Et si c’était votre meilleure arme contre le stress ? - Nouvelle Page Santé

Et si c’était votre meilleure arme contre le stress ?

Le stress nous touche tous à un moment ou un autre.

Malheureusement, il peut, chez certaines personnes, devenir chronique et déboucher sur des problèmes plus graves comme de l’anxiété généralisée et de la dépression.

Il est donc important de prendre le mal à la source pour éviter cette dérive pernicieuse.

Ça tombe bien, les plantes sont là pour ça !

Il y a stress et stress

Nous sommes tous soumis plus ou moins régulièrement à des situations stressantes.

Le corps réagit alors en conséquence et, parfois, le stress peut même s’avérer positif.

Il nous booste, met l’organisme en éveil, permet de réagir et de faire face à des situations qui demandent des ressources plus importantes qu’à l’accoutumée.

Le stress déclenche en réalité des réactions de survie essentielles.

Il permettait notamment à nos lointains ancêtres de survivre en échappant aux dangers et en s’adaptant à de nouveaux environnements.

Mais lorsque le stress vient frapper à votre porte tous les jours et que l’anxiété commence à montrer le bout de son nez, il ne faut surtout pas négliger ce signal d’alarme !

Le premier médecin à avoir défini ce qu’est le stress est le Docteur Hans Selye en 1936.

Voici ce qu’il en disait à l’époque et cela reste étonnamment d’actualité : « Agression de l’organisme par un agent physique, psychique, émotionnel entraînant un déséquilibre qui doit être compensé par un travail d’adaptation ; agent qui agresse ; tension nerveuse, contrainte de l’organisme face à un choc (événement soudain, traumatisme, sensation forte, bruit, surmenage) ; état d’une personne soumise à cette tension. »

Si le stress aigu est mobilisateur, le stress chronique, lui, est affaiblissant.

Lorsque le mode « alerte » est activé en continu, des hormones sont sécrétées sans interruption, et, sans repos, l’organisme finit par s’épuiser. Notre capacité à surmonter le stress aussi…

Petit à petit, le stress chronique altère notre santé à tous les niveaux.

Physiquement, il favorise les maladies cardiaques (pression artérielle constamment élevée, taux de cholestérol augmentés), le diabète, les ulcères de l’estomac, une diminution des défenses immunitaires, etc.1,2

Du côté émotionnel, c’est la déprime, l’agressivité constante, la fatigue émotionnelle, et divers troubles psychologiques qui peuvent devenir forts handicapants3.

Alors avant d’en arriver là, suivez les quelques conseils qui vont suivre.

Savoir reconnaître les premiers signes

Si vous ressentez les symptômes suivants de façon régulière n’attendez pas pour réagir :
  • Des tensions musculaires ;
  • Un état de fatigue permanent ;
  • Des maux de ventre, des problèmes digestifs récurrents (aigreurs d’estomac, constipation, diarrhée) ;
  • Des maux de tête ;
  • Des manifestations cutanées ;
  • Des palpitations cardiaques ;
  • Un état d’irritabilité ou de tristesse ;
  • Des pensées négatives qui tournent en boucle dans votre esprit ;
  • Des difficultés à vous concentrer ;
  • Des troubles du sommeil ;

 

  • Un désintérêt pour ce qui vous motive habituellement.

Les plantes adaptogènes à la rescousse

Avant de devenir dépendant des anxiolytiques ou des antidépresseurs, mieux vaut confier son stress aux plantes.

Les plantes adaptogènes sont particulièrement recommandées.

Comme leur nom l’indique, elles permettent à l’organisme de s’adapter aux situations de stress auxquelles il est soumis.

Elles agissent sur le système endocrinien et rééquilibrent ce qui doit l’être en douceur4.

Ainsi, elles peuvent aussi bien redonner de l’énergie que calmer en fonction de chaque cas.

C’est le pharmacologue russe Nicolaï Lazarev qui a créé en 1947 le concept d’« adaptogène » définit comme « une substance pharmacologique capable d’induire dans un organisme un état de résistance augmentée non spécifique permettant de contrebalancer les signaux de stress et de s’adapter à un effort exceptionnel ».

Différents travaux couvrant 15 ans de recherches sur le sujet sont pour la première fois publiés hors de l’ex-URSS dans une revue internationale, Annual Review of Pharmacology, (Brekhman & Dardymov), en 1969.

Depuis, des milliers d’études ont été publiées sur les plantes adaptogènes et leurs bienfaits.

Parmi ces plantes merveilleuses qui peuvent aider à gérer les états de stress, on compte :

  • La rhodiole : cette plante permet de lutter contre le stress nerveux et émotionnel. Elle améliore la dépression légère à modérée. Plusieurs études cliniques ont en outre démontré ses effets curatifs sur la santé cardiovasculaire détériorée par le stress.5 La rhodiole est plutôt une plante tonique qui doit être prise le matin ou le midi pour ne pas perturber le sommeil. La posologie usuelle varie entre 100 et 300 mg par jour.

La prise de rhodiole est contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante, chez les enfants, les personnes diabétiques ou ayant une maladie du foie et chez les personnes bipolaires.

  • L’ashwagandha : aussi appelée ginseng indien, cette plante incontournable de la médecine ayurvédique est utilisée pour retrouver un meilleur équilibre émotionnel. C’est un des plus puissants anti-stress naturels qui soit6 . Vous pouvez en faire usage en infusion (1 à 2 grammes de poudre d’ashwagandha par tasse, sans dépasser 2 tasses par jour). Pour les compléments alimentaires, la posologie peut être très différente d’un produit à l’autre ; il convient de se référer aux posologies conseillées par le fabricant. En général, elle se situe entre 300 et 600 mg/j. L’ashwagandha n’altère pas le sommeil, bien au contraire. Vous pouvez donc en prendre le soir, si vous rencontrez des difficultés à vous endormir.

