Et si le coronavirus n’était pas la cause de l’épidémie ? - Nouvelle Page Santé

Et si le coronavirus n’était pas la cause de l’épidémie ?

zinc

Aujourd’hui, je souhaite partager avec vous la lettre ouverte du Dr. Meurin qui développe un point de vue très intéressant sur l’épidémie actuelle : et si le coronavirus n’était pas la véritable cause de l’épidémie ?

Je vous laisse lire son message ci-dessous.

Laurent Tessier

Bonjour,

La « guerre » déclarée par le président de la République dans son allocution du 16 mars est tournée contre un ennemi clairement désigné : le coronavirus.

On tente alors de le détruire par l’utilisation de produits désinfectants, de lui faire barrage en confinant la population dans l’attente d’un potentiel vaccin censé assurer une protection spécifique et suffisante.

Et si ce virus n’était pas l’ennemi ? Il se pourrait alors qu’on se trompe de bataille.

Le but de cette lettre est de partager quelques réflexions d’ordre médical qui, je l’espère, pourront contribuer à nourrir les vôtres.

De bien curieux symptômes

Le tableau clinique des personnes concernées interpelle le médecin que je suis.

Il s’agit de symptômes a priori banals (fièvre, toux, courbatures). Mais certains signes semblent plus spécifiques :

  • un large spectre dans le déroulement potentiel de l’infection (des individus asymptomatiques dits « porteurs sains » aux patients succombant à des infections pulmonaires suraiguës) ;
  • l’aggravation explosive et brutale, difficilement prévisible, de l’état de santé du sujet ;
  • l’âge avancé des victimes (âge moyen au décès : 80,5 ans[1]), généralement polypathologiques ;
  • la quasi-absence de cas graves chez les enfants et jeunes adultes ;
  • un curieux ensemble de symptômes nouvellement repérés par les infectiologues[2]: troubles digestifs (notamment diarrhée), confusion, et surtout perte brutale de l’odorat et du goût, qui semblent hautement prédictifs de l’aggravation.

Fort de ces faits avérés, je vous invite à une analyse un peu détaillée de ce qui est observé.

Pourquoi on se trompe sur la cause de l’infection

Au préalable, j’aimerais m’attarder sur des points importants pour saisir mon raisonnement.

En médecine, comme dans bien d’autres domaines d’ailleurs, il y a parfois confusion entre le facteur déclenchant, les facteurs modulateurs et la cause lorsqu’on observe un état pathologique chez un patient.

Pour me faire comprendre, je vous propose une petite expérience extrêmement simple :

Prenez un petit objet entre les doigts (une gomme), levez la main à 20-30 cm de hauteur, puis lâchez l’objet.

Que se passe-t-il ? Il tombe bien sûr !

Quelle est la cause de sa chute ?

L’attraction terrestre, comme tout le monde sait.

Le facteur déclenchant en est l’ouverture des doigts. Mais l’on peut également le lancer dans n’importe quelle direction en ouvrant les doigts, ce qui modulera sa chute.

Le facteur déclenchant n’est pour rien dans le symptôme (chute), il la déclenche, voilà tout.

Seule la cause (ici le champ gravitationnel) en est responsable. En l’absence de champ gravitationnel (imaginons un spationaute dans l’espace, par exemple), à l’ouverture des doigts (facteur déclenchant), la gomme se mettrait à flotter, sans chuter.

Or, la cause est invisible et on ne la constate que lorsque l’objet est en mouvement (ici une chute).

Quels sont les causes, facteurs déclenchants et facteurs modulants dans l’infection qui nous occupe ?

Le virus n’est pas la cause de l’infection

Le coronavirus n’en est pas la cause, il en est le facteur déclenchant.

Au risque d’en choquer plus d’un, on peut affirmer qu’à lui seul il ne provoque aucun symptôme, comme le démontrent les fameux porteurs sains[3] qui ne présentent aucun signe malgré des tests positifs ainsi que la très grande variété clinique rencontrée (du simple éternuement au décès), comme dans toute pathologie d’ailleurs.

C’est dur à comprendre parce que nous sommes habitués à croire depuis toujours que c’est l’environnement (ici un virus) qui nous agresse[4].

Cette posture génère un stress potentiellement insoutenable et contre-productif : d’abord il nous détourne de la recherche d’harmonie avec ce qui nous entoure ; et surtout il nous dédouane d’un travail sur soi, pourtant incontournable pour toute évolution consciente.

Pourquoi tous les patients ne réagissent pas de la même manière

Les facteurs modulateurs de l’infection, quant à eux, sont nombreux. Ils peuvent être individuels (génétiques, nutritionnels, psychologiques, liés à l’âge, au sexe, aux conditions de vie…), ou concerner tout le monde (le climat, par exemple).

