Y-a-t-il vraiment un régime adapté à votre groupe sanguin ? - Nouvelle Page Santé

Y-a-t-il vraiment un régime adapté à votre groupe sanguin ?

Chers amis,

C’est un best-seller : 4 groupes sanguins – 4 régimes s’est vendu dans le monde entier1.

Vous avez forcément déjà entendu parler du régime alimentaire préconisé par le docteur naturopathe américain Peter D’Adamo.

Pour ceux qui seraient passés à côté, le principe est simple : pour être en pleine santé vous devez manger tel ou tel type d’aliments en fonction de votre groupe sanguin.

A priori rien de bien compliqué, mais est-ce vraiment efficace ?

Une théorie qui vient de loin

Selon les recherches de Peter D’Adamo, aux premiers âges de l’humanité, seul le groupe sanguin O était présent. Il correspond aux populations de chasseurs-cueilleurs.

Le groupe sanguin A serait apparu plus tard, à l’ère du néolithique avec l’agriculture.

Le groupe sanguin B aurait pour origine les steppes eurasiatiques, à la faveur des mélanges de populations. Quant au groupe AB, il proviendrait d’une combinaison des groupes sanguins A et B, et serait apparu il y a à peine 1 000 ans.

Toute la théorie de Peter D’Adamo repose sur l’idée que les changements alimentaires survenus au cours de notre histoire ont eu une influence sur l’émergence des différents groupes sanguins.

À mesure que le genre humain s’est dispersé à travers la planète, il a dû changer d’alimentation et de conditions de vie.

Des phénomènes d’adaptation se sont produits au sein des systèmes digestifs et immunitaires des individus afin qu’ils puissent survivre puis prospérer dans leur nouvel environnement.

Voilà pourquoi chaque groupe serait adapté à des régimes alimentaires spécifiques.

Ainsi, le groupe O serait particulièrement adapté à une alimentation riche en protéines animales. En revanche, les produits laitiers et les céréales ne sont pas recommandés.

La groupe A, associé aux premiers cultivateurs, correspondrait à un régime basé sur les fruits, les légumes et les céréales. La viande est déconseillée et seul le poisson devrait apporter des protéines animales.

Pour le groupe B, tout est permis ou presque. Les produits laitiers, les fruits, les légumes et presque toutes les viandes seraient bien tolérés. Seules les céréales et la volaille seraient à éviter.

Le groupe AB aurait droit à la quasi-totalité des fruits et légumes et serait le seul à supporter les produits à base de blé. Les produits laitiers ne semblent pas non plus poser de problème. La viande de porc serait toutefois à proscrire.

Un régime simple en apparence mais bien compliqué au final

Si l’on s’attarde plus en détail sur les aliments autorisés ou déconseillés pour chaque groupe sanguin, on se rend compte cependant que tout est un peu plus compliqué qu’au premier abord.

Par exemple, on peut lire que les personnes du groupe O peuvent consommer des fruits mais pas d’orange ou de clémentine. Ils peuvent aussi manger des légumes en mettant de côté les tomates, l’aubergine et la pomme de terre…

Le groupe A doit essentiellement composer ses repas de fruits et légumes sauf pomme de terre, patate douce, igname, chou et tomate…

Le groupe B, qui est le plus gâté, peut en théorie manger à peu près de tout sauf… du poulet, du blé, du seigle et du maïs. Par contre, c’est le seul groupe qui peut consommer des oranges et des clémentines…

Vous suivez toujours ?

Les personnes appartenant au groupe sanguin AB doivent privilégier l’agneau, le mouton, le lapin et la dinde mais éviter le bœuf et le poulet.

Enfin, tous les groupes sanguins devraient soigneusement éviter le son de blé, la noix de coco, le porc, les glaces, le saumon fumé, la rhubarbe, les huiles d’arachides et de maïs, le poivre noir et le vinaigre…

J’avoue être un peu décontenancé. Pas vous ?

Sur quoi se basent exactement ces recommandations pour le moins mystérieuses ?

La séduisante explication de D’Adamo

Quand les antigènes de notre groupe sanguin détectent la présence d’un agresseur (virus, bactérie, allergène), ils produisent des anticorps pour combattre l’intrus, en s’agglutinant autour de lui (ce qui provoque les phénomènes inflammatoires).

