La médecine d’avenir, c’est elle – Nouvelle Page Santé

La médecine d’avenir, c’est elle

Et si nous sortions du débat (stérile selon moi) : médecine conventionnelle OU médecine traditionnelle ?

Ces deux types de médecine ont des atouts et, j’en suis persuadé, c’est de leur alliance que viendra notre succès.

Cela fait des années que je plaide pour qu’émerge cette médecine intégrative

Le Centre ressource que j’ai créé à Reims, et dont je vous ai déjà parlé, en est un bon exemple. 

Selon moi, l’avenir entier de notre médecine passe par cette médecine. 

Le meilleur des deux médecines

La médecine intégrative est née aux États-Unis sous l’impulsion de médecins comme Andrew Weil, diplômé de Harvard et défenseur des médecines alternatives, ou Bernie Siegel, chirurgien pédiatrique et promoteur de l’accompagnement psychosocial dans les maladies graves comme le cancer, le sida ou les maladies neurologiques. 

Cette médecine d’un nouveau genre considère que médecine conventionnelle et traditionnelle peuvent marcher main dans la main pour mettre toutes les chances de guérison de notre côté.

Elle considère que l’efficacité de la médecine conventionnelle dans les soins cardiologiques, du cancer et des techniques radio-interventionnelles est incontestable. 

De leur côté, les médecines traditionnelles comme l’acupuncture [1], la phytothérapie, la méditation ou l’homéopathie apportent un complément indispensable à la médecine dite allopathique.  Ces thérapeutiques proposent une approche globale du patient et ne sont pas toxiques (si on respecte les bonnes quantités). Leur efficacité a également été prouvée, comme c’est le cas, dans de récentes études, pour l’acupuncture.

L’alliance de ces deux techniques devrait donc permettre de faire émerger la meilleure des médecines.

Médecine conventionnelle, oui mais…

Souvent efficace aujourd’hui dans le traitement des maladies graves, la médecine conventionnelle comporte de nombreuses zones d’ombre

Les prescriptions médicamenteuses dans les maladies liées à l’anxiété, les infections virales ou les douleurs sont pléthoriques. 

La France est actuellement l’un des plus gros consommateurs de médicaments au monde [2]

  • De nombreux traitements conventionnels, comme la chimiothérapie, comportent des effets secondaires très lourds. 
  • La dépendance aux psychotropes, qui soignent l’anxiété et la dépression, et leur action néfaste sur le cerveau en plus des risques liés à la conduite en font des médicaments dangereux. La résistance aux antibiotiques montre la limite de leur utilisation abusive [3].
  • Un médicament aussi banal que le paracétamol a été identifié comme toxique pour le foie [4].

Une alternative aux antidépresseurs…

Dans ma pratique, de nombreux patients ont pu bénéficier de cette médecine intégrative, et sont parvenus à venir à bout de pathologies tenaces.

Voilà 10 ans, Sophie a traversé un divorce difficile qui l’a épuisée. Elle a alors commencé à prendre des antidépresseurs. Depuis, elle n’a jamais ressenti de réelle amélioration de sa dépression. 

Prise en charge avec un traitement homéopathique à base de Phosphoricum acidum 15 CH et d’Ignatia 15 CH, elle a rapidement abandonné son traitement antidépresseur et a retrouvé une santé émotionnelle parfaite.

… mais aussi aux anti-inflammatoires…

Jean souffre d’une sciatique depuis 3 mois. Les anti-inflammatoires n’ont eu aucun effet … hormis de lui donner mal à l’estomac. 

Quelques séances d’acupuncture associées à 3 séances d’ostéopathie sont venues à bout de cette douleur chronique.

… ou aux antibiotiques pour les enfants

Les antibiotiques ont sauvé de nombreuses vies menacées par des infections graves, mais leur usage abusif est en train de créer une catastrophe de santé publique : l’antibiorésistance. 

À force d’avoir été trop et mal utilisés (par exemple contre les infections virales), les antibiotiques sont de moins en moins efficaces. 

La prévention des maladies hivernales, le plus souvent virales, des enfants par l’homéopathie évite pratiquement toutes les prescriptions d’antibiotiques durant cette période.

Médecine intégrative : la panacée pour le traitement du cancer ?

Sous la dénomination de cancérologie intégrative, l’apport des thérapeutiques complémentaires a révolutionné le traitement du cancer. 

En diminuant les effets secondaires des traitements, et notamment de la chimiothérapie, et en améliorant la qualité de vie des patients, cette cancérologie intégrative permet un meilleur vécu de la maladie, mais surtout… elle augmente les chances de guérison.

Selon plusieurs études, l’activité physique améliorerait de 30 % les chances de guérison dans certains cancers comme celui du pancréas [5]

Selon une étude récente produite par le Dr Mouysset du Centre Ressource d’Aix-en-Provence, la prise en charge psychosociale diminuerait de plus de 40 % les risques de récidive de cancer [6].

Cette prise en charge prend la forme d’un programme personnalisé d’accompagnement thérapeutique (PPACT) effectué sur un an. Il comporte un groupe de parole et dispense des formations sur le cancer et ses traitements. Y sont associés des cours de nutrition, la pratique d’une activité physique adaptée, de la communication non violente ainsi que des modules de gestion des émotions. 

Ce programme, très complet, permet une remise en forme de la personne et une reconstruction globale psychosociale. 

Je souhaite que cette médecine intégrative puisse devenir notre norme, pour le plus grand bien de tous !

5 1 voter
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Maflor
Maflor
3 mois il y a

Grand merci de témoigner qu’il est possible de donner sa juste place à chacune des médecines!
Ce qui est surprenant, c’est qu’avec la situation coronavirale, il n’y ait pas eu d’études faites par des groupes de médecins afin de prouver la richesse des moyens de soigner un malade porteur d’état grippal. Heureusement qu’il y a eu les sites alternatifs pour donner des suggestions de traitements autre que le Remdesivir, l’Hydorxychloroquine ou l’Azithromycine.

Dr Anouar Jarraya
Dr Anouar Jarraya
1 mois il y a
Reply to  Maflor

Ici comme ailleurs,tout peut être « bon » ou « mauvais », « utile, inutile sinon nuisible« , selon le contexte de l’emploi :le tout est de repérer le « bon  » produit au « bon » moment
Souvenons-nous des 7 langues d’Esope

Partagez-nous