Le caractère saisonnier des infections virales n’aura échappé à personne.

J’en pointerais deux autres :

  • le stress ;
  • le statut nutritionnel des sujets symptomatiques.

Le stress est connu pour être un facteur de comorbidité dans toutes les situations pathologiques où il a été étudié[5].

Chacun pourra en faire l’expérience, pour peu que l’on soit un tantinet attentif.

Se protéger des annonces apocalyptiques assénées à longueur de journée sur une population figée par la peur est donc une attitude pour le moins responsable tout comme chercher à entretenir sa sérénité.

L’état nutritionnel va également participer à la modulation de la réponse du patient[6].

Les personnes âgées sont fréquemment carencées en de nombreux oligoéléments et vitamines dont les vitamines D, E, A, C, B6, B9, B12[7], ce qui est plus rare chez les enfants et jeunes adultes (hormis la vitamine D).

Or ce sont des vitamines indispensables à la bonne marche de l’immunité[8].

Outre leurs rôles fondamentaux[9], ce sont de puissants antioxydants, qui interviennent dans le contrôle du processus inflammatoire.

L’inflammation[10] explosive et potentiellement dramatique que l’on rencontre chez certains patients ayant été en contact avec le Covid-19 suggère que ces personnes ont un statut antioxydant faible voire désastreux.

L’oligo-élément qu’il faut surveiller à tout prix

J’aimerais maintenant attirer l’attention sur ces curieux symptômes : diarrhée, confusion, perte de goût, perte d’odorat, que les confrères prennent très au sérieux (à juste titre).

Dans cette situation, le zinc est un oligoélément à considérer avec la plus grande attention (le sélénium éventuellement[11], notamment du fait de lésions cardiaques observées chez certains patients).

Dès le début de la réponse immunitaire[12], le zinc est fortement recruté. S’il existe une carence, même légère, elle se manifestera rapidement par une réponse immunitaire insatisfaisante.

Or, lors de carence en zinc on observe[13] : diarrhée de gravité variable, une perte de l’odorat et du goût, un état de confusion, une immunodépression associée à une susceptibilité accrue aux infections.

Il apparaît donc, à la lueur de ces éléments, que s’assurer d’un état nutritionnel suffisant, au moins avec les vitamines citées et le zinc, est hautement souhaitable sinon capital pour faciliter la réponse immunitaire.

Quelle est donc la cause de tout ceci ?

Venons-en à la cause.

Elle nécessiterait un développement plus important que ce que permet cette simple lettre d’information.

Disons pour simplifier que les êtres vivants que nous sommes sont des héritiers de trois milliards huit cents millions d’années d’évolution sur cette Terre, et que les pionniers à qui nous devons tant ont été des particules proches des virus et des bactéries[14].

Non seulement notre corps est couvert de toute cette ménagerie[15], mais nos cellules sont elles-mêmes issues d’un processus appelé symbiose[16] qui a consisté en la fusion de bactéries entre elles pour donner des éléments plus complexes possédant un noyau.

Il est donc indispensable pour notre système immunitaire de s’adapter à un environnement lui-même bourré de bactéries, virus, champignons, parasites, etc.

Il est bien établi qu’un milieu riche en micro-organismes est effectivement favorable au développement immunitaire d’un individu[17], ce qui a donné lieu à la théorie hygiéniste[18].

Vouloir l’en soustraire reviendrait à priver l’organisme d’une adaptation harmonieuse à son milieu.

Je vous laisse juge des conséquences.

Sans vouloir alourdir ce texte déjà long, je voudrais ajouter que pour internaliser une nouvelle information, tout système se doit de s’ouvrir en libérant les liens qui servent à maintenir l’intégrité de sa structure.

Pour plus de clarté, je vais prendre une métaphore sous forme à nouveau d’une petite expérience.

Dans ma salle d’attente, un jeu de construction simple avec des briques en plastique, permet aux enfants de patienter en laissant libre cours à leur imagination.

Supposons qu’un jeune patient fabrique une maison, laissant l’édifice sur la petite table pour entrer dans le cabinet médical.

Le suivant souhaite plutôt réaliser un bateau.

À l’évidence, il devra d’abord déconstruire la maison, retrouver un état chaotique suffisant des briques, puis les assembler de manière cohérente pour élaborer son bateau.

L’information « maison » est un état stable de la construction. Pour passer à une information différente (« bateau »), il faut passer par un état chaotique ouvert à une nouvelle information.

Ce processus est universel et la clé de toute évolution.

En biologie, cet état chaotique s’appelle une inflammation[19]. Elle est incontournable dans tout processus immunitaire, c’est-à-dire évolutif. Elle est cependant souvent combattue car douloureuse et potentiellement destructrice.