D’Adamo pense que de nombreux aliments susciteraient le même processus d’agglutination que celui qui se produit en présence d’un antigène étranger.

Selon lui, les responsables de cette agglutination sont des protéines appelées lectines, que l’on trouve dans tous les végétaux et les animaux et qui, dans notre organisme, interagissent ou non avec les antigènes présents dans notre sang.

Ainsi, certains aliments seraient considérés comme des agresseurs en fonction de votre groupe sanguin, ce qui favoriserait certaines pathologies.

Par exemple : le gluten, la lectine la plus connue, provoque une inflammation de l’intestin grêle chez les patients du groupe O mais aucun trouble chez le groupe A.

Quelques bonnes raisons de douter

Sauf que cette hypothèse n’a pas vraiment été confirmée par la science.

Certaines lectines sont impliquées dans des réactions allergiques et peuvent être potentiellement toxiques.

D’autres sont intéressantes, notamment dans la lutte contre le cancer.

Rien ne prouve que la toxicité éventuelle des lectines soit variable en fonction des groupes sanguins.

D’autant que les lectines sont détruites à 95 % par la cuisson ou la germination…

Il n’existe aucune étude scientifique probante portant sur un quelconque régime adapté aux différents groupes sanguins.

D’autre part, d’Adamo prétend que le groupe sanguin A, puis les autres par la suite, seraient apparus à partir du néolithique (entre 6000 et 2200 avant notre ère), or de récentes découvertes montrent qu’ils sont présents chez l’espèce humaine depuis au moins 100 000 ans2.

Les auteurs de l’étude ont démontré par exemple que Néandertal avait la même diversité de groupes sanguins dans le système ABO que l’Homme moderne.

La théorie affirmant que les groupes sanguins ont évolué en fonction du mode de vie des populations ne tient donc pas la route.

Le groupe sanguin influence-t-il quoi que ce soit quant à notre santé ?

L’idée que les groupes sanguins détermineraient le risque de pathologies remonte aux années 1950.

Cette hypothèse n’est pas totalement dénuée de fondements.

En effet, plusieurs études ont montré que le groupe O présenterait moins de risques vis-à-vis des maladies cardiaques3 et de diabète de type 24.

Cependant, il est admis que les influences génétiques, les facteurs environnementaux et le mode de vie ont bien plus d’impact sur ces maladies que le simple fait d’appartenir à tel ou tel groupe sanguin.

Une étude qui clôt le débat ?

Je vous disais qu’aucune étude scientifique sérieuse ne vient confirmer la théorie de Peter D’Adamo.

En revanche, des chercheurs en nutrition de la faculté de médecine de l’université de Toronto (Canada) ont montré que sa théorie n’était pas vraiment fiable5.

1455 adultes en bonne santé ont été recrutés en fonction de leur groupe sanguin, leur taux de triglycérides, leur niveau de cholestérol ainsi que toute une série de paramètres de santé.

Certains ont suivi une alimentation fidèle aux principes du Dr D’Adamo et d’autres non.

Au terme de l’étude, les chercheurs ont bien noté que la plupart des participants présentaient une amélioration de leur santé (baisse de la tension, d’insuline, du cholestérol, des triglycérides, perte de poids…), mais ces résultats n’avaient aucun lien avec leur groupe sanguin.

En réalité, une personne du groupe O qui suit le régime alimentaire du groupe A aura les mêmes bénéfices qu’une personne du groupe A qui suit le régime du groupe A.

C’est surtout le régime en lui-même qui apporte des bénéfices, notamment lorsqu’il est limité en protéines animales et en gluten.

Selon l’un des auteurs de cette étude, Ahmed El-Sohemy : « La façon dont un individu répond à l’un de ces régimes n’a rien à voir avec son groupe sanguin et dépend de sa capacité à adhérer à un régime végétarien ou low-carb. »

Pour ma part, je soupçonne que ce type de régime déséquilibré provoque des carences à long terme.

De plus, il n’est pas aisé à mettre en place, le choix des aliments recommandés étant plutôt limité et parfois difficilement compréhensible.

Alors, plutôt que de vous lancer dans un régime compliqué et qui ne présente pas de preuves d’efficacité suffisantes, privilégiez tout simplement une alimentation variée, riche en fruits et légumes.

