Êtes-vous un lutteur émotionnel ? - Nouvelle Page Santé

Êtes-vous un lutteur émotionnel ?

Tour pour éviter l’infarctus du myocarde

Ici le docteur Antoine Demonceaux.

Environ 120 000 personnes sont victimes de crises cardiaques (ou infarctus du myocarde) chaque année en France1.

Tous ne sont heureusement pas fatals, mais ils dénotent des artères en mauvais état.

Une mauvaise alimentation peut en être la cause. Mais les cardiologues ont également mis le doigt sur un “profil émotionnel” particulièrement à risque.

Est-ce votre cas ? La réponse à la fin de ce message.

Trois causes principales à l’infarctus

Il y a 3 causes principales à l’infarctus… dans tous les cas, une ou plusieurs choses empêchent à un moment le cœur de recevoir l’oxygène dont il a besoin pour battre.

1/ La plaque d’athérome : la tuyauterie est encrassée

Les artères qui irriguent le cœur, appelées coronaires, sont fines. Elles peuvent être obturées par une plaque que l’on appelle “plaque d’athérome” et qui est constituée de graisses (dont le fameux cholestérol).

C’est exactement le même mécanisme qu’avec vos canalisations : les dépôts de calcaire, de savon… finissent par boucher les tuyaux au point que plus rien ne peut y circuler.

Comme pour votre plomberie, cette plaque va se former lentement et peut d’abord provoquer un symptôme appelé « angine de poitrine ». Vous ressentez alors une douleur dans la poitrine à l’effort (marche rapide, montée d’un escalier, marche au froid ou dans le vent)
2/ La thrombose aiguë : arrêt brutal !

Sous l’effet de la pression artérielle, une plaque d’athérome peut se détacher, obstruer en aval l’artère coronaire et provoquer un arrêt brutal de l’apport en oxygène.Un caillot de sang qui migre dans le corps peut également provoquer le même effet.

3/ Le spasme artériel : stress fatal

Sous l’effet d’un stress intense, l’artère coronaire peut se “spasmer” brutalement, souvent sur une plaque d’athérome déjà en place et priver, plus ou moins longtemps, une partie du cœur de son apport essentiel en oxygène.

Vous le voyez, la plupart du temps, des artères “encrassées” sont la cause plus ou moins directe de la crise cardiaque.

Chaque minute compte !

Quand l’infarctus arrive, vous ressentez une douleur intense, brutale, “en barre” au milieu de la poitrine. Cette douleur est généralement accompagnée par une sensation de malaise.

La localisation de la douleur peut aussi être atypique : dans le dos ou au niveau de l’estomac en fonction de la partie du coeur atteinte.

Cette obstruction d’une ou plusieurs artères coronaires crée une atteinte du muscle cardiaque qui sera d’autant plus grave que l’on tarde à déboucher l’artère.

Chaque minute compte, c’est donc une urgence médicale absolue !

Actuellement, des techniques médicamenteuses et interventionnelles permettent d’agir rapidement.

Une des solutions consiste alors à faire entrer dans les artères, en passant  par le bras, un tuyau avec un ballon au bout qui, en se gonflant, va redonner de l’air aux artères.

Heureusement, l’infarctus peut être sans grande gravité. C’est alors une chance car il va vous permettre de prendre conscience de vos risques, de traiter les coronaires et d’éviter ainsi les récidives.

Crise cardiaque : peu de facteurs inévitables…

Certains facteurs de risque sont malheureusement inévitables : il s’agit de l’âge et du sexe (un homme de plus de 50 ans et une femme de plus de 60 ans) ont plus de risques.

Ainsi que des antécédents familiaux. Si vous avez un parent proche (père, mère, frère ou sœur) qui a fait un accident cardiaque avant 55 ans, cela constitue un risque accru pour vous.

Mais pour le reste, il est possible d’agir en amont !

… et 7 facteurs de risques sur lesquels vous pouvez agir !

Le premier d’entre eux, vous vous en doutez, c’est le tabagisme.

Le tabac, en abimant les artères, favorise leur rétrécissement, ainsi que la formation de caillots et les troubles du rythme.

La nicotine, elle, peut augmenter les spasmes des artères.

Attention, le tabagisme passif (1 à 7 heures par semaine), augmente également le risque cardiovasculaire ! Soyez donc vigilant à l’environnement dans lequel vous vivez.

Le second facteur de risque, c’est le diabète. L’excès de sucre dans le sang à un impact négatif sur les parois des artères.

Au-dessus de 140/90, la tension artérielle contribue à endommager les parois des artères et à les durcir prématurément. On appelle cela l’artériosclérose (à ne pas confondre avec l’athérosclérose !).

Les mauvaises graisses sont également à éviter pour ne pas favoriser l’accumulation de “mauvais cholestérol” (LDL).

Le cholestérol dans son ensemble est essentiel à l’organisme pour fabriquer entre autres les hormones anti-stress (il est d’ailleurs fabriqué aux deux tiers par l’organisme). Donc plus vous êtes stressé, plus vous secrétez d’hormones, et plus vous aurez du cholestérol. Inutile donc d’en rajouter trop via les mauvaises graisses alimentaires.