Le corps passe donc d’un état stable à un autre état stable en passant par un chaos transitoire, normalement bénin. La fièvre en est un exemple[20].

Ce phénomène est réflexe, inscrit au plus profond de nos cellules, mais diminue avec l’âge[21] et l’usage de thérapeutiques gênant son expression.

Autrement dit, la cause est donc incontournable, voire souhaitable, mais doit être impérativement contenue sous peine de catastrophe. C’est lorsque des facteurs modulateurs défavorables sont présents que les risques de gravité apparaissent.

En conclusion de ces réflexions, je ne saurai trop suggérer de profiter de notre système de soins en nous procurant, au moins pour cette période d’épidémie, le zinc, le sélénium et les vitamines qui sont très facilement trouvables en pharmacie.

Portez-vous bien.

Dr Philippe Meurin

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

21
Poster un Commentaire

avatar
16 Fils de commentaires
5 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
18 Auteurs du commentaire
Jean Marc L'HommeJean-Marc LHOMMEBob2aTomTomChafik Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
MClaire Huber
Invité
MClaire Huber

ET SI, LES « coronavirus » puisque pluri-virus, venaient de l' »excès électromagnétique. Puisque la 5G a démarrée à Whuan… mais c’est vrai il ne faut pas trop porter d’accusation dans ce domaine. Il existe des produits pour simplement se protéger et stabiliser son système immunitaire qui ne doivent surtout pas être nommés, car ils fonctionnent et risqueraient de pointer du doigt la « science-technologique »…

Francois Pineau
Invité

Ce n’est pas la 5G, ce sont les ET (extra-terrestres); combien de fois faut-il vous le répéter !

TomTom
Invité
TomTom

> Il existe des produits pour simplement se protéger et stabiliser son système immunitaire qui ne doivent surtout pas être nommés, car ils fonctionnent […]

Vous parlez de ce genre d’attrape-nigaud à 200€, une cuiller d’eau dans une boule en plastique dans un cône en alu ? https://www.youtube.com/watch?v=sZrWQ2bAkH0

LERDUNG
Invité
LERDUNG

Bonjour !
Je suis dubitative…
N’est-ce pas pousser vos lecteurs à faire le contraire de ce qui est exigé actuellement !!!
Je crois qu’un devoir de prudence s’impose avant tout.

Christiane
Invité

Bonjour
Beaucoup de blabla cafouilleux pour pas grand chose.

HENRI CLAVERIE
Invité
HENRI CLAVERIE

bonjour monsieur n’y a t il pas un lien de cette épidémie avec les problèmes depuis 3 ans au niveau de l’industrie chinoise? ci-après les articles de l’époque. en effet le scandale du maque de médicament valsartan on l’a oublié et cela date d’un an? Un vaste scandale de vaccins défectueux du fabricant Changchun Chang sheng a notamment choqué le pays cet été. Au même moment, des impuretés potentiellement cancérigènes étaient découvertes dans un principe actif fabriqué par d’autres laboratoires chinois, le valsartan, entraînant des rappels de médicaments dans le monde entier. (Le point 08/01/2018) La présence de substances classées… Lire la suite »

LILA MESLEM BECHET
Invité

Merci d’avoir enfin posté ce point de vue qui est aussi le mien, j’ai été responsable des urgences dans un grand hôpital à Marseille lorsque je faisais mes études de médecine. J’ai aujourd’hui 68 ans et je n’ai plus eu aucune pathologie depuis l’âge de 24 ans. C’est pour cette raison que je suis en « bonne santé » simplement parce que je me nourrie bien et consomme les bonnes vitamines par le biais de ma simple alimentation quotidienne.

claverie
Invité
claverie

n’étant pas médecin mais la question que je me posais si les malades actuellement n’avaient pas été intoxiqués par leurs traitements médicaux. il serait intéressant de savoir si tous les malades atteints ne sont pas des personnes sous traitement en particulier pour hypertension artérielle. il est curieux de voir les similitudes de certains symptômes. enfin on va essayer de se soigner naturellement et essayer de ne plus avoir recours à ces médicaments.

Jean-Marc LHOMME
Invité

Le microbe n’est rien le terrain est tout….

Christine
Invité
Christine

Bonjour, qui est Dr Meurin dont vous publiez la lettre ?

