Irez-vous au bal masqué ? - Nouvelle Page Santé

Irez-vous au bal masqué ?

Chers amis,

Comme beaucoup de soignants, la crise du Covid m’a mis en colère. Le feuilleton des masques y est pour beaucoup.

On estime aujourd’hui qu’une des premières causes de mortalité en Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) vient du manque de protection du personnel soignant. Et notamment du manque de masques.

Dès le début de la crise pourtant, devant la pénurie de masques, les pouvoirs publics nous avaient expliqué que les masques étaient inutiles… jusqu’à un revirement complet.

À tel point que le masque est devenu aujourd’hui l’objet à la mode.

Nous sommes, comme souvent, passés d’un extrême à l’autre : où se situe la juste attitude ?

Les masques : pour qui, pour quoi ?

Les masques ont toujours eu leur utilité.

À tel point que les pays qui les ont utilisés massivement depuis le début de l’épidémie ont moins confiné que nous et sortent de la crise avec un bilan moins lourd que le nôtre[1].

Mais doit-on tous et tout le temps les porter ? Certainement pas !

Oui pour les soignants !

Les soignants sont en première ligne pendant les crises sanitaires : ils sont confrontés à une charge virale maximum. Or, l’infection répétée par le virus peut être dramatique.

Le port du masque est donc indispensable pour eux.

Le manque de masques efficaces au début de l’épidémie (les FFP2 qui vous font une tête de canard) a exposé nombre de médecins, infirmières, aides-soignants à des risques inconsidérés qui ont engendré de nombreuses infections.

Selon un décompte de l’Agence France Presse, plus de 25 d’entre eux seraient morts d’une infection par le coronavirus, et ce chiffre est probablement en dessous de la réalité.

Ces victimes étaient médecins généralistes ou spécialistes, infirmiers, aides-soignants, agents hospitaliers, cadres de santé, personnel d’EHPAD engagés dans ce combat contre le Covid-19.

Elles auraient pu, et auraient dû être évitées.

Lors d’une garde hospitalière en « cellule Covid », lieu d’accueil des malades suspectés d’être infectés, une infirmière m’a raconté qu’au tout début de l’épidémie, l’hôpital leur avait fourni des masques stockés dans les sous-sols de l’établissement.

Un acte louable, si ce n’est que les masque en question… étaient moisis ! Ils ont au passage provoqué des réactions d’allergie et des rougeurs de peau.

C’est inadmissible !

Et pour vous ?

Pour le public, le masque reste, avec le lavage des mains, la meilleure protection en cas de contact, c’est vrai. Si deux personnes portent un masque, chacune se protège mutuellement à plus de 90 %. Ce n’est pas une raison pour le porter en permanence.

La profusion actuelle de masques en tissus, de fabrication plus ou moins artisanale, crée une nouvelle mode très colorée. Ils sont efficaces pour parer à la propagation virale.

Dans les lieux publics et clos comme les magasins, les grandes surfaces ou les lieux de loisirs, le masque est utile pour éviter de contaminer les autres et rester à l’écart du virus.

Mais seul en voiture, et si vous vous promenez dans la rue, surtout si vous ne croisez pas beaucoup de monde, il est inutile.

Si vous vous promenez dans la nature, si vous faites du vélo ou courez en extérieur, ne mettez pas de masque, c’est inutile et vous perdrez les bienfaits d’une oxygénation bienfaisante. N’oublions pas que l’oxygène est le meilleur des anti-infectieux.

Et si nous passions à la mode asiatique ?

Plutôt que de tous nous masquer dès qu’une épidémie pointe le bout de son nez, peut-être pourrions-nous faire comme les Asiatiques. Dès qu’ils sont malades ou quand ils toussent, ils se couvrent spontanément d’un masque.

C’est une manière d’avoir une attitude responsable de sa santé et de celle des autres.

En France, alors que l’épidémie s’épuise et que le calme revient, les pouvoirs publics déploient, à grand renfort de communication, la distribution massive de masques.

Profitez-en pour vos prochains bals masqués, ou vos travaux de rénovation à venir

Comme dans les meilleurs westerns, une fois de plus, la cavalerie arrive bien tard !

1 1 vote
Article Rating

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Priou
Priou
1 mois il y a

Masques = Muselières !!! = Test de soumission !!!
Les masques sont INUTILES ! Le virus est 10000 fois plus petit qu’un grain de sable.
Ils sont utiles pour bricoler pour se protéger des poussières, et pour les professionnels de santé en protection de certaines bactéries.
Je me désabonne !

Hélène Martel
Hélène Martel
1 mois il y a

Je suis canadienne et je suis contre le port du masque et où que ce soit. Je pense que cette habitude malsaine peut rendre la population trop aseptisée de sorte que le corps n’ai plus la capacité de réagir naturellement, on lui enlève ses défenses. De plus, à respirer notre CO2, on s’intoxique tout doucement. De l’obliger aussi aux jeunes enfants est un crime qui les rendra anxieux encore plus. Je ne tiens pas à être un mouton de l’OMS ni de l’ONU dont je trouve leurs idées tellement confuses que je ne crois plus à cette supposée science. Je… Lire la suite »

Partagez-nous