La troisième vague, c'est elle ! - Nouvelle Page Santé

La troisième vague, c’est elle !

Après avoir subi deux vagues d’assaut du coronavirus, une troisième vague pointe le bout de son nez : l’après Covid-19 ou la Covid longue.

Elle touche les personnes qui ont été contaminées et qui ont eu les symptômes plus ou moins graves de la maladie, allant d’une simple perte du goût et de l’odorat à un passage en réanimation.

Ces symptômes sont réels.

Pour ceux qui ont eu une forme bénigne

De nombreux symptômes persistent après la Covid, et en premier lieu une grande fatigue.

Mais on retrouve aussi :

  • des migraines ;
  • des troubles digestifs ;
  • des douleurs articulaires et musculaires ;
  • la perte du goût et de l’odorat (qui semble avoir été un symptôme fréquent de cette deuxième vague) ;
  • une gêne respiratoire ;
  • des poussées de fièvre ;
  • une fragilité émotionnelle ;
  • des troubles circulatoires dans les extrémités des membres, comme dans le syndrome de Raynaud (on parle aussi d’acrocyanose).

Les spécialistes estiment que ces symptômes disparaissent au bout de 6 mois à 1 an. Mais en réalité, nous n’avons, à ce stade, aucune certitude.

Ce que l’on observe, en revanche, c’est que de nombreux anciens malades de la Covid semblent garder des symptômes de manière durable, et en souffrir1.

Aucun chiffre officiel n’a pour le moment été communiqué2, cela varie selon les études de 2,3 % à … 91 % des malades !

Sur le plan physiologique, les bilans médicaux effectués sont la plupart du temps strictement normaux.

Ce qui fait dire aux médecins que c’est « fonctionnel », voire « psychique » ou « dans la tête ».

Or, nous sommes bien en présence de symptômes organiques. 

La Covid longue, une nouvelle maladie chronique ?

La Covid longue est probablement due à une inflammation chronique dite de bas grade. Cela signifie que cette inflammation est peu symptomatique et donc difficile à identifier avec des bilans inflammatoires.

Ce type d’inflammation est déjà connu comme étant responsable de certaines maladies de l’intestin, notamment les colopathies chroniques.

On l’observe également dans des dégénérescences cérébrales. La démence de certaines personnes âgées serait due à une inflammation persistante de l’organisme, et notamment du système intestinal. C’est ce que le professeur Montagnier avait mis en évidence dès le début des années 2010.

C’est pour cette raison que certains spécialistes redoutent que la Covid longue ait des répercussions sur le plan neurologique.

D’ores et déjà, on peut penser que la Covid est donc bien une maladie chronique.

Pour les « rescapés » de la Covid

Ces rescapés ont subi une longue période de réanimation qui a été précédée d’une période de grandes difficultés respiratoire et d’une annonce de réanimation.

La difficulté respiratoire a entraîné des souffrances et une peur de mort imminente.

L’annonce de réanimation (avec anesthésie et intubation), de son côté, a eu pour conséquence de provoquer des stress extrêmement violents dont il est difficile de récupérer.

Il n’y a donc pas que des séquelles physiques à la Covid.

Les suites psychologiques sont importantes, au point qu’on peut les assimiler à un syndrome post-traumatique consécutif au risque de mort imminente.

D’autres symptômes peuvent perdurer chez ces patients réanimés, notamment :

  • des perturbations du système neurovégétatif (le système qui règle de façon automatique la respiration, le rythme cardiaque, la digestion) qui a été particulièrement malmené pendant la période de maladie ;
  • une inflammation de bas grade ou chronique, là aussi, et qui peut avoir une influence sur la mémoire, les capacités de concentration, mais aussi déclencher des maux de tête ou une fatigue intense.

Ces symptômes sont différents de ceux que l’on connaît habituellement dans les suites de réanimation après un accident ou un AVC.

Pour ces malades réanimés, on évoque, là encore, une possible atteinte neurobiologique cérébrale, bien que nous n’en ayons pas encore de preuve à ce jour.

En raison d’une inflammation persistante, les spécialistes qui se penchent sur la question redoutent des effets de dégénérescence cérébrale accrus.

Pour tous : augmentation des troubles psychologiques

Selon une étude de l’Académie de médecine, 20 % des personnes qui ont eu la Covid-19 présentent des troubles dépressifs et anxieux3.

Des études ont montré que la consommation de substances utilisées à des fins antistress a augmenté de manière importante4. C’est le cas de l’alcool, mais aussi du cannabis, pour les plus jeunes, ou des tranquillisants pour les autres.

Les messages anxiogènes persistants qui ont accompagné ce second confinement ont, selon les psychiatres, produit une anxiété généralisée. Elle amène des comportements excessifs : suicides, anorexie mentale, comportements agressifs (violences intraconjugales…).

C’est le fait de ce qu’on appelle en psychologie la décompensation.

Pour ceux qui ne s’en sortent pas et ont besoin de soutien, une association est née : Covid long France. Vous pouvez la retrouver grâce au hashtag #aprèsJ20 (si vous utilisez Twitter) ou via le site internet www.apresj20.fr.

Mes conseils pour rétablir ses défenses immunitaires et faire taire l’inflammation et la fatigue

Les symptômes persistants de la Covid longue sont très similaires à ceux que l’on rencontre après des grosses épidémies de grippe et que l’on regroupe sous le terme d’anergie post-grippale.