Claudine COLLET RUBIELLA
Invité

Bonjour Docteur Meurin, Merci chaleureux pour cet article ! Je suis tout à fait de votre avis. Le virus n’est que le facteur déclenchant, et les causes véritables sont dans les stress divers dont les personnes ne savent que faire à part les subir, et complémentairement dans les habitudes de vie, notamment alimentaires. Pratiquant l’Ayurvéda depuis plus de 30 ans et l’enseignant depuis 10 ans, (ce qui demande une attention particulière à l’alimentation, puisque celle-ci est le pilier n°1 de l’Ayurvéda) je complète ma démarche avec la Voie Toltèque, qui elle, porte sur les liens pensées-émotions-stress et aide à les… Lire la suite »

NATHALIE
Invité
NATHALIE

Je me permets d apporter ici mon expérience personnelle, afin d enrichir un peu les « données » (sachant que je suis quarantenaire – sans soucis de santé particuliers): J ai été diagnostiquée covid19 (non testee ) il y a une dizaine de jours. Mes symptômes ont été un mal de tête extrêmement violent et brutal (qui a persisté jusqu a il y a encore 48h!) , suivi de douleurs dans le thorax (coups de poignards du dos au sternum), et de saignements de nez multiples quotidiens. Je n’ai pas du tout eu sensation au début de développer le covid.. je croyais… Lire la suite »

Andrey
Invité

Bonjour,
Pourquoi tout ce charabia incompréhensible, pour ne pas dire cette quasi « masturbation mentale », pour en arriver à dire l’essentiel en une phrase simple : « En conclusion de ces réflexions, je ne saurai trop suggérer de profiter de notre système de soins en nous procurant, au moins pour cette période d’épidémie, le zinc, le sélénium et les vitamines qui sont très facilement trouvables en pharmacie. » Comme disait La Bruyère, « si vous voulez dire il pleut, dites il pleut ». !

Candel
Invité
Candel

Bonjour, je suis une femme de 74 ans je n’ai jamais pris d’antibiotiques ! je n’utilise que la naturopathie avec l’homéopathie et les huiles essentielles et… je ne suis jamais malade…bien que mon époux le soit chaque hiver, avec un gros rhume qu’il soigne au grog et au piment !! mais tous les 2 nous sommes en excellente santé ! je reconnais que notre « masse corporelle » est un peu trop importante mais sans aucune maladie sur les analyses… donc pas de traitement pour ceci ou cela ! le seul « bémol » peut être ma tension est un peu basse elle a… Lire la suite »

OLiete Marie-Hélène
Invité
OLiete Marie-Hélène

J’envoie remercie

Ribordy
Invité
Ribordy

L’hystérie collective est pire que le virus,les délateurs, les sychophantes détruisent les liens sociaux qu’il faudra rétablir après la fin de la pandémie

Bob2a
Invité
Bob2a

Votre courrier est frappe au coin du bon sens, cependant la mode etant de vivre a l’anglo-saxonne, et de ne pas perdre de temps avec les repas, ceci explique cela. Ensuite, le simple confinement de type Moyen-ageux comme reponse est juste pathetique, la polemique autour du Pr Raoult scandaleuse. Il est juste impossible d’entendre sur les medias leche-botte que ce Monsieur a claque la porte d’un comite scientifique de Carnaval. Le denuement de l’hopital, l’incapacite globale de faire face montre que l’executif est juste compose d’amateurs. Les elections oui, les marches a ciel ouvert non, de qui se moque-t’on ?… Lire la suite »

LEFEBVRE Marie
Invité
LEFEBVRE Marie

Bonjour Docteur, Je résumerais en une phrase votre courrier,….Pasteur sur son lit de mort a reconnu, face à Claude Bernard, que le microbe n’était rien, et que le terrain était tout. A mon humble avis, les personnes âgées sont déjà au départ très affaiblies par tous les médicaments qu’elles prennent en nombre impressionnant, elles se nourrissent mal, mangent trop, n’ont plus de micro-nutriments en suffisance, manquent de vitamines, il faudrait sans doute aussi rappeler qu’un bon jeûne, de temps en temps, ou un jeûne intermittent débarrasse le corps de ses déchets….. et augmente drastiquement l’immunité, il y a encore beaucoup… Lire la suite »

Bob2a
Invité
Bob2a

Sauf que l’immunite n’est pas bonne pour le business !!!

Chafik
Invité
Chafik

C’est LA vie de chocq avec la cèrculattion de linstalation due trvaille en généralment , tous droit c’est tou bien

Jean Marc L'Homme
Invité

Personne ne veut envisager un test assez simple … Prise de sang et mesure du PH … Le résultat serait : tous les contaminés asymptomatique seraient avec un ph proche de 7.45….tandis que les autres seraient à moins et largement de 7. (Attention facteur 10 de difference en 6 et 7 , donc un facteur 5 de difference entre 7 et 7.5 Une simple observation des Hematies permet de qualifier cet état acide avec des hematies moins formées, moins circulaires. Pour simplifier les milieux apparaissants basiques sont donneurs d’électrons ( fortement anti oxydants ) Ceci rejoint donc les anticipations du… Lire la suite »

Partagez-nous