Le régime de type méditerranéen reste la référence en matière de santé.

Et vous, avez-vous essayé le régime préconisé par Peter D’Adamo ?

En avez-vous retiré des bénéfices ?

Merci de partager votre expérience avec les autres lecteurs en commentaires.

A bientôt,

Laurent des éditions Nouvelle Page

4 2 votes
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notification pour
guest

9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Piers
Piers
1 mois il y a

Bonjour, alors moi je sais par expérience et pour régulièrement y revenir que l’alimentation par le groupe sanguin est d’un réel bénéfice et améliore la santé ! Je le conseille à mes patients dans certain cas et le résultat est là.. plus d’énergie, moins de fatigue etc…. Si vous jugez votre entourage vous serez édifié par le groupe À qui n’est pas du tout attiré par les viandes rouges, alors que le groupe O lui constatera que son système digestif est plus tonique après l’absorption d’une viande rouge Chacun peu douter de l’effet de cette pratique, mais tout le monde… Lire la suite »

suzanne
suzanne
1 mois il y a

je suis AB donc selon le régime groupe sanguin, je devrais prilégier produits laitiers, agneau, mouton et éviter le porc et le poulet ; sauf que les produits laitiers sont pour moi une vraie catastrophe surtout pour mon système ORL, rien que l’odeur de l’agneau ou du mouton me fait vomir ; je suis très peu carnivore ; ; le vraiment très peu de viande que je consomme c’est porc et poulet ; je ne crois pas du tout au régime groupe sanguin

Willy Massy
Willy Massy
1 mois il y a

Jamais lu autant d’inepties !!!

AMROUCHI
1 mois il y a

Bonjour
Pourriez vous nous expliquer les groupes rhésus, leurs incompatibilité et Leurs fonctions
Merci à vous
Cordialement

Maillet Marcelle
Maillet Marcelle
1 mois il y a

Bonjour ! je suis du groupe A, je connaissais cette théorie, mais je n’ai jamais fait fait le régime suggéré. Par contre j’ai remarqué que mes goûts me portaient à manger pas mal de fruits et légumes, et que je n’aime pas beaucoup la viande, ni les agrumes à part les citrons, sans pour autant suivre un régime vegan. Et aussi je mange pommes de terre patates douces tomates choux sans être apparemment incommodée. Je suis d’accord avec vous qu’il ne faut pas se coincer avec cette théorie, et surtout observer ce qu’il se passe dans notre corps.

Laurent MURZEAU
Laurent MURZEAU
1 mois il y a

Je vous remercie pour cet article qui permet à certaines personnes trop crédules de ne pas partir sur des régimes qui pourraient leur être néfastes. Encore faut-il qu’ils le lisent 🙂

dufly therese
dufly therese
1 mois il y a

C’est le régime du groupe A qui m’a sauvée. J’appartiens à ce groupe et je suis très fragile. Etant enfant, j’avais des migraines terribles qui m’empêchaient d’aller certains jours à l’école. Le médecin de famille avait pensé à me transférée à Luchon car la sphère ORL fragile.
Il a sorti un livre « les génotypes » qui est plus accessible et plus ciblé à la fois. Je fais partie des « explorateurs » et ça m’aide beaucoup.

Chantal Dumouchel
1 mois il y a

A première vue c’est une théorie intéressante qui peut être validée en observant des enfants en bonne santé, car leur choix instinctifs les guident vers les aliments qui correspondent à leur groupe sanguin quand on exclue totalement les sucreries. Mais les combinaisons alimentaires dans un même repas sont peut-être encore plus importantes que les choix adaptés aux différents groupes sanguins. Dans les livres de Peter D’Adamo, aucune différence n’est noté selon que les aliments soient biologiques ou non. Le déséquilibre du PH des liquides du corps, influence grandement la capacité de digestion, ce sont des facteurs déterminants qui influence la… Lire la suite »

Guy Roussel
1 mois il y a

J’ai acheté ce livre, je l’ai lu mais je ne l’ai jamais incorporé à ma vie. Ceci étant dit, je pratique un mélange de jeûne Intermittent et d’alimentation Méditerranéenne. J’ai 70 ans et je me sens en pleine forme et en bonne santé. Merci à la vie!

Suivez-nous sur Facebook

9
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close