Cancer, rhumatismes et Parkinson : faites-vous piquer ! - Nouvelle Page Santé

Cancer, rhumatismes et Parkinson : faites-vous piquer !

Nous avons tous au moins un souvenir de vacances douloureux.

Je ne parle pas de la première déception amoureuse au Camping des flots bleus, mais des piqûres d’abeille.

Enfant, ma propension à fureter en pleine nature m’a valu quelques mésaventures cuisantes…

Je n’aurais pas parié un kopeck que, bien des années plus tard, je serai tenté par des piqûres volontaires !

Et pourtant…

L’apipuncture est réputée pour soulager les douleurs rhumatismales.

De par son action sur l’ensemble du système nerveux central et les fibres motrices, le venin d’abeille traite articulations, muscles et tendons.

La découverte de cette propriété est tout à fait empirique : des générations d’apiculteurs, régulièrement piqués dans le cadre de leur travail, rapportent être préservés des douleurs articulaires ou tendineuses grâce à leurs précieuses butineuses.

Les peptides anti-inflammatoires du venin provoquent la libération de cortisol (anti-inflammatoire) par les glandes surrénales. C’est l’action de ces petites chaînes d’acides aminés qui expliquerait en partie son efficacité.

Quelques études ont été menées sur le sujet et tendent à confirmer ce constat1.

Du remède au poison, une question de dose

La composition du venin d’abeille est variable selon la race, l’âge et la nourriture de l’abeille.

Ses substances actives sont des peptides comme la mélittine (en partie responsable de la douleur liée à la piqûre), l’apamine (un neurotoxique du système nerveux central et un anti-inflammatoire), l’adolapine (un anti-inflammatoire et analgésique).

Avant toute injection de venin d’abeille deux paramètres sont à prendre en compte : la quantité administrée et l’éventuelle allergie.

Si vous êtes partant, choisissez bien votre thérapeute : s’il ne vous propose pas de faire un test allergique avant de commencer le traitement et qu’il ne possède pas d’adrénaline (l’antidote en cas de choc anaphylactique) passez votre chemin !

Le mal par le mal : le miracle de l’apipuncture

Si vous vous lancez, sachez que le praticien va poser plusieurs abeilles sur la zone à traiter.

Chaque piqûre équivaut à une dose de venin comprise entre 0,1 et 0,5 mg.

Le nombre de piqûres varie de 2 à une trentaine.

Une seule séance peut suffire (ouf !).

Mais en fonction de la pathologie à traiter, il vous faudra parfois vous y coller à plusieurs reprises.

Souvent les piqûres ciblent des points d’acupuncture, on parle alors d’apipuncture.

Chacun réagit de façon différente mais, je ne vais pas vous mentir, la sensation sera à peu près la même qu’en cas de piqûre dans la nature, la surprise en moins !

Attendez-vous à une réaction inflammatoire locale plus ou moins intense, avec douleur, rougeur, et parfois des démangeaisons.

Tout le paradoxe de cette thérapie réside dans le fait de se soigner en se faisant (un peu) mal et en devant surmonter une appréhension plus fréquente qu’on ne le croit.

Marty McFly et les abeilles

Vous avez peut-être eu la chance de visionner la trilogie jouissive des années 1980 : Retour vers le futur.

Son acteur principal, Michael J. Fox a connu à 30 ans les premiers symptômes de ce qui sera diagnostiqué comme une maladie de Parkinson.

Depuis, la fondation qu’il a créée et qui porte son nom, ainsi que ses partenaires européens (Suède, Allemagne, Espagne) participe au financement des recherches du Centre d’investigation clinique (CIC) sur l’action du venin d’abeille pour soulager la maladie de Parkinson.

L’attention des chercheurs se porte surtout sur l’apamine : elle favoriserait la survie des neurones dopaminergiques.

Les résultats obtenus sur des souris se sont montrés si prometteurs que des essais cliniques sur l’humain ont été engagés.

Il semblerait que la méthode la plus efficace soit de conjuguer l’inoculation de venin avec la stimulation de points d’acupuncture.

Une étude a traité ces groupes par une stimulation de 10 points d’acupuncture avec du venin d’abeille 2 fois/semaine pendant 8 semaines, et conclut :

« L’acupuncture et l’acupuncture au venin d’abeille ont montré des résultats prometteurs en tant que thérapies adjuvante pour la maladie de Parkinson. »

Cette thérapie pourrait donc être utilisée en complément des thérapies habituelles contre Parkinson, pour en renforcer l’effet.

Les ouvrières à l’assaut du cancer ?

Et ce n’est pas tout.

Cette fois c’est la mélittine, l’une des autres substances actives du venin d’abeille, qui attire l’attention.

Les recherches entreprises démontrent qu’elle permet de bloquer la multiplication des cellules cancéreuses et leur propagation.

Plusieurs types de cancer pourraient ainsi bénéficier de cette approche thérapeutique : le mélanome, le glioblastome, le cancer du poumon, des ovaires, du pancréas, du foie… La liste n’est pas exhaustive !

Le miracle a été constaté in vitro, par injection de venin d’abeille dans des cellules en culture : la mélittine a été synthétisée, puis enfermée dans des nanos capsules. Elle n’a été libérée qu’au contact de la tumeur.

Cette méthode ingénieuse permettrait d’éviter les risques d’effets secondaires néfastes (dommages musculaires ou nerveux) quand les essais seront étendus à l’humain, a priori d’ici 5 ans.

Le sacrifice des abeilles en vaut-il la chandelle ?

Quand une abeille pique, elle meurt.

Comme son dard est coincé dans l’épiderme, pour s’échapper, elle est contrainte d’abandonner une partie de son abdomen.

