Les ventouses sont hype ! - Nouvelle Page Santé

Quel est le point commun entre Victoria Beckham et nos grands-mères ?

Traces ventouses sur nageur jeux olympiques

Chers amis,

Je suis très attentif au retour des remèdes anciens sur le devant de la scène.

Nos aînés ont beaucoup à nous apprendre en matière de thérapies naturelles et efficaces.

Fumigations, cataplasmes, tisanes, gargarismes

Elles peuvent prêter à sourire, surtout dans le milieu médical, mais elles font partie de notre patrimoine.

Et l’une d’entre elles, les ventouses, revient en force.

Des Jeux olympiques jusqu’à Hollywood

Un détail a intrigué les observateurs durant les Jeux olympiques de Pékin et de Rio : d’étranges marques circulaires rouges sur le corps des nageurs Nathan Adrian et Michael Phelps.

Après investigation, on a découvert que ces sportifs de haut niveau bénéficiaient d’une mystérieuse thérapie : le cupping.

En français, les ventouses.

Les meilleurs athlètes du monde, soignés par une simple méthode de grand-mère ?

C’est pourtant vrai.

De bonnes vieilles ventouses avaient pris place dans les trousses médicales des joueurs de rugby de l’équipe des All Blacks, et de la grande majorité de l’équipe de baseball des Mets de New York !

Effet domino ou pas, les stars hollywoodiennes comme Jennifer Aniston, Victoria Beckham ou Justin Bieber en sont folles.

Les ventouses sont hype !

Hijama, et au lit !

La thérapie par ventouses était déjà présente dans l’Égypte des Pharaons et dans la médecine traditionnelle chinoise.

Cette technique est toujours pratiquée dans les pays musulmans en tant que médecine prophétique, par les hajjam (les barbiers).

Elle s’appelle « hijama » (la saignée).

Le principe ? Créer du vide sous la cloche, pour induire une aspiration de la peau.

Traditionnellement, pour créer ce vide, on allume une étoupe, et le feu consume l’air à l’intérieur de la ventouse.

S’il en existe en verre, en plastique, en bois ou encore en cuivre, aujourd’hui, la majorité des praticiens utilisent des ventouses jetables munies d’un pistolet pour aspirer manuellement l’air contenu à l’intérieur.

Ensuite, il y a trois façons de procéder.

  • La première technique est dite « humide »

La peau est préalablement éraflée. Puis on place une ventouse sur chaque éraflure pendant une dizaine de minutes, pour aspirer le sang. C’est la hijama des Musulmans.

  • La seconde est la technique « sèche »

C’est l’usage le plus courant en médecine chinoise. Les ventouses sont posées sans aucune incision, elles n’aspirent que la peau.

L’objectif est d’améliorer la circulation sanguine, de libérer les tensions, de tonifier l’organisme et de favoriser la circulation des énergies.

Pour que les ventouses glissent de façon fluide et agréable, le praticien applique une huile de massage sur la peau.

L’effet est celui d’un massage profond, et cela fait un bien fou !

  • La troisième technique est dite « par infusion »

C’est la moins répandue. Des ventouses de bambou sont infusées d’une décoction de plantes médicinales. Les propriétés d’absorption du bambou retiennent les principes actifs des plantes. Le patient bénéficie alors des bienfaits de la ventouse sèche ET des plantes médicinales.

J’aime beaucoup cette technique qui donne d’excellents résultats.

« Mieux vaut prévenir que guérir »

Combien de fois ai-je entendu ma regrettée grand-mère prononcer cette phrase pleine de bon sens ?

Que ce soit bien clair : les ventouses n’ont pas pour objet de guérir des maladies.

En revanche, elles sont d’excellents supports de prévention.

Les ventouses, aspirant fortement la zone de pose, provoquent un afflux sanguin important, activent la circulation sanguine et donc décongestionnent la zone.

Elles peuvent aussi soulager des symptômes ou accélérer un processus de guérison en association avec d’autres traitements.

Leur effet antalgique et décontractant est notamment d’une grande aide en cas de :

  • douleurs articulaires ;
  • mal de dos (lombalgie, sciatique, lumbago…) ;
  • migraines ;
  • problèmes digestifs (ballonnements, constipation, colopathie…) ;
  • récupération après l’effort ;
  • pathologies respiratoires (nos grands-parents ne me démentiront pas sur ce dernier point !).

Si vous souhaitez vous y essayer, faites appel à un professionnel, médecin, kinésithérapeute, ostéopathe, infirmier, naturopathe ou acupuncteur et vérifiez qu’il est formé à cette technique.

Je ne crois que ce que je vois… et j’ai vu !

À ma connaissance, aucune étude ne s’est encore penchée sur la thérapie des ventouses.

Mais j’ai pu en constater les bienfaits de mes yeux.

Mon amie Marie souffre depuis longtemps de douleurs cervicales très incommodantes.

Rien ne parvenait à la soulager.

Elle a alors pris rendez-vous pour une séance de cupping thérapie, technique « sèche », chez un ostéopathe.

