Lyme, le fléau des campagnes - Nouvelle Page Santé

Lyme, le fléau des campagnes

Au XXIème siècle, dans nos pays occidentaux, peu de maladies « que l’on attrape » (bactériennes ou virales) nous font encore vraiment peur. L’arsenal des vaccins et des antibiotiques dont nous disposons couvre (presque) tous les spectres de ces maladies.

Mais il en existe une qui résiste et prend même de l’ampleur.

Et les conseils dispensés par les organismes officiels pour s’en protéger paraissent ridicules par rapport aux conséquences de cette maladie, dont les symptômes peuvent aller jusqu’à :

  • Une fatigue extrême,
  • Des frissons et tremblements,
  • Des douleurs et courbatures constantes,
  • Un système immunitaire totalement affaibli,
  • Des difficultés à marcher et à se lever, parfois même une paralysie,
  • Des pertes de mémoire,
  • Un sommeil dévasté,
  • Un moral en berne.

Pire, cette maladie peut devenir chronique : les symptômes vont et viennent et l’on n’en est jamais guéri. C’est le cas de 10 à 20 % des personnes qui sont touchées.[1]

Cette maladie dont je vous parle c’est la maladie de Lyme.

Sous-estimée par bon nombre de médecins généralistes, elle est pourtant la dernière maladie bactérienne qui nous fait vraiment peur.

Un cadre merveilleux pour une enfance, mais…

De bons amis à moi habitent une ferme au sein des collines du Lubéron. Ils ont une petite fille de 8 ans, Camille. Dégourdie et aventureuse, Camille passe beaucoup de temps dans la forêt. Elle y joue avec ses amies ou part garder les bêtes (ses parents élèvent des chèvres et fabriquent du fromage).

Camille et sa chèvre préférée « Bouboulle » s’apprêtent à partir en forêt

C’est un cadre magnifique pour une enfance et pourtant… ses parents vivent constamment dans l’angoisse que Camille attrape la maladie de Lyme

Sa mère me confiait récemment : « la seule chose dont j’ai peur pour Camille, ce sont les tiques. Et pour les tiques, il n’existe pas de vaccin. »

A chaque printemps donc, l’angoisse revient.

Au fur et à mesure que la nature reprend des couleurs, l’armée des tiques grossit dans la forêt. Au retour de promenade, personne n’est épargné : ni le chien du troupeau, ni les chats de la ferme… ni évidemment, Camille et sa famille.

Le rituel est toujours le même : quand les chèvres rentrent dans l’étable, on les vérifie, une par une.

Et pour Camille, chaque soir, avant la douche, une inspection en règle est également de rigueur. On inspecte tout le corps de la petite fille, et notamment les replis où aiment se cacher les tiques. On regarde sous les bras, derrière les oreilles mais aussi dans le cuir chevelu. Chaque jour.

C’est épuisant.

Et surtout, on vit dans l’angoisse qu’une tique aurait pu nous échapper.

Il ne se passe pas un printemps sans que Camille ne soit piquée.

Quand une tique est débusquée, elle est tout de suite enlevée au tire tique. On désinfecte et on applique tout de suite de l’huile essentielle de lavande.

Ensuite, l’attente commence.

Chaque matin, on regarde l’endroit de la piqûre et on observe comment elle évolue, et si des signes apparaissent : une auréole rouge autour de la marque de la morsure, une coloration de la peau, de la fièvre, une grande fatigue, des douleurs musculaires…

Vous me direz sans doute : « oui mais nous, nous sommes tranquilles, nous habitons dans une zone épargnée » (en ville ou près de la mer par exemple).

Toute la France est touchée

Certaines zones sont plus ou moins touchées, mais le risque n’est nulle part inexistant.

Voici une carte publiée en 2016 dans le journal le Parisien. Elle fait apparaître les cas déclarés de maladie de Lyme sur la période 2009-2011.


D’après cette carte, deux régions (la Bourgogne et le Nord pas de Calais) semblent épargnées par l’épidémie.

Voici maintenant une carte plus récente :

Carte de la maladie de Lyme 2017 – Incidence pour 100 000 hab.
Source : Magazine « l’ami des jardins »

Six années seulement séparent ces deux cartes et pourtant : le nombre de cas a explosé. Toutes les régions sont désormais touchées, et dans certains endroits, on recense 350 cas pour 100 000 habitants !

D’après le réseau Sentinelles (un organisme qui effectue une veille sur les grandes fléaux)[2], la réalité serait bien plus alarmante.

Voici le graphique trouvé sur leur site en janvier 2020[3] :

Les cas de maladie de Lyme ont presque triplé en 10 ans !

Comment une telle augmentation a-t-elle été possible ?

La menace est partout et elle ne cesse de grossir

Si comme moi, vous avez passé votre enfance dans un environnement rural ou si vous vous rendiez en vacances au vert, vous n’avez sans doute aucun souvenir d’une telle épidémie.

Il nous arrivait, très rarement, de nous faire piquer. La tique était tout de suite enlevée et nous n’en entendions plus parler. C’était il y a 25 ans.

Aujourd’hui, il y a deux fois plus de tiques, et on estime que 10 à 40 % sont porteuses de la bactérie borréliose responsable de la maladie de Lyme.

Comment expliquer une telle augmentation ?

D’après les chercheurs, c’est le réchauffement climatique… encore lui qui serait la cause de l’explosion de tiques… et de borréliose.

La vérité est terrible : les zones touchées vont donc continuer à augmenter.

Une première précaution que je peux d’ores et déjà partager avec vous aujourd’hui est celle de Camille.

Après avoir enlevé la tique au tire tique, massez la zone de la piqûre avec une goutte d’huile essentielle de lavande diluée dans un peu d’huile végétale (d’amande douce par exemple). Camille utilise la lavande car on la trouve facilement dans sa région, mais les huiles essentielles d’origan ou de cannelle ont aussi montré des résultats excellents dans les travaux de recherche récents[4].

Ce premier geste est très important : l’action antibiotique de ces huiles essentielles va permettre d’éviter que la bactérie ne se développe.

0 0 vote
Article Rating

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Partagez-nous