105 médicaments dangereux

105 médicaments dangereux

Comment ? Il existe une liste des médicaments dangereux ?

Oui. Elle comporte 105 médicaments dangereux, dont 92 commercialisés en France. Je vais vous donner le lien dans cet article, et c’est gratuit.

Et je vais aussi vous dire que faire si vous prenez un de ces médicaments dangereux.

Prescrire, le Canard Enchaîné de la médecine 

Mais tout d’abord, cette liste, est-elle fiable ? 

Oui, et j’en veux pour preuve trois éléments.

  1. Le Mediator est apparu dans cette liste en 1997, pas moins de douze ans AVANT que les autorités françaises ne retirent ce médicament dangereux du marché.
  2. Cette liste est publiée par la revue française PrescrirePrescrire est une anomalie dans le paysage médiatique et médical hyper contrôlé : une revue indépendante, écrite par des médecins pour des médecins (incompréhensible pour le quidam), qui refuse toute publicité ou autres cadeaux des laboratoires, et ne vit que de ses abonnements.
  3. Les laboratoires qui fabriquent les médicaments cités par Prescrire ne réagissent pas, ne disent rien, ne font pas de procès. Comme c’est étrange ! Le seul procès jamais intenté par un laboratoire à Prescrire a été perdu par Astellas Pharma[1] et il ne concernait d’ailleurs pas la liste des médicaments dangereux. 

Avant de vous montrer cette liste, je veux d’abord que vous compreniez comment elle est établie.

Sur quels critères se fonde la revue Prescrire pour attaquer aussi clairement des médicaments officiellement autorisés en France ? 

La balance bénéfices-risques évolue avec le temps 

Prescrire réévalue régulièrement la balance bénéfices-risques de certains médicaments, et ceux dont la balance est devenue négative apparaissent dans la liste.

Qu’est-ce que cela veut dire ? 

Un médicament ne peut être approuvé par les autorités médicales que si sa balance bénéfiques/risques est positive, c’est-à-dire si, en moyenne, les avantages pour le patient de prendre ce médicament sont supérieurs aux risques (effets secondaires, complications, etc.). Ainsi, le patient peut attendre un bienfait supérieur en prenant CE médicament plutôt qu’en prenant ceux déjà disponibles, ou en ne prenant aucun traitement.

C’est au laboratoire qui veut commercialiser le médicament d’apporter la preuve de cette balance positive. C’est pour cette raison que l’on mène des essais cliniques, un pour chaque indication attribuée au médicament -ceci désigne les pathologies pour lesquels ce médicament est autorisé.

Si tous les médicaments de la liste sont actuellement autorisés (et ont donc eu, au moment de leur mise sur le marché, une balance estimée positive), comment est-il possible que leur balance bénéfices/risques soit aujourd’hui jugée négative par Prescrire ?

La balance bénéfices/risques d’un médicament évolue avec le temps, et c’est normal : 

  • de nouveaux médicaments arrivent sur le marché, ils sont forcément plus efficaces que les anciens dont la balance devient négative en comparaison ;
  • de nouvelles études remettent en cause les bénéfices ou les risques d’un médicament déjà commercialisé ;
  • le suivi de cas réels et le suivi pharmacologique (effets secondaires, hospitalisations, etc.) amènent également à reconsidérer la balance pour un médicament récent. 

L’évaluation de la gravité des effets secondaires est en particulier très imparfaite au moment de la mise sur le marché de n’importe quel médicament. 

Certains effets indésirables ne peuvent se manifester, ou être analysés, que plusieurs années après la commercialisation. 

Si certains effets secondaires ne se manifestent que pour un petit nombre de patients, il faut que le médicament soit prescrit à beaucoup de monde pour qu’on puisse réaliser l’existence de cet effet délétère.

Les autorités… lisent Prescrire

Ce suivi devrait être effectué par les autorités compétentes, n’est-ce pas ? En particulier par l’ANSM, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Cela fait effectivement partie de ses missions[2] :

Elle réalise une réévaluation constante et régulière du rapport bénéfices/risques des produits de santé dans leur vie réelle.

Le procès du Mediator, au sujet duquel je vous écrirai bientôt, semble indiquer que ce suivi est loin d’être parfait. En attendant, la revue Prescrire fait le travail, et met à jour à peu près une fois par an sa liste de médicaments dangereux.