Et c’est pareil lors d’une séance d’apipuncture, lorsque le praticien retire l’abeille après la piqûre.

Il existe quantité de techniques d’apipuncture, des plus « barbares » aux plus respectueuses de l’insecte.

Malheureusement aucune ne le préserve véritablement.

La méthode « Hirofumi » consiste à arracher le dard et à l’appliquer rapidement sur une trentaine d’endroits du corps. Une seule abeille permet donc de piquer plusieurs points. En conséquence, la dose de venin est plus faible car répartie sur une plus grande surface.

La méthode de l’abeille vivante : les thérapeutes appliquent le dard des abeilles vivantes aux endroits adéquats, soit à la main, soit à l’aide d’une pince. C’est la méthode la plus courante. Là aussi l’abeille est condamnée.

La méthode dite « douce » : une micro-grille aux mailles ultrafines (de l’ordre de 0,1 mm) est placée entre la peau et le dard pour éviter qu’il ne s’enfonce trop profondément. Certes, l’abeille conserve son abdomen, mais sans son venin, elle est sans défense au sein de la ruche.

La stimulation électrique : la récolte du venin se fait à l’aide d’un fin treillis électrifié placé sur la planche d’envol de la ruche. En passant dessus, les abeilles se sentent agressées et piquent sans perdre leur dard. Le venin est recueilli entre deux plaques de verre et séché pour être conservé, en injection, il est moins efficace que le venin frais.

Chaque jour, dans une ruche, il meurt entre 1500 et 1800 abeilles.

Un prélèvement d’une vingtaine d’abeilles destinées à la thérapie n’est donc pas en soi un problème pour la communauté.

Malgré tout, on ne peut occulter le fait que celles qui seront choisies pour nous soulager paieront le prix fort…

Comme beaucoup de thérapies non conventionnelles, l’injection de venin d’abeille inspire la méfiance.

Pourtant, les chercheurs qui se sont aventurés à l’explorer sont émerveillés de ses potentialités.

En plus de contribuer à réguler notre écosystème, les abeilles pourraient donc soulager certaines de nos pathologies les plus lourdes.

Plus que jamais, nous devons prendre grand soin de nos abeilles !

Mais, dites-moi, êtes-vous prêts à tenter l’apipuncture ?

3 6 votes
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
11 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Michel angelosanto
Michel angelosanto
5 mois il y a

bonjour, le venin de guêpe aurait il les mêmes propriétés que celui des abeilles? Si c’était le cas on ne sacrifierait aucun animal.
Les piqures d’orties sont bénéfiques aussi.

Bouali
Bouali
5 mois il y a

Bonjour
j’ai une parente en Algérie qui était à un stade assez avancé de la maladie de Parkinson
je l’es revue une année après elle était guérie elle a été chez un Guerrisseur qui l’a soigné par les piqures d’abeilles

Nicole Seidel-Guinebretière
Nicole Seidel-Guinebretière
5 mois il y a

Il existe en Allemagne une très vieille méthode, inspirée à l’origine des abeilles, mais malheureusement presque oubliée : la méthode dite de Baunscheidt. Je m’étonne depuis plusieurs années déjà de ne jamais la voir mentionnée en France.

Stéphanie
Stéphanie
5 mois il y a

Non pas prête à tuer des abeilles et autres animaux pour me soigner. Faire un travail sur les causes réelles dont et surtout les émotions négatives

houcine
houcine
5 mois il y a

est ce que les piqûres d’abeilles peuvent soigner la cirrhose du foie ( issue d’hépatite c) ou amélioer l’etat de santé du malade.
merci de me répondre

Amelle
Amelle
5 mois il y a

Bonjour,
je vous remercie pour cet article. je suis Naturopathe et j’ai cherché « des apipuncteurs » pour leur envoyer des personnes qui le consultent pour parkinson, cancer ou SLA.
Eh bien ! bon courage. le seul et unique « ex-apipuncteur » en France se garde bien de pratiquer depuis des années suite à des ennuis judiciaires pour pratique illégale de la médecine! piquer est assimilé à un acte chirurgical même avec un dard d’abeille.
Aussi, j’ai contacté son homologue médecin en Espagne et pareil il ne le fait plus!
Il faudrait partir en Roumanie…

lakoi
lakoi
5 mois il y a

bonjour,
Même question que Michel sur le venin de guêpe.
cdt
jb

Thieemans
Thieemans
5 mois il y a

J’en ai marre de lire des *** pareilles. Il existe des méthodes plus efficaces de soigner les maladies.l’homéopathie par exemple.Et dans le cas de maladies graves comme le cancer,la méthode du Docteur Schwartz,le traitement Beljanski par exemple (à faire en plus des traitements classiques).De plus,la méthode que vous préconisez est cruelle vis à vis des abeilles,et anti écologique car elle les tue..

AÏCHE
AÏCHE
5 mois il y a

L’abeille est un insecte merveilleux aussi bien son miel que son venin
sont bénéfiques à la santé de l’être humain.

Madzou jean Bernard
Madzou jean Bernard
4 mois il y a
Reply to  AÏCHE

bonjour,je voulais avoir la précision sur les produits de rhumatismes .Puisque les symptômes commencent à l’age de 30 ans ,peut-on prendre ces produits comme pour mener à bien sa prévention ?.Où bien non en tant qu’homme qui n’en souffre pas pour la circonstance ?.Merci

Madzou jean Bernard
Madzou jean Bernard
4 mois il y a
Reply to  AÏCHE

Veuillez m’excuser de la précision de la maladie ,à la place du rhumatisme ,je voulais parler de la « prostate .Merci.

Partagez-nous

Testez la taille de votre prostate

Hypertrophie de la prostate : informez-vous !

Close