Ananas : le fruit des rois - Nouvelle Page Santé

Ananas : le fruit des rois

Quelle classe ! N’est-ce pas ?

Classe et sympathique. Oui, l’ananas est un fruit qui me donne le sourire dès que je l’aperçois. J’ai à chaque fois une petite décharge de dopamine (l’hormone du bonheur).

Et je ne dois pas être le seul, car l’ananas est considéré depuis longtemps comme un symbole d’hospitalité et de bienvenue (l’équivalent d’un sourire en somme).

Pas étonnant, dès lors, que l’ananas soit revenu à la mode ces dernières années [1]. Il fait fureur dans les magasins de vêtements et de déco. 

 

Au défilé Gucci…

 

Au défilé Charlotte Olympia…

C’est surprenant quand on se souvient que l’ananas à manger était devenu ringard. La faute aux boîtes de conserve d’ananas baignant dans de l’eau sucrée — écoeurant.

L’ananas a donc repris la couronne du fruit le plus cool, la star de la soirée. 

Or, ce retour en grâce me paraît justifié compte-tenu de son passé.

Son passé ?

Oui. Beaucoup l’ont oublié, mais l’ananas a eu une première carrière glorieuse, dès le 17ème siècle…

Quand l’ananas coûtait 7064 euros pièce !

Oubliez le caviar et le champagne, le vrai symbole de rareté, de prestige et de pouvoir était… l’ananas !

Sans blague, l’ananas était extrêmement rare, et cher. 

7064 euros pièce !

Si bien que vous pouviez louer un ananas (oui, louer !) le temps d’une soirée [2]. Pas pour le manger, mais pour impressionner vos convives. Puis le lendemain, vous l’auriez rendu au marchand qui l’aurait vendu plus tard un acheteur suffisamment fortuné.

Incroyable, n’est-ce pas ?

L’ananas fut ramené par Christophe Colomb. Mais à l’arrivée, il était pourri. Ça n’a pas empêché les monarques européens de commencer à se fasciner pour ce fruit à l’allure si noble et réjouissante. 

Charles II d’Angleterre, Louis XV de France et Catherine II de Russie, tous étaient fascinés par l’ananas.

Le jardinier John Rose présente à Charles II le premier ananas cultivé en Angleterre (tableau de Hendrick Danckerts, 1675).

Jusqu’à récemment, l’import d’ananas depuis l’Amérique du Sud était inenvisageable à cause de la longueur du transport. 

La production se faisait dans quelques serres en Angleterre, en Hollande, ou en France. 

Louis XV lui-même tenta de faire cultiver de l’ananas à Choisy-le-Roi [3], mais dû renoncer un temps pour des questions de coût !

Les rendements étant faibles et la demande élevée, vous comprenez pourquoi l’ananas coûtait si cher.

Pour se consoler, on utilisait le motif de l’ananas dans l’architecture ou dans les arts décoratifs.

Dunmore, en Écosse [4]

Lors d’une visite au château de Windsor, j’ai découvert que le service en porcelaine le plus précieux de la Reine d’Angleterre était celui-ci :

Remarquez la finesse du bateau peint sur le pied [5].

La suite, vous l’imaginez. Dès que les ingénieurs agronomes de la société américaine Dole sont parvenus à produire de l’ananas à grande échelle, ils se sont frotté les mains.

Ils ont noyé le marché de conserves d’ananas, jusqu’à ce que nous n’en puissions plus.

Quelques générations plus tard, plus personne ne sourcille quand on lui sert de l’ananas. Et c’est dommage car un bon ananas frais est succulent.

Certes, l’allure de l’ananas continue de nous faire quelque chose, mais plus personne ne se souvient que l’ananas a été incontestablement… le fruit des rois.

D’accord, mais l’ananas est-il le roi des fruits ? 

L’ananas est un remède traditionnel utilisé depuis des siècles [6].

C’est surprenant pour un fruit aussi sucré. En effet, les fruits sont souvent trop sucrés pour être vraiment bons pour la santé [7]

Mais, visiblement, l’ananas reste très intéressant pour la santé. 

D’abord, il faut noter que son index glycémique est modéré : 59 (il s’agit de la vitesse avec laquelle il fait grimper votre glycémie — taux de sucre dans le sang).

