chats, ils peuvent être très sensibles. »… Alors là, je crois qu’il vaudrait carrément mieux éviter de susciter n’importe quelle envie de tester ! (‘y a pas offense, j’ai une formation de naturopathe au service de la protection animale en particulier) Pour les CHATS, l’immense majorité des huiles essentielles sont clairement HEPATO-TOXIQUES voire NEURO-TOXIQUES, la question n’est pas seulement de savoir si Minou va bouder mais s’il va… Lire la suite »

Lefort
Lefort
1 année il y a

Super article !
Par expérience, le calendula en poudre de chez Weleda pour les infections et la vaseline sur les coussinets en période hivernal ( à cause du sel sur les routes) fonctionnent très bien !

Partagez-nous