La maladie le plus fréquente en été n’est pas celle que l’on croit - Nouvelle Page Santé

La maladie le plus fréquente en été n’est pas celle que l’on croit

Qui dit « été » dit piqûres d’insecte, coups de soleil et entorses.

Oui, mais pas seulement !

Une grande partie des patients qui me consultent l’été sont en réalité… des patientes qui souffrent de cystite !

Étonnant ? Pas tant que cela.

Cette maladie est plus fréquente l’été du fait que l’on boit moins (les urines sont donc plus concentrées) et que l’on mange davantage acide (tomates, fruits, viandes, vin rosé).

La cystite, qu’est-ce que c’est ?

Marie se réveille en pleine nuit en ayant mal au ventre. Ses urines la brûlent et sont troubles : elle souffre de cystite. 

Pendant des années, elle a traité ses crises avec des antibiotiques sans pour autant réussir à éviter les récidives. 

Débutant par une inflammation de la vessie souvent due à des urines trop acides, la cystite peut évoluer vers une infection si elle est mal prise en charge. 

Hormis les cas où la cystite commence avec de la fièvre et une douleur rénale, l’indication d’antibiotiques n’est pas utile.

La clef pour prévenir les cystites est dans la prévention. 

Si vous êtes sujette à des cystites à répétition, vous devez être particulièrement attentive à deux choses : votre microbiote intestinal (que l’on appelait avant flore intestinale) et l’acidité de votre organisme.

Axe 1 : prendre soin de son microbiote

La flore intestinale représente l’ensemble des micro-organismes de l’intestin, et il est primordial qu’elle soit équilibrée. 

En effet, la surinfection urinaire est le plus souvent due à la présence de colibacilles dans la vessie. Ces colibacilles sont des germes habituels de l’intestin qui n’ont rien à faire dans la vessie. 

Hélas, j’ai déjà pu constater que le déséquilibre de la flore intestinale est renforcé par la prise d’antibiotiques. Les spécialistes affirment, eux, que la prise d’antibiotiques, quels qu’ils soient et même pris sur un temps court, perturbe le microbiote intestinal pendant plus de trois mois (1). Sans compter que nous voyons croître les résistances à ces fameux antibiotiques. 

Mieux vaut donc en limiter la prise ! D’autant que, je vous le rappelle, la France est un des premiers consommateurs d’antibiotiques au monde.

Pensez plutôt aux probiotiques

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit les probiotiques comme « des bactéries vivantes qui, lorsqu’elles sont consommées régulièrement et en quantité suffisante, exercent un effet potentiellement bénéfique sur la santé ». 

Je vous recommande des cures de 3 semaines, soit après une prise d’antibiotiques, soit tous les 3 mois pour une prévention efficace de la cystite. 

Côté alimentation, je vous recommande des mets riches en fibres solubles (légumineuses : lentilles, pois chiches, et agrumes), qui favorisent une bonne flore intestinale. N’oubliez pas également les probiotiques naturels contenus dans le kéfir, le kombucha, les dérivés de soja, la choucroute crue, les olives ou les cornichons. 

Axe 2 : lutter contre l’acidité de votre organisme

L’acidité de l’organisme est un facteur important d’inflammation de la vessie. Pour l’éviter, faites attention à l’excès de viande rouge (les barbecues estivaux sont fortement en cause !), les vins acides (vin blanc, rosé et champagne), et les fruits insuffisamment mûrs, dont font partie les tomates.

Le stress augmente aussi significativement l’acidité de l’organisme. La relaxation, la sophrologie ou la méditation vous aideront.

Dans votre assiette, pensez à ajouter des céréales complètes, des graines de lin ou d’avoine, des épices, des oléagineux, des brocolis et des légumineuses qui permettent également de lutter contre l’acidité. 

Axe 3 : n’oubliez pas l’homéopathie

L’homéopathie peut donner de bons résultats avec des remèdes pris à raison de 5 granules 3 fois par jour de :

  • Cantharis 9 CH en cas de brûlures urinaires importantes avec des urines sanguinolentes ;
  • Mercurius corrosivus 9 CH en cas de spasmes de la vessie ;
  • Formica rufa 9 CH si les urines sont troubles et odorantes.

Prenez 5 granules 3 fois par jour pendant les symptômes et arrêtez le traitement dès que ces symptômes disparaissent.

Dans tous les cas, pensez à boire beaucoup d’eau pour vous hydrater !

Enfin, si vous le pouvez privilégiez la mise en place d’un traitement de terrain avec l’aide d’un médecin homéopathe. 

L’été sera chaud, mais sans cystite !

0 0 voter
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Partagez-nous