Ensuite, l’ananas contient beaucoup de vitamines, minéraux et oligo-éléments. 

Il est particulièrement riche en vitamine C et en manganèse [8]

La vitamine C participe notamment au système immunitaire. Mais, elle facilite aussi l’absorption du fer dans l’alimentation (intéressant si vous avez tendance à l’anémie) [9].

Le manganèse aide à la croissance et maintient un métabolisme normal [10].

L’ananas contient également les nutriments suivants : bêta-carotène, vitamine B1, B2, B3, B5, B6, B9, vitamine E, potassium, magnésium, sélénium, cuivre, phosphore, calcium, fer, iode, zinc, et sodium [11].

Sans oublier des polyphénols de type lignages [12], qui ont un effet antioxydant [13]. Le manganèse agit également comme antioxydant. Les composés de l’ananas combattent le stress oxydatif qui provoque un vieillissement prématuré de l’organisme, et l’arrivée de maladies de civilisation (Alzheimer, cancers, diabète) [14].

La particularité des antioxydants de l’ananas est qu’ils sont liés entre eux [15], donc plus difficiles à séparer. Ceci retarde leur action, et offre un effet prolongé dans l’organisme [16].

Néanmoins, la substance active qui a fait la réputation de l’ananas, c’est une enzyme appelée bromélaïne [17]

Bromélaïne : l’arme secrète de l’ananas

Il s’agit d’une enzyme digestive qui décompose les protéines [18]. Elle permet à l’organisme de mieux absorber les aliments.

La bromélaïne peut améliorer significativement votre digestion si votre pancréas est défaillant (insuffisance pancréatique) [19][20].

Au sujet de la bromélaïne, on a aussi découvert qu’elle avait un effet anti-cancer [21] (résultats observés en éprouvettes [22]).

En plus de réduire le stress oxydatif, il semble que l’ananas réduise l’inflammation [23] et renforce les défenses immunitaires — notamment en encourageant la production de globules blancs.

Ces informations proviennent d’études menées sur des enfants [24][25]. L’ananas leur a permis de mieux combattre les infections virales et bactériennes typiques en hiver [26]

Qui dit “anti-inflammatoire”, dit efficace sur la polyarthrite rhumatoïde. Et en effet, la bromélaïne a montré qu’elle soulageait la douleur inflammatoire des articulations [27]. Une étude a montré que la bromélaïne est aussi efficace contre la douleur que le diclofénac  [28] (anti-inflammatoire non-stéroïdien commercialisé sous le nom Voltarene).

Grâce à son action anti-inflammatoire, l’ananas est également efficace pour accélérer le rétablissement après une chirurgie [29] ou un exercice physique intense [30][31]. Il réduit les courbatures, et autres inflammations des tissus.

Alors, l’ananas est-il le roi des fruits ?

La concurrence est rude : il existe des tas de superfruits comme la grenade ou le noni. 

Mais l’ananas est le seul qui puisse se vanter de lutter contre le cancer, l’arthrite, les infections, les douleurs post-opératoires… … en plus d’être délicieux, juteux… et d’avoir superbe allure.

Qu’attendre de plus ?

Pour moi, l’ananas mérite bien d’être sacré “roi des fruits” !

0 0 vote
Article Rating

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
ROLLIN
ROLLIN
13 jours il y a

Bonjour , je suis une vieille dame qui vit seule donc j’aime l’ananas mais je n’en achète jamais car je ne saurais pas le préparer aussi votre article si bien documenté et si joliment illustré m’a évidemment intéressée mais j’aurais aimé que vous ajoutiez une ou deux lignes sur l’ananas en conserve qui serait beaucoup plus facile pour moi à consommer mais que je n’ose pas acheter car il contient trop de sucre .. Mais si on jette le jus et que l’on passe les tranches deux secondes sous l’eau chaude devient-il consommable ? Si vous me répondez, je vous… Lire la suite »

Dany
Dany
12 jours il y a

Bien d’accord avec vous sauf que l’ananas est compliqué à produire pour une consommation de masse ! Donc, une trop forte demande de ce produit engendrera forcément des déséquilibres écologiques ce qui est d’ailleurs déjà le cas.

Partagez-nous