L’ashwagandha ne doit pas être utilisée par les femmes enceintes, les femmes allaitantes, les enfants, les personnes souffrant d’hyperthyroïdie et les personnes allergiques aux solanacées.

  • Le griffonia : le 5 hydroxytryptophane (5-HTP) est le principe actif contenu dans les graines de la plante. Il est présent dans de nombreux aliments et c’est aussi une substance que le corps sécrète pour fabriquer de la sérotonine (l’hormone du bonheur). Le griffonia permet donc de réguler le stress et le sommeil. Afin de ressentir tous ses bienfaits, on conseille de procéder par cures de 1 à 3 mois. Toutes les 2 semaines, stoppez la prise pendant quelques jours avant de reprendre la cure. Référez-vous aux recommandations du fabricant pour le dosage. Pour les capsules ou les comprimés, comptez 400 mg une à trois fois par jour selon l’intensité de vos symptômes. Ce qui compte surtout, c’est la concentration en 5-HTP de votre supplément. S’il est indiqué sur la boîte, sachez qu’il vous faut de 50 à 100 mg de 5HTP par jour, à prendre plutôt le soir.

Le griffonia est déconseillé en cas de grossesse ou d’allaitement, si vous souffrez de trisomie 21 (elle peut causer des convulsions) et aux personnes atteintes de sclérodermie.

Les autres plantes anti-stress qui peuvent vous aider

  • L’aubépine : elle diminue les spasmes et a une grande action tranquillisante sur le système nerveux central. Elle combat la nervosité, le stress et le surmenage. Elle est aussi précieuse si votre sommeil est perturbé. Envisagez-la dès les premiers signes de nervosité, précurseurs d’un état de stress chronique. Vous pouvez vous préparer une tisane (deux cuillerées à café de fleurs séchées dans 150 ml d’eau) jusqu’à 4 fois/jour.

L’aubépine doit être évitée en cas de grossesse ou d’allaitement. Elle est aussi à éviter chez l’enfant de moins de 12 ans. Elle est déconseillée en cas d’hypotension artérielle.

  • La lavande : calmante et relaxante, elle permet de soulager les symptômes provoqués par la nervosité ou le stress et peut également aider à éviter les insomnies grâce à ses vertus sédatives. Son huile essentielle peut être utilisée en complément de tisanes ou des plantes adaptogènes pour vous aider à retrouver de la sérénité. Vous pouvez simplement en mettre quelques gouttes sur votre oreiller avant le coucher ou vous masser le plexus solaire avec deux gouttes diluées dans un peu d’huile végétale.

  • La mélisse officinale : elle est d’une aide précieuse pour aider à stabiliser l’humeur. On la retrouve très souvent dans les compléments alimentaires destinés à améliorer le sommeil car elle permet d’apaiser l’organisme et de créer un état favorable à la relaxation. La posologie recommandée est de 1,5 à 4,5 g de poudre de mélisse, une à trois fois par jour. La même quantité de feuilles est préconisée pour les tisanes, à prendre deux à trois fois au cours de la journée.

Les personnes qui souffrent d’une maladie de la thyroïde doivent éviter d’utiliser la mélisse.

  • Le chanvre (CBD ou Cannabidiol) : le CBD est une molécule organique extraite de Cannabis sativa, mais contrairement au THC (tétrahydrocannabinol), qui est la substance psychoactive de la plante, le CBD ne provoque ni addiction, ni somnolence, baisse des réflexes ou encore euphorie. Les produits à base de CBD doivent, selon la réglementation, posséder un taux de THC inférieur à 0,2 %. Dans ce cas, ils sont tout à fait légaux. Le CBD agit principalement contre la douleur, l’anxiété et le stress. Les chiffres des études menées sur le sujet sont très prometteurs : le sommeil s’est amélioré pour 66,7 % des patients testés après un mois, tandis que l’anxiété a baissé pour 79,2 % d’entre eux7. Vous en trouverez sous différentes formes, mais je vous recommande d’utiliser l’huile de CBD. Les concentrations vont de 5 %, 10 %, 20 % ou 30 % de cannabidiol (parfois 40% en fonction des marques).

Mieux vaut démarrer avec de faibles doses et augmenter progressivement en fonction de vos besoins. Le dosage de base est de 0,5 mg de CBD / jour / kg de poids. À titre d’exemple, une personne de 70 kg démarrera donc avec 35 mg de CBD par jour, soit 3 prises de 12 mg.

Le CBD interagit avec la prise de nombreux médicaments (anti-hypertenseurs, antidépresseurs, antihistaminiques, antalgiques, protecteurs gastriques, traitements hormonaux…). Demandez conseil à votre médecin avant d’en faire usage.

De façon générale, si vous prenez un traitement, notamment des antidépresseurs, il n’est pas recommandé de consommer des produits phytothérapeutiques ou des plantes adaptogènes pour gérer votre stress.

Tous les conseils que je vous ai donnés aujourd’hui sont à titre préventifs et ne doivent en aucun cas vous dispenser de consulter un médecin si vos symptômes persistent.

Et vous ? Quelle plante vous a libéré de votre stress ou de votre anxiété ? N’hésitez pas à nous en faire part en commentaires.

5 1 vote
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Marie-Béatrice Ravot
Marie-Béatrice Ravot
4 mois il y a

Bonjour, J’ai été très intéresser par votre article sur les plantes aidant à lutter contre les états dépressifs. j’ai aussi entendu dire par des proches que le millepertuis et l’huile de sa macération dans l’huile d’olive était aussi bien efficace. Merci pour vos recherches et commentaires.

Suivez-nous sur Facebook

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close