Cette anergie est un état est à la fois physique, psychique et immunitaire. Il comporte souvent de fortes fièvres (40 degrés pendant plusieurs jours), des troubles respiratoires, des pneumopathies post-grippales, une asthénie pendant plusieurs jours voire plusieurs mois.

Voici ce qui avait alors donné de bons résultats pour rétablir les défenses immunitaires et lutter contre la fatigue :

  • Les oligo-éléments « Cuivre Or Argent »

Très intéressants en cas d’asthénie (fatigue chronique) et de baisse des défenses immunitaires. Une mesure par jour est généralement conseillée.

  • Les nutriments : sélénium, magnésium et zinc

Sélénium : 90 microgrammes par jour environ.

Magnésium : entre 300 et 600 milligrammes par jour.

Zinc : 15 milligrammes par jour.

  • Les vitamines

La vitamine D est importante pour l’équilibre général et la récupération. Il est recommandé d’en prendre en doses importantes en post-Covid : entre 1 000 et 3 000 UI par jour.

La vitamine C permet de récupérer de l’énergie et de remettre ses défenses immunitaires en place : 500 milligrammes à 1 g par jour sont conseillés.

La vitamine E : on la trouve facilement dans les fruits à coque (amande, noix, noisette) et les huiles correspondantes.

  • Les plantes

Le curcuma est un antioxydant et anti-inflammatoire reconnu. Il doit figurer en priorité sur votre liste.

Le ginseng qui stimule l’organisme.

  • L’homéopathie

Je l’ai beaucoup utilisée avec succès dans les suites de grippes ou de grosses bronchites notamment chez les personnes âgées. Trois médicaments principaux ont montré une bonne efficacité :

  • Phosphoricum acidum : en cas d’anergie et d’asthénie profonde, 5 granules une fois par jour en 15 CH.
  • Kalium phosphoricum : pour les fatigues physiques et psychiques, 5 granules une fois par jour en 15 CH.
  • Silicea : traditionnellement utilisée par les médecins du nord de la France dans les silicoses, une maladie consécutive au travail dans les mines de charbon qui déclenche une fibrose pulmonaire. Silicea est intéressante en cas de fatigue, de difficultés de sommeil, de transpiration et de frilosité excessive et de baisse des défenses immunitaires. On conseille généralement 5 granules en 9 CH à prendre tous les jours.

La Covid longue reste encore un mystère pour la médecine, mais il existe des moyens pour y faire face.

4.2 5 votes
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
MONIQUE JACQUES
MONIQUE JACQUES
5 mois il y a

Pourquoi parlez vous de déjà de troisieme vague alors que rien ne l’indique , et surtout qu’il n’y a pas eu de deuxieme vague!!!, ( basée uniquement sur des résultats de test PCR non fiable!!!) Vous faites le jeu de ces gouvernements qui ont inventé une fausse pandémie!!! pas d’augmentation des décès en 2020 par rapport aux autres années!!!

Weissdorn
Weissdorn
5 mois il y a

il abonde dans le sens de macron! pour entretenir la peur! C’est pas digne d’un médecin!

DUPART Annie-Claude
DUPART Annie-Claude
5 mois il y a

Un grand merci car votre article est clair et précis. Jeunes séniors de 75 et 78 ans, nous priorisons le système immunitaire. Nous allons compléter avec certains remèdes homéopathiques et nous n’envisageons pas de tout de vaccin..

chesnot
5 mois il y a

quand je lis la longue suite des conséquence de cette maladie, je me dis qu’on a bien fait de profiter des 20 dernières années pour détruire notre hôpital…
l;espèce humaine est définitivement une espèce intelligente c’est sur !!! :))

eddy savary
eddy savary
5 mois il y a

S’il vous plaît, arrêtez d’appeler des symptômes d’inflammation chronique qui existent depuis de nombreuses années avec l’étiquette « Covid ». Ne faites pas comme avec le SIDA pour lequel le Syndrome d’Immuno Déficience Acquise à été attribué à un virus sans aucune preuve jusqu’à ce jour et sans vaccin non plus d’ailleurs. En continuant dans cette direction vous tendez la main à tous ceux qui ont des intérêts à une vaccination massive ce qui sera reconnue un jour si elle avait lieu comme un crime contre l’humanité..Merci.

Jean-Pierre Ronsmans
Jean-Pierre Ronsmans
5 mois il y a

  Je pense qu’il nous faut refuser tous les vaccins qui viendront sur le marché.   Il y a des chances d’effets secondaires à la « remdésévir » (à 2.000 € la dose) qui, en plus d’être complètement inefficace s’avère dangereux (il fallait, grâce à la presse soumise au contrat publicitaires, grâce aux médecins sans scrupules mais grassement payés, grâce à des ministres de la santé subitement propriétaires de château en Dordogne, contrer ces « méchants remèdes qui ne coûtaient rien » mais privaient BIG-PHARMA d’une manne financière.)   Il y a bien eu le « petit accro » de l’article mensonger dans une des publications des… Lire la suite »

alena
alena
5 mois il y a

je le trouve très bien. Mais qui est l’auteur de l’article svp???

Partagez-nous

Testez la taille de votre prostate

Hypertrophie de la prostate : informez-vous !

Close