Dès la salle d’attente, l’atmosphère prêtait à la décontraction : une douce fragrance d’huiles essentielles, et un thé parfumé offert à son arrivée.

Elle fut ensuite invitée à entrer dans un grand bain pour recevoir un massage à l’huile de CBD (une substance non psychotrope issue du cannabis).

Puis le praticien a posé une ventouse sur sa nuque, et une machine a aspiré l’air qu’elle contenait. Il a massé sa peau en déplaçant la ventouse le long de sa colonne vertébrale, puis ajouté une ventouse pour masser ses trapèzes.

À la fin de la séance, débarrassée de ses tensions, elle n’a pu que constater une réelle diminution de la douleur. Depuis, elle recommande cette pratique avec un réel enthousiasme.

Pour ma part, effet de mode ou pas, je me dis qu’en matière de soulagement des souffrances, toute technique naturelle et sans danger est bonne à prendre…

À vous de juger !

Et portez-vous bien.

À bientôt,

Laurent des Éditions Nouvelle Page

1 1 voter
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
roger boutinaud
roger boutinaud
6 mois il y a

Dans le passé ma mère, aujourd’hui décédée, m’avait souvent posé des ventouses suite notamment à des coups de froid, rhume…… et à chaque fois il y a eu un grand soulagement dans les minutes qui ont suivi et très souvent guérison définitive.

Marie-Josée Monique LÉPINAY
Marie-Josée Monique LÉPINAY
6 mois il y a

Méthode que je connaîs très bien. Il y a bien longtemps, c’était le remède de nombreux maux mais la science a tout balayé. Heureusement qu’à 78 ans, je ne prends aucun de ses destructeurs d’invention diabolique. OK ! pour l’homéopathie et la phytothérapie. Je ne connais pas de kinésithérapeute qui pose les ventouses dans le Département. Merci beaucoup pour tous ses rappels.

Flora fournier
4 mois il y a

Bonsoir; Je n’avais jamais posé de ventouse et c’est une voisine qui m’a suppliée de lui venir en aide pour lui en poser 6 dans le dos! hôspitalisée plusieurs fois de suite en réanimation, pour bronchites à répétitions et oedèmes pulmonaires. Se souvenait de sa maman et de son art à tout traiter avec des ventouses. Je lui pose les 6 je lui demande de les garde 20 mn. Et je les lui enlève§ Elle n’a plus refait de de bronchite et d’oédème pulmonaires. A partir de là, avec des pots de yaourt, j’en ai posé plusieurs fois sur mes… Lire la suite »

Walzer
Walzer
6 mois il y a

Bonjour, je pratique plusieurs fois par année lard des ventouses. et cela sur quasi toutes les parties du corps que ce soit les tempes le front derrière les oreilles et bien sûr sur toute la surface du dos. la praticienne qui me réalise cela le fait sur différentes techniques que ce soit par saigner pour évacuer le sang trop coaguler. par massage en glissant la ventouse sur les parties à traiter. À sec ou avec huile. par simple application des ventouses aux endroits douloureux. ou d’une façon assez spécifique de la médecine chinoise qui consiste à poser 10 ou 15… Lire la suite »

Robin
Robin
6 mois il y a

Excellente méthode ! Usage perso : guérison par deux fois d’une épicondylite en 72 h. Même résultat chez deux personnes à qui j’ai appliqué la méthode.

Laplace Martine
Laplace Martine
6 mois il y a

Depuis toute petite j’ai été soignée par cataplasmes et ventouses (sèches et une fois scarification)
Je dois dire que Cele m’a bien réussi.
Si vous avez de très bonnes adresses de praticiens ventouses à Paris et à Lyon, merci de votre partage.
Merci aussi pour cet article fort intéressant qui me donne envie d’essayer les ventouses en bambou et HE.

MUKUBANO Joseph
MUKUBANO Joseph
6 mois il y a

Je suis Burundais, 55ans.
Ceci pour vous dire que finalement il fut un moment où les ventouses étaient universelles. Quand j’étais petit, je voyais ma grand-mère, mes grands-pères s’en servir. On appelle l’opération « kurumika ». Et la ventouse, « ikirumiko ». C’était fabriqué en corne de vache. Un peu comme pour boire de la cervoise chez Astérix.

Merci Laurent

Marie-Thérèse
Marie-Thérèse
6 mois il y a

Bonjour,

Nous mettions des ventouses à mon papa quand il se sentait un peu pris des bronches. C’était radical

Isabelle DURAN
Isabelle DURAN
6 mois il y a

Il y a deux mois mon fils de 18 ans m’a serrée très fort dans ses bras pour me faire un gros câlin et j’ai entendu un craquement du côté gauche sous les côtes et ressenti une vive douleur. Après avoir fait une radio, il s’est avéré que je n’avais aucune fracture. Le médecin généraliste m’a prescrit du doliprane codéiné et de l’ibuprofène, mais je n’ai pas supporté la codéine. Il a donc modifié mon traitement en me prescrivant un médicament à base d’opium. Au bout d’un mois et demi, la douleur n’avait toujours pas disparu et était toujours aussi… Lire la suite »

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close