D’ailleurs, l’ANSM lit Prescrire. Un médicament qui apparaissait sur la liste l’an dernier a été retiré du marché en 2019. La méphénésine (Décontractyl), a vu ses autorisations retirées en raison, je vous le donne en mille, d’une balance bénéfices/risques défavorable.

12 nouveaux médicaments, dont un recommandé par ma maman

En 2019, douze médicaments ont été ajoutés à la liste.

J’ai eu un choc. Il y en a que j’utilise depuis mon enfance, notamment pour des inhalations quand j’ai pris un coup de froid : le Vicks Vaporube.

D’après Prescrire, Vicks, ainsi que les autres médicaments à base de pentoxyvérine, exposent à un risque « de troubles cardiaques et de réactions allergiques graves »[3].

L’alpha-amylase, principe actif d’un autre médicament, le Maxilase, est également montrée du doigt. Elle est employée sous forme de sirop ou de comprimés pour soigner les maux de gorge, mais ne serait pas plus efficace qu’un placebo. De plus, elle expose à un risque d’allergie potentiellement grave. L’ANSM a annoncé récemment son retrait des rayons en libre accès[4].

Parfois les médicaments posent un problème non pas à cause de leurs effets, mais de leur mode de fabrication. Les produits à base d’argile (Smecta, Bedelix, Gastropax, etc.), parfois utilisés pour traiter les problèmes gastriques, peuvent présenter des risques en raison de la teneur en plomb des argiles utilisées.

Ces médicaments ne font pas peser nécessairement un danger de mort. Mais les effets indésirables qu’ils pourraient provoquer sont disproportionnés compte tenu de leur faible efficacité, mais aussi, pour certains, du fait du caractère bénin des situations pour lesquelles ils sont autorisés.

Ne pas paniquer, aller voir son médecin

Je vais vous donner le lien pour la liste, promis, mais d’abord je tiens à vous rassurer. Ce n’est pas parce que vous prenez actuellement, ou avez pris récemment, un de ces médicaments, que vous allez tomber gravement malade ce soir.

Il ne s’agit pas de 105 nouveaux Mediator. Il s’agit de 105 médicaments pour lesquels, pour la majorité des personnes, il y a plus d’inconvénients que d’avantages à les prendre. 

Mais nous réagissons tous différemment. Les médicaments ont des effets différents d’une personne à l’autre. Ils agissent dans un contexte qui comprend notre métabolisme, notre alimentation, les autres médicaments que nous prenons.

Donc, la seule et unique chose à faire si vous réalisez que vous êtes concernés est d’aller en parler avec votre médecin. Peut-être a-t-il une bonne raison de vous prescrire ce médicament en particulier, en toute connaissance de cause. À lui de vous le dire.

En revanche, si un médecin ou un pharmacien vous prescrit ou vous recommande pour la première fois un médicament de cette liste, je vous suggère, avant de démarrer votre traitement, de l’encourager à s’abonner à Prescrire !

La liste est là, sur le site de Prescrire (revue avec laquelle nous n’avons aucun lien, s’il est besoin de le préciser) :

La liste des 105 médicaments avec les explications.

 

P.S. Quel geste simple pourriez-vous faire aujourd’hui ? 

Vérifier la date de péremption des produits de votre armoire à pharmacie. Ils peuvent aussi être dangereux.

0 0 votes
Évaluation de l'article

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Lefort
Lefort
1 année il y a

J’ai été très étonnée de voir que le smecta, un médicament très utilisé dans ma famille et à tous les âges, est dans la liste des 105 médicaments dangereux.

Il contient du plomb !

Même certains collyre peuvent être dangereux ! Comment Ikervis peut être sur le marché alors que selon Prescrire.org, « il n’a pas d’efficacité clinique démontrée et il expose à des douleurs et irritations oculaires fréquentes, à des effets immunodépresseurs et peut-être des cancers oculaires ou péri-oculaires, alors qu’elle n’a pas d’efficacité clinique démontrée. « 

Esseddik sabrina
Esseddik sabrina
1 année il y a

Bonjour
Je trouve très intéressant cet article.
Avez-vous des informations concernant la nouvelle composition du médicament levothyrox.pourquoi de nombreux pays européens on refusé la nouvelle composition du médicament et pourquoi la France l’a t t’elle accepté. Un grand nombre de personnes qui prenaient ce médicament,ne lz tolère plus maintenant ?

Ariane
Ariane
1 année il y a

Merci pour toutes ces informations.

Partagez-nous

Testez la taille de votre prostate

Hypertrophie de la prostate : informez-vous !

Close