Le surpoids et l’obésité sont un autre facteur de risque connu car les graisses corporelles se déposent partout, y compris dans nos artères.

Pour les mêmes raisons, la sédentarité est l’ennemi d’un cœur en bonne santé.

Enfin, l’alcool est connu pour favoriser les risques d’infarctus. Le meilleur pour vous reste le vin rouge, à raison de 2 verres par jour maximum.

3 actions à mettre en place dès aujourd’hui pour éviter la crise fatale

  • Je me nourris bien
Mettez en place une alimentation « cœur ». Elle sera composée de beaucoup de légumes, peu de graisses animales, des huiles contenant des Oméga-3 (olive, noix, lin, colza), des poissons gras (sardine, maquereau, saumon), des céréales complètes, des légumineuses.
  • Je perds du poids et je lutte contre la sédentarité
Pour cela, je fais attention à ce que je mange, et :
  1. Je me lève de ma chaise une fois toutes les heures
  2. Je marche ½ heure 3 fois par semaine
  3. Je monte tous les escaliers à pieds
  • Je gère mes émotions

C’est sans doute le point le plus important de nos jours, car nous  sommes tous stressés de manière continue.

Or, l’infarctus a un lien direct avec le stress.

Et surprise, les cardiologues ont défini le profil à risque sur le plan émotionnel : il s’agit du lutteur.

Il est typiquement toujours à fond, hyper stressé, irritable et ne dort pas bien la nuit. Adepte des excitants, il stresse ses artères et son cœur.

Si vous vous reconnaissez dans ce profil, il  est urgent d’agir.

Voici 3 conseils pour gérer votre stress :

  1. Faites de la cohérence cardiaque. Vous pouvez utiliser gratuitement les applications Kardia ou Respirelax, ou découvrir le programme créé par Nouvelle Page santé avec le Docteur David O’Hare ;
  2. Faites une pause mentale avant chaque action pour relâcher votre organisme ;
  3. Notez le soir les problèmes en cours pour les vider de votre tête.
Et bien sûr, des recommandations homéopathiques qui peuvent faire la différence :
  • Si vous êtes stressé et irritable : prenez 5 granules de Nux vomica 15 CH matin et soir ;
  • Si vous êtes stressé et émotif : prenez 5 granules de Ignatia 15 CH matin et soir ;
  • Si vous êtes stressé et anxieux : prenez 5 granules de Gelsemium 15 CH matin et soir.

L’homéopathie peut également vous aider pour la perte de poids ou le diabète, nous en parlons dans une vidéo passionnante à laquelle vous pouvez accéder ici.Prenez bien soin de vous et soyez responsables de votre santé.

A bientôt,

Antoine Demonceaux

0 0 votes
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notification pour
guest

7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Perrin Isabelle
Perrin Isabelle
7 mois il y a

Votre article est très clair , imagé pour les explications . Je vais prendre Gelsenium étant anxieuse . Aconitum m’aide aussi bcp en cas de stress
Merci à vous.
Isabelle

ghenne
ghenne
7 mois il y a

bien lu votre article qui est comme d’habitude très intéressant . je prend chaque jours , sur conseil de mon cardiologue du Xarelto 15 mg , d’en pensez vous ?

essayeh
essayeh
7 mois il y a

je suis hypertendue , je prend cincor 5 ;

Schos Anne-Marie
Schos Anne-Marie
7 mois il y a

Pour moi, je ne m’inquiète pas car j’ai mis en place depuis plusieurs années ces conseils. Par contre, ma sœur qui fume et ma belle-soeur, hyper stressée et irritable, auraient plus de risques, d’autant que ma belle-soeur n’est pas du tout ouverte aux conseils. Je vais quand même transféré votre lettre à mon frère mais je doute qu’elle écoute

zamouri
zamouri
7 mois il y a

Approchez -vous de la réalité. Vous nagez dans l’océan. Nous sommes en mer Méditerranée.

Letombe
Letombe
7 mois il y a

Je suis heureuse que vous parliez ainsi de l’homéopathie car souvent les gens ne connaissent pas …..je me soigne à l’homéopathie depuis plusieurs années toute petite déjà ma mère et encore aujourd’hui j’ai eu le covid il y a quelques semaines, j’ai pris de l’oscillococcinum que l’on prend pour etat grippaux et ceci m’a beaucoup aidé avec HE d’eucalyptus….e j ai habitué mon fils à cela et j espère qu’il continura plus tard Merci

Mimie13
Mimie13
7 mois il y a
  • Si vous êtes stressé et irritable : prenez 5 granules de Nux vomica 15 CH matin et soir ;
  • Si vous êtes stressé et émotif : prenez 5 granules de Ignatia 15 CH matin et soir ;
  • Si vous êtes stressé et anxieux : prenez 5 granules de Gelsemium 15 CH matin et soir.

et si on est tout ça en même temps?? on prend 30 granules par jour? lol

Partagez